16/05/2015 16:03

Après huit ans, sept saisons, près de 100 épisodes, la série Mad men prendra fin demain à 22h aux USA

Après huit ans, sept saisons, près de 100 épisodes et des milliers de cigarettes, le mystérieux et séduisant Don Draper tire sa révérence dimanche au côté de tous ses collègues publicitaires pour le dernier numéro de "Mad Men".

L'ultime des 92 épisodes racontant le quotidien et les drames personnels survenant, avec force cigarettes et verres de whisky, dans une agence de publicité new-yorkaise des années 1960, sera diffusé dimanche sur AMC à 22H00 heures locales de la côte est (2H00 GMT lundi) sur AMC (en France sur Canal+ Series).

Pour les retardataires, AMC organisait jusqu'à dimanche une diffusion marathon de toutes les saisons. "+Mad Men+ va très probablement rester comme l'un des meilleurs programmes de l'histoire de la télévision.

On a rarement vu un tel parfait mélange de personnages, d'époques et de sujets", a estimé Paul Dergarabedian, de la société spécialisée dans le box-office Rentrak.

La série, récompensée par 15 Emmy Awards et 4 Golden Globes, a réussi, avec sa cinématographie léchée, ses costumes impeccables et la complexité de ses personnages, à influencer la mode ou la façon de raconter des histoires. Mais a aussi mis le doigt sur les maux de l'Amérique d'alors comme le racisme et le sexisme, qui font encore largement partie de celle d'aujourd'hui. Dans les jours précédents cette ultime rencontre avec les créatifs de l'ex-agence Sterling Cooper, les spéculations allaient bon train sur le dénouement.

"Comment le premier épisode laissait déjà entrevoir ce qui se passerait lors des derniers", assurait le site Vulture.com.

"Ce qui pourrait arriver, ce qui devrait arriver lors de l'épilogue", renchérissait The Hollywood Reporter.

Qui va mourir ?

Don Draper, publicitaire séducteur, névrosé et brillant, va-t-il se jeter d'un gratte-ciel pour enfin donner raison au générique du programme?

Va-t-il s'écraser en avion ou en parachute?

Matthew Weiner, le créateur de la série, se dédouanait en tout cas par avance dans le New York Times jeudi de toute possible déception chez les fans.

"Je n'ai pas l'impression de devoir quoi que ce soit à qui que ce soit", affirmait-il, un brin provocateur, estimant que son équipe et lui ont "fait leur part" en s'étant "efforcés au maximum de surprendre, donner du plaisir et émouvoir".

Beaucoup de passionnés redoutaient un final énigmatique comme celui des "Sopranos", autre série magistrale qui s'est achevée sur l'image de son protagoniste Tony Soprano écarquillant les yeux à la vue... d'on ne sait quoi.

Lors d'une récente conférence de presse à Los Angeles, Matthew Weiner confiait qu'il savait dès le début vers quel destin se dirigeait Don Draper. Lors de la même conférence de presse, Jon Hamm, interprète de Draper, avait souligné qu'il souhaitait à son personnage de séducteur dont la vie est bâtie sur une usurpation d'identité, de "trouver enfin la paix".

Don Draper, de son vrai nom Dick Whitman, a "tenté de construire plusieurs foyers sur des fondations très fissurées et doit se confronter à ces fissures avant d'essayer de reconstruire à nouveau", a-t-il dit.

Lors du dernier épisode diffusé, un Don Draper qui a quitté sa dernière épouse, sa carrière et s'est délesté d'une grande partie de ses biens, part en voiture faire un voyage à travers le Midwest américain.

Si le téléspectateur ne sait où il se rend, il se doute qu'il est probablement parti à la recherche de lui-même.

"Dick Whitman n'a jamais vraiment pu assumer qui il est réellement, à savoir l'enfant d'une prostituée", remarque Tom Nunan, professeur à UCLA School of Theatre, Film and Television.

Pour lui, le succès de "Mad Men" tient beaucoup au fait qu'il pose "une question éthique après l'autre, comme lorsque Joan la publicitaire accepte d'avoir une relation sexuelle avec un client pour monter en grade ou quand Peggy abandonne son enfant illégitime.

Si Don survit, Roger Sterling, son alter égo nonchalent et égocentrique, sera-t-il sacrifié au matérialisme et aux mensonges de la société de consommation?

Quant à Betty, l'ex-épouse de Draper aux allures d'héroïne hitchcockienne, l'un des personnages les plus mal aimés du public, tout porte à croire qu'elle sera emportée par un cancer.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Koro
22/mai/2015 - 06h00
Eclipse a écrit :
C'est c.... que cette série s'arrête
+5
Portrait de Koro
22/mai/2015 - 06h00
C'est vraiment dommage

Les plus vus