13/05/2015 10:07

Washington réclame la libération d'un journaliste enlevé en Syrie en 2012

La Maison Blanche a réclamé mardi la libération du journaliste américain Austin Tice, enlevé en Syrie en 2012, appelant tous ceux - gouvernements ou individus - qui détiennent des informations sur son sort à favoriser son retour.

"Cette semaine, nous marquons, le coeur lourd, le 1.000e jour de captivité du journaliste américain Austin Tice", a souligné Bernadette Meehan, porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC).

L'exécutif américain appelle ses ravisseurs à lui rendre la liberté afin qu'il puisse retrouver ses parents et ses frères et soeurs "qui vivent dans l'angoisse et la souffrance depuis son enlèvement".

Austin Tice, a été enlevé près de Damas le 14 août 2012, mais il ne serait pas otage de l'organisation de l'Etat islamique, à la différence des journalistes américains James Foley et Steven Sotloff, qui ont été assassinés par le groupe EI l'année dernière.

La famille Tice a lancé depuis quelques semaines une campagne médiatique pour attirer l'attention sur le sort du jeune homme.

Début février, sa mère, Debra Tice, avait exprimé le souhait que les Etats-Unis s'inspirent des méthodes de négociation de la France, soulignant que les otages français, eux, "rentrent à la maison".

La France ne verse pas de rançon mais n'exclut pas, à l'instar d'autres pays européens, des remises d'argent par des tiers. Les Etats-Unis affirment ne jamais verser de rançons pour faire libérer leurs otages.

Mme Tice avait aussi regretté le manque d'implication de Barack Obama sur ce dossier, assurant avoir reçu une carte de vœux de la Maison Blanche "qui n'était pas signée" et n'avoir "aucun contact personnel avec le Président".

Austin Tice travaillait comme pigiste pour le Washington Post et CBS, entre autres. Il a également collaboré avec l'AFP, la BBC et Associated Press

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus