08/05/2015 09:55

Affaire Bygmalion: Placé en garde à vue hier, Franck Louvrier, ex-conseiller de Sarkozy, a été relâché sans poursuites

L'ancien conseiller en communication de Nicolas Sarkozy, Franck Louvrier, a été placé en garde à vue jeudi dans l'enquête Bygmalion sur un vaste système de fausses factures durant la présidentielle de 2012, avant d'être relâché sans poursuites, ont indiqué à l'AFP des sources policière et judiciaire.

"L'audition a permis d'éclairer les enquêteurs sur les rôles et les responsabilités de chacun pendant la campagne présidentielle de 2012. Aucune charge n'a été retenue contre moi après ces dix heures d'audition", a déclaré de son côté Franck Louvrier à l'AFP.

Répondant à une convocation, l'actuel conseiller régional des Pays de la Loire, également président de Publicis Events, s'est présenté à 09H00 et a été placé en garde à vue à l'Office anticorruption de la police judiciaire (Oclciff), a précisé une source policière.

Son domicile avait déjà été perquisitionné fin janvier mais son entourage avait assuré qu'"aucun élément" intéressant pour l'enquête n'avait été saisi.

Franck Louvrier a longtemps été un personnage clé dans l'entourage de l'ancien président de la République, dont il a été conseiller à l'Elysée et durant la campagne de 2012.

Dans cette affaire, les enquêteurs ont la conviction qu'un système frauduleux a été mis en place pour que l'UMP prenne en charge quelque 18,5 millions d'euros de dépenses de la campagne de Nicolas Sarkozy, auprès d'Event & Cie, filiale de Bygmalion. Le but de la fraude était d'empêcher que ces dépenses ne soient inscrites au budget de campagne et n'explosent le plafond autorisé (22,5 M EUR) qui a tout de même été dépassé.

Pour cela, Event and Cie a émis des fausses factures à l'UMP pour des conventions dont la plupart n'ont pas été organisées, tandis que les factures des meetings apparaissant dans le compte de campagne auraient systématiquement été sous-évaluées. L'existence de la fraude a été reconnue par trois anciens dirigeants de Bygmalion et Jérôme Lavrilleux, ancien directeur adjoint de la campagne et proche de Jean-François Copé à l'UMP.

Mais les juges d'instruction veulent savoir quand et par qui la décision a été prise.

Selon des témoignages dans le dossier, Franck Louvrier serait intervenu au début de la campagne pour demander à Event and Cie de baisser ses tarifs. D'après plusieurs témoignages, il a aussi eu un rôle dans l'arrivée d'une autre société, Agence Publics, qui s'est ajoutée à Event and Cie dans l'organisation des meetings.

Aucun protagoniste n'a mis en cause Nicolas Sarkozy comme ayant eu connaissance de la fraude.

Durant une garde à vue début avril, son ancien directeur de campagne Guillaume Lambert a toutefois affirmé qu'il avait informé vers la mi-mars 2012, donc plusieurs semaines avant le premier tour, le candidat de "contraintes budgétaires" après une alerte d'un expert-comptable sur le coût de la campagne et un risque de dépassement du plafond.

Nicolas Sarkozy lui a alors répondu de n'ajouter que "de petites réunions publiques", selon les propos de M. Lambert rapportés à l'AFP par une source proche du dossier.

Les juges d'instruction ont déjà mis en examen dix personnes dans ce dossier: quatre anciens cadres de Bygmalion, trois ex-cadres de l'UMP et trois responsables de la campagne.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Thom1979
8/mai/2015 - 14h00
.Type 57 a écrit :

Pour votre information, une garde à vue et même une mise en examen n'est pas synonyme de culpabilité.

Sauf pour les nostalgiques des procès Staliniens ou les journalistes qui se prennent pour des juges, style Plenel qui porte certainement par vénération la même moustache.

Vous avez mal lu mon message. 

Portrait de Ykko
8/mai/2015 - 11h39

L€$ RIPOUXBLICAIN$ en action

Portrait de François 36
8/mai/2015 - 11h34
Toujours le même cinéma avec l'entourage de Sarko
Portrait de highglandeur
8/mai/2015 - 11h21

ben voilà, pshittttt!!!!! comme d'hab!

Portrait de Thom1979
8/mai/2015 - 10h54
momo71 a écrit :

Encore un proche de Sarkozy qui a du subir la vindicte haineuse  des socialos et de leur justice.

La même chose serait arrivée à un conseiller de François Hollande vous seriez en train d'écrire "Hollande démission, scandale, en taule ! si il a été placé en garde en vue c'est qu'il est coupable y a pas de fumée sans feu. Pourquoi l'a t'on relâché sans poursuite ? C'est magouille et compagnie !"

Portrait de harry1
8/mai/2015 - 10h52 - depuis l'application mobile

Il y en a qui ont dû être déçus ! Pas de condamnation ? Et pourtant , ils ont dû chercher dans tous les recoins . le moindre indice aurait fait l'affaire, mais rien trouvé ! Fillon , Juppé etc... Doivent être déçus ! Et les juges encore plus ! Lol ! Mais le buzz a eu lieu . Les médias s'en sont donnés à cœur- joie . Tout ce matraquage médiatique pour faire monter le FN !pauvre France !

Portrait de momo71
8/mai/2015 - 10h16

Encore un proche de Sarkozy qui a du subir la vindicte haineuse  des socialos et de leur justice.

Les plus vus