22/04/2015 16:13

Le redressement des ventes de la Fnac se poursuit, tiré par la France et la croissance du chiffre d’affaires sur internet

Le distributeur français de produits culturels Groupe Fnac a poursuivi lors du premier trimestre le redressement de ses ventes, entamé l’an dernier, grâce notamment à la France et à la croissance du chiffre d’affaires sur internet.

Entre janvier et mars, la Fnac a enregistré un chiffre d’affaires en légère hausse (+0,5%), à 844 millions d’euros, un chiffre légèrement inférieur aux prévisions des analystes compilées par Factset, qui tablaient sur 846 millions.

Le groupe s’est réjoui mardi dans un communiqué que la dynamique de croissance retrouvée en 2014 «se confirme» sur 2015.

«La performance des ventes du premier trimestre confirme l’accélération de la transformation du groupe dans un contexte économique qui est resté peu porteur», déclare la Fnac.

Le groupe enregistre malgré tout son quatrième trimestre consécutif de croissance des ventes en France, est-il ajouté.

Dans l’Hexagone, la Fnac a ainsi réalisé sur les trois premiers mois de 2015, un chiffre d’affaires de 592 millions d’euros, en hausse de 1,3% en publié et de 2% à périmètre comparable.

La croissance est tirée notamment par les ventes sur internet et les produits techniques, notamment les smartphones, qui compensent le recul enregistré sur les marchés culturels, malgré un bon premier trimestre pour le livre, a commenté le directeur financier du groupe Matthieu Malige, lors d’une conférence avec les analystes.

Les marchés étrangers de l’enseigne restent en revanche plus difficiles.

La péninsule ibérique enregistre entre janvier et mars une activité en repli de 1,2%, dans un contexte de «consommation toujours timide en Espagne malgré les signes de reprise».

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Teri
23/avril/2015 - 09h37
le petit diablotin a écrit :

peut être...ou est le pb ?

tous les jours dans tous les domaines de boites naissent ,

tous les jours dans tous les domaines de boites meurent

C'est pas une question de problème, c'est une réalité. Lorsque votre principal concurrent ferme vous récupérer une grosse partie de la clientèle. 

Lorsque les Virgin ont ouvert dans les villes concernées, les FNAC avaient plongé.

Là c'est l'inverse. Logique.

 

Portrait de Etienne_PARIS
22/avril/2015 - 19h02

Bompard a bien redressé la boite mais à terme je ne vois pas trop leurs magasins physiques survivrent.

Portrait de BaronSamedi6
22/avril/2015 - 17h27 - depuis l'application mobile

Moi vivant jamais je n'irais acheter un Blu Ray chez eux ( ben oui on est en 2015 les gens ) il prennent trop les gens pour des vaches à lait ! Les différence de prix sont hallucinantes , vive AMAZON !

Les plus vus