23/04/2015 13:25

Juliette Gréco lance sa dernière tournée à 88 ans car elle veut "partir debout" avec élégance

Juliette Gréco a toujours "la niaque" et l'envie de la scène, mais c'est bel et bien sa dernière tournée que la "Jolie môme" de 88 ans lance vendredi à Bourges car elle veut "partir debout".

"Je dis non à ce qui m'est le plus cher, à quelque chose d'essentiel pour moi, mais je veux partir debout, avec le plus d'élégance possible", confie la muse de Saint-Germain-des-Prés, regard vif mis en valeur par son célèbre maquillage en "oeil de biche", en recevant l'AFP dans un palace parisien à deux pas de l'Olympia.

"Il y a 65 ans que je chante, c'est une longue vie de travail, il faut savoir s'arrêter avant de ne plus pouvoir. Je ne veux pas partir amoindrie. Et puis je suis une femme... On pardonne à un homme de vieillir, pas à une femme", ajoute-t-elle quand on lui rappelle que Charles Aznavour, de trois ans son aîné, continue à se produire sur scène.

Baptisée "Merci" et lancée vendredi en ouverture du 39e Printemps de Bourges, cette tournée d'adieux doit durer plus d'un an. Vingt-cinq dates sont pour le moment annoncées jusqu'en avril 2016, mais d'autres devraient suivre.

Accompagnée de son pianiste de mari, Gérard Jouannest, 81 ans, Juliette Gréco passera plusieurs fois par la capitale (Théâtre du Châtelet, Cigale, Théâtre des Champs-Elysées, Week-end spécial au Louvre, Théâtre de la Ville) et se promènera en France et à l'étranger (Italie, Belgique, Canada, Allemagne, Israël).

"Je vais dans les pays qui m'ont accueillie pour dire merci", se réjouit l'interprète de "Si tu t'imagines" et "Déshabillez-moi", confirmant qu'elle chantera bien à Tel-Aviv le 4 mai malgré ceux qui, comme la campagne internationale "Boycott, Désinvestissement, Sanctions contre Israël (BDS)", lui demandent d'y renoncer en tant que "fille de résistante, femme de gauche".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Talion
23/avril/2015 - 13h45

Il est préférable d'être dans les premières dates

Les plus vus