16/04/2015 11:00

De lourdes charges contre un journaliste du Washington Post emprisonné en Iran

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a assuré mardi que des "charges très sérieuses" visaient Jason Rezaian, reporter du Washington Post à Téhéran, emprisonné depuis neuf mois, en promettant cependant qu'il aurait accès à ses avocats.
"C'est une question judiciaire", a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse à Madrid au côté de son homologue José Manuel
Garcia-Margallo et après avoir assuré que des "mesures humanitaires" avaient été prises en faveur du journaliste, lui permettant notamment des "visites de sa mère".
Les magistrats chargés du dossier "croient que les charges contre lui sont très sérieuses. Mais cette question est traitée par le biais du système judiciaire et il aura plein accès à ses avocats", a dit le chef de la diplomatie iranienne en réponse à une question sur des informations selon lesquelles ses droits de la défense ne seraient pas respectés.
"Il aura un procès", a-t-il ajouté avant de considérer qu'"il faut laisser la justice travailler, sans tenter de l'influencer".
Le Washington Post a affirmé que son journaliste fait l'objet de mauvais traitements et n'a qu'un accès très limité à son avocate.
La veille, le quotidien américain avait jugé "absurdes" les informations de l'agence iranienne semi-officielle Fars selon lesquelles Jason Rezaian, détenu depuis juillet 2014, aurait été inculpé pour avoir transmis des informations d'ordre économique à la CIA.
Pour l'heure, les charges le visant n'ont pas été révélées publiquement.
Mardi, Martin Baron, le rédacteur en chef du Post, a démenti les affirmations de son avocate Leïla Ahsan qui a assuré être en mesure de voir son client "à tout moment".
Jason Rezaian, qui est irano-américain, "n'a pas eu une seule discussion de fond avec Leïla" Ahsan, a expliqué Martin Baron dans un communiqué.
Depuis son arrestation le 22 juillet 2014, "il a été soumis à des interrogatoires éprouvants, à des mois d'isolement en cellule et à des
conditions de vie difficiles qui ont affecté sa santé", a-t-il poursuivi.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus