25/04/2015 09:46

Les syndicats de France Télévisions attendent de pied ferme la nouvelle Présidente du Groupe

Elue jeudi à la tête de France Télévisions, Delphine Ernotte Cunci, nouvelle venue dans l'univers des médias, prendra en août les rênes du groupe public où, attendue par les syndicats, elle devra faire mieux avec moins de moyens.

A son arrivée, la nouvelle PDG devra notamment s'attaquer à l'épineux dossier de la fusion des rédactions de France 2 et France 3, censée être effective en 2016.

Côté programmes, le CSA et l'Etat demandent plus d'audace à France Télévisions, qui doit rajeunir ses audiences.

La moyenne d'âge des téléspectateurs de France 2 atteint près de 58 ans et celle de France 3 dépasse les 60 ans.

Elle devra composer avec un budget comprimé.

D'ores et déjà, elle préconise le "non-remplacement des départs" et une "modération salariale" dans son plan stratégique.

La nouvelle PDG devra aussi réformer France 3 pour mieux la différencier de France 2.

Dans son plan, France 2 doit être la "chaîne du flux" centrée sur l'événementiel, et France 3 la "chaîne du patrimoine et des territoires". Pour mener à bien ses réformes, elle promet "un management dans et par le dialogue". -

Choisie par le CSA pour son "expérience reconnue dans la gestion du dialogue social", mais décrite par ses détracteurs comme une +cost killer+, Delphine Ernotte est attendue par les syndicats.

"Nous n'ignorons pas d'où vient Mme Ernotte et avons tous en tête le coût humain des restructurations successives à France Télécom/Orange et les choix managériaux qui y étaient liés", écrit la CGT de France Télévisions, qui redoute qu'elle ne vienne "+dégraisser le mammouth+ et mettre en musique un énième plan d'économies".

"Hier, j'ai reçu des dizaines et des dizaines de coups de téléphone de salariés inquiets qui me demandent ce qu'on va devenir", affirme Jean-Jacques Cordival, président de la fédération CGC des médias.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Pinp
25/avril/2015 - 17h31

Les rigolos de la CGT vont-ils nous pondre une petite grève comme ils savent si bien le faire? La nouvelle présidente est à peine nommée qu'ils sont inquiets pour leur sécurité de l'emploi, leurs petites primes, certains privilèges, les placards dorés. Tout ça avec l'argent du contribuable. Bien sûr. "Le vivrensemble", c'est toujours à géométrie variable chez nos amis syndicalistes.

Portrait de dadouronron
25/avril/2015 - 13h18

Des syndiqués qui s'inquiètent DEJA de ce qu'ils vont devenir et qu'on dégraissé le mammouth ??? Ça sent les gens payés à rien foutre qui ont peur de perdre leur petits avantages et leur placard doré....

Les plus vus