16/05/2015 15:02

La crise au quotidien "Le Monde" n'est pas la première: Retour sur les 10 dernières années mouvementées du journal

Le quotidien Le Monde, qui n'a plus de direction depuis jeudi alors qu'un bras de fer oppose les actionnaires à la rédaction, a été confronté à plusieurs crises ces dix dernières années.

- 2004/2005: mise en place d'un plan de départs volontaires. 90 salariés sur 744 partent en 2005. Recapitalisation pour un montant de 69,5 millions d'euros.

- 2007: le 2 juillet, Pierre Jeantet, directeur général sortant, est élu président du directoire, succédant à Jean-Marie Colombani en place depuis 1994 et dont les sociétés de personnels ont rejeté la candidature.

Le 19 déc: le directoire du Monde présente sa démission au conseil de surveillance du groupe, "constatant son incapacité à pouvoir exercer ses responsabilités face aux prises de position publiques et réitérées de la Société des rédacteurs du Monde (SRM)". - 2008: Éric Fottorino, directeur du journal, décide de rester et se porte candidat pour un mandat complet à la présidence du directoire du groupe.

Il sera élu à la présidence le 25 janvier.

Alors que le quotidien est confronté à un lourd endettement et à une situation déficitaire, en avril et mai, les salariés du quotidien observent trois journées de grève et deux débrayages.

Ils protestent contre un plan de redressement qui prévoit 129 suppressions de postes.

Le 14 mai, les salariés approuvent de nouvelles propositions de la direction prévoyant l'allongement de la période d'adhésion au plan de départs volontaires.

- 2010: en novembre, les hommes d'affaires Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse entrent, avec plus de 100 millions d'euros, dans le capital du groupe.

Un mois plus tard Éric Fottorino est démis de ses fonctions de président du directoire. Louis Dreyfus entre au directoire du groupe.

- 25 fév 2011: grève des salariés du Monde Interactif, mécontents de la précarité et inquiets sur le maintien de l'emploi.

- 19 fév 2014: la direction annonce qu'elle prévoit de réaffecter une cinquantaine de postes de sa rédaction vers différents services, en particulier le numérique.

Le 6 mai, sept rédacteurs en chef ou adjoints sur une dizaine démissionnent de leurs fonctions pour protester contre "l'absence de confiance" envers la direction, en plein conflit sur la réorganisation de la rédaction.

Le 14 mai, démission de la directrice du monde Natalie Nougayrède, restée quinze mois à ce poste.

Le journaliste Gilles van Kote est chargé d'assurer l'intérim, avec l'aide de Jérôme Fenoglio, ex-rédacteur en chef du monde.fr, pour diriger les rédactions.

- 17 avril 2015: les actionnaires écartent les trois candidatures déclarées à la direction du journal -Gilles van Kote, Christophe Ayad, chef du service international, et Jean Birnbaum, responsable du "Monde des Livres"- et proposent de confier la direction du quotidien à Jérôme Fenoglio, qui n'était pas candidat. Ce choix doit être soumis au vote de la Société des rédacteurs du Monde (SRM).

- 13 mai: la candidature de Jérôme Fenoglio ne recueille que 55% des voix de la rédaction, alors que 60% sont nécessaires pour décrocher le mandat de 6 ans.

- 14 mai: les trois actionnaires Bergé, Niel et Pigasse maintiennent leur soutien à la candidature de Fenoglio rejetée par les journalistes. Le directeur intérimaire Gilles van Kote démissionne. Le Monde n'a plus de tête.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus