13/04/2015 13:25

La moitié des jeunes Français voudraient créer leur entreprise , selon une étude

La moitié des jeunes Français de 18 à 24 ans ont envie de créer leur propre entreprise et 13% d’entre eux ont pour cela un projet concret: une volonté nettement plus présente que chez l’ensemble de la population, selon une étude parue dimanche.

Exactement 50% des 18-24 ans répondent «oui» à la question «Actuellement, si vous en aviez la possibilité, auriez-vous envie d’entreprendre, c’est-à-dire de créer votre propre entreprise?», contre 34% de l’ensemble des Français, selon le baromètre de la société de capital-investissement Idinvest, réalisé avec Viavoice.

Parmi les jeunes affirmant vouloir entreprendre, 26% disent avoir un projet concret, soit 13% de l’ensemble de cette classe d’âge.

«On a maintenant en France une génération de serial entrepreneurs établis qui donnent envie aux jeunes de se lancer: des Marc Simoncini, des Denis Payre, Jacques-Antoine Granjon, Jean-Baptiste Rudelle», a déclaré à l’AFP le président d’Idinvest Partners, Christophe Bavière.

«Le monde numérique attire», a ajouté M. Bavière pour expliquer l’engouement plus grand que par le passé chez les jeunes. «C’est quand même un peu plus facile de créer une start-up à 25 ans dans le domaine du numérique que de créer un concurrent de Carmat dans le cœur artificiel», a-t-il plaisanté.

«Il y a trente ans, quand vous étiez dans une grande école, on ne prononçait presque pas le mot entrepreneuriat, on ne prononçait pas le mot private equity, ni fonds d’investissement. Il y a trente ans, si vous étiez un jeune de 25-30 ans, il fallait un bon microscope pour repérer des fonds qui finançaient des jeunes», a-t-il ajouté.

«Le secteur du financement était immature. Le système d’aide n’était pas aussi bon qu’aujourd’hui. Les choses ont progressé: le crédit d’impôt recherche, la Banque publique d’investissement, etc.», a ajouté Benoist Grossmann, directeur général d’Idinvest Partners.

Chez l’ensemble des Français la première raison invoquée pour l’envie d’entreprendre est de vouloir être «libre, indépendant» (51% de ceux déclarant vouloir entreprendre), la seconde de «s’épanouir personnellement» (45%) et la troisième de «gagner de l’argent (revenu ou capital)» (32%).

Quant aux sources de financement envisagées, l’apport personnel arrive en tête (45%), suivi d’un ou de plusieurs prêts bancaires (41%) et des aides publiques (35%). Viennent ensuite une aide de l’entourage (15%) et un fonds de capital investissement (10%).

L’enquête a été réalisée en ligne du 20 février au 3 mars 2015 auprès d’un échantillon de 5.000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Idinvest a financé des entreprises telles que Criteo, start-up française spécialiste du ciblage publicitaire sur internet, qui a connu en 2014 une croissance fulgurante, ou la plateforme de vidéo Dailymotion.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Gallus
18/avril/2015 - 06h19
Macgyver41 a écrit :
S'ils savaient ce qui les attendent....

smiley

Portrait de Gallus
18/avril/2015 - 06h18

Ils ne sont pas biens ces jeunes smiley

Portrait de Amexx
14/avril/2015 - 07h15 - depuis l'application mobile

Oui mais la question est " combien vont rester en France pour ouvrir leurs boîtes?"

Portrait de Macgyver41
13/avril/2015 - 23h35 - depuis l'application mobile

S'ils savaient ce qui les attendent....

Portrait de Oui-oui...
13/avril/2015 - 16h27

Entreprendre c'est s'endetter, être confronté constamment aux dures règles des banques et du commerce.

C'est travailler d'arrachepied sans loisir ni congé en reportant sans cesse son chèque de salaire.

C'est être sponsor, embaucher des ouvriers, apprentis et des stagiaires, sauvegarder les emplois, payer toujours plus de social, d'impôts et de taxes.....

 

C'est ne pas avoir de droit, pas de protection, pas de stabilité, pas de visibilité et aucune reconnaissance. 

 

La moitié des jeunes français n'a aucune notion de cela

Les plus vus