06/05/2015 08:31

Quatre mois de prison ferme pour un motard circulant en roue arrière à plus de 200 km/h sur l'A6 et reconnu dans un reportage de TMC

Un motard a été condamné à quatre mois de prison ferme pour avoir fait une roue arrière sur l'A6 à plus de 200 km/h pour un reportage télé consacré à la délinquance routière, a-t-on appris mardi auprès du tribunal d'Evry.

Absent lors de l'audience fin mars, tout comme son avocat, Fabrice Monrose, 44 ans, a également écopé de 2.000 euros d'amende et d'une suspension de permis pendant six mois pour "mise en danger de la vie d'autrui". "J'envisage de faire appel, mais rien n'est encore décidé", a indiqué à l'AFP M. Monrose.

Dans un reportage enregistré en juillet et diffusé sur TMC le 4 novembre, il avait été filmé en train d'effectuer plusieurs roues arrières à pleine vitesse sur l'A6 à hauteur de Mennecy (Essonne). Le compteur avait affiché jusqu'à 285 km/h lors d'une dernière accélération.

Quelques minutes plus tôt, il avait téléphoné à l'un de ses amis motards, envoyé en éclaireur pour s'assurer de l'absence de gendarmes sur le tronçon, limité pour partie à 70 km/h en raison de travaux. L'extrait de quelques minutes le montrait ensuite, lui et ses amis, zigzaguer entre plusieurs véhicules, se placer au milieu des voies pour ralentir la circulation quand le trafic se faisait trop dense et obliger un poids-lourd à freiner brutalement, évitant de justesse l'accident.

"Je viole la loi. Qu'est-ce que tu veux que je te dise? Oui je suis un délinquant, un délinquant de la route qui essaye de faire au mieux pour ne pas occasionner d'accident envers les autres et envers moi-même", expliquait-il devant la caméra après son numéro, le visage flouté et la voix modifiée. Reconnu et interpellé par les gendarmes de Mennecy quelques jours après la diffusion, il a dit avoir été "piégé".

"Je ne voulais pas aller sur l'autoroute mais le journaliste a insisté pour que ce soit dans un milieu ouvert à la circulation". Quant à la vitesse, il a assuré que les données de son compteur étaient "inexactes" et transformées pour le reportage.

"La moto avait ce jour-là un réglage ne lui permettant pas de dépasser 200 km/h", avait-il soutenu, ne reconnaissant qu'une pointe à 145 km/h.

Cette condamnation n'empêchera pas M. Monrose, qui revendique une "4e place" au championnat du monde de wheeling (roue arrière) en 2012, de participer aux Mondiaux en août, avec "une nouvelle moto à 20.000 euros".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de arthuros
6/mai/2015 - 13h52

j'ai un peu le sentiment qu'il y a deux justices , la première qui est clémente avec les jeunes qui dealent, qui piquent les sacs etc... et la violence routière qui semble être traitée avec la plus grande fermeté. Et franchement un mec qui fait une roue arrière à 200 km/h a plus de change se se tuer comme un con si il ne fait pas gaffe, plutôt qu'un jeune qui frappe une vielle de se retrouver devant un juge...

Portrait de RogerMeneur
6/mai/2015 - 10h15
Achille XXV a écrit :

Oui, c'est sûr ... Ce qu'on voit en correctionnelle, à savoir par exemple un mois avec sursis pour avoir frappé une vieille en pleine rue sans crier gare, c'est super-cohérent, face à ça.

Il faut dire aussi que ne pas être présent ni représenté à l'audience, ne pardonne pas! Les juges n'apprécient pas du tout!

Et oui si l'on prend les  délits et les peine infligées on marche sur la tête! Mais bon à chaque dossier circonstances différentes et profil du délinquant différent et surtout compétence de l'avocat très variable!

Portrait de RogerMeneur
6/mai/2015 - 08h56

C'est toujours assez jubilatoire de voir un kéké frimer devant les cams qui se fait prendre ensuite! Mais pour un débile en deux roues condamné, combien d'autres mettent leur vie ( pas important!) et surtout celle des autres en danger en toute impunité?

Les plus vus