05/05/2015 09:57

La chanteuse Patachou sera inhumée jeudi au cimetière parisien du Père-Lachaise

Comme vous l 'a annoncé jeanmarcmorandini.com la semaine dernière, la chanteuse et actrice Patachou, interprète de La chansonnette, est morte à l'âge de 96 ans.

Selon Le Parisien, ses obsèques se dérouleront ce jeudi à 14 heures en l’église Saint-Justin, à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Elle sera ensuite inhumée à 17 heures au cimetière parisien du Père-Lachaise.

Née le 10 juin 1918 dans le Paris populaire de Ménilmontant, Henriette Ragon est la fille unique d’un père artisan céramiste et d’une mère au foyer. Elle grandit dans cette famille modeste et très unie.

Elle trouve un premier emploi de dactylo aux éditions musicales Raoul Breton, mais la guerre éclate et elle trouve refuge dans le Loiret où elle est employée dans une usine.

Elle y rencontre Jean Billon dont elle aura un enfant Pierre (qui connaîtra un certain succès en chantant dans les années soixante-dix).

Marchande de chaussures, pâtissière ou encore antiquaire : Henriette connaît un parcours singulier, avant d’ouvrir avec son mari en 1948 un restaurant sur la butte Montmartre.

Poussée par des clients, elle chante quelques refrains populaires en fin de soirée et bientôt ce tour de chant devient incontournable dans le quartier.

C’est ici qu’elle rencontre Maurice Chevalier, séduit par la gouaille élégante de la jeune artiste, qui la pousse à se lancer dans la chansonnette. Lady Patachou

En 1950, sous le pseudonyme de Lady Patachou, la jeune femme de 32 ans, commence à chanter dans les cabarets voisins de Montmartre.

Sa voix rauque et originale séduit les Parisiens et les touristes qui reprennent en cœur "Bal petit bal", "Rue Lepic" ou "Un gamin de Paris".

L’année suivante, elle s’impose définitivement en première partie d’Henri Salvador, à l’ABC, mythique salle de spectacles de l’époque.

Son interprétation magistrale de "Mon homme", que chantait autrefois Mistinguett, dévoile ses talents de comédienne, bouleversant chaque soir un public qui a du mal à retenir ses larmes.

En 1952, elle révèle en première partie de son nouveau spectacle un inconnu qui deviendra vite célèbre, Georges Brassens."Une gamine française avec un nom fascinant" : c’est ainsi que la presse américaine définit Patachou en 1953 qui triomphe au Waldorf-Astoria de New York, puis sillonne plus de cent mille kilomètres sur le continent du Nord au Sud avec autant de succès. Elle se débarrasse de son titre honorifique qu’elle s’était attribué les premières années et Patachou revient à Paris, au Théâtre des Variétés, en avril 54, avec de nouvelles chansons signées Léo Ferré et Georges Brassens.

La nouvelle ambassadrice de la chanson française Après une première apparition au cinéma dans "French Cancan" de Jean Renoir en 1955, Patachou poursuit sa carrière internationale, avec de nouveaux succès qui restent dans toutes les mémoires, tels "La bague à Jules", "Voyage de noces", ou encore le refrain célèbre d’une autre de ses découvertes, "Bal chez Temporel", de

Source biographie: RFM

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de pistouille
20/mai/2015 - 00h28
fxmulder a écrit :
J'aime bien la contrepèterie avec son surnom!! Patachou ou Chatte à Poux :-)

Idem

Portrait de pistouille
20/mai/2015 - 00h28

Qu'elle repose en paix

Portrait de fxmulder
5/mai/2015 - 12h32 - depuis l'application mobile

J'aime bien la contrepèterie avec son surnom!! Patachou ou Chatte à Poux :-)

Les plus vus