04/12/2009 16:07

Un journaliste condamné pour injure envers Vahid Halilhodzic

Le journaliste Gilles Verdez a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel de Paris pour injure publique envers Vahid Halilhodzic, ancien entraîneur du Paris-Saint-Germain, traité de "dingue" dans une émission de télévision.

La 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris a condamné Gilles Verdez, actuel rédacteur en chef à France-Soir et ancien journaliste du Parisien, à payer une amende de 1.000 euros et 2.501 euros de frais de justice et dommages et intérêts à l'entraîneur bosniaque, actuellement à la tête de la sélection ivoirienne de football.

Le 11 décembre 2006, dans l'émission "On refait le match" diffusée sur LCI, M. Verdez avait notamment estimé que recruter M. Halilhodzic revenait à "se jeter dans la gueule d'un dictateur".

Il avait également affirmé que l'entraîneur avait réussi dans certains clubs "en mettant les journalistes dans des camps, en les sélectionnant". "C'est un dingue", avait-il conclu.

Visé par une plainte avec constitution de partie civile, M. Verdez n'a pas été reconnu coupable d'injure publique pour les propos liés au "dictateur" et aux journalistes, ces propos faisant référence à un épisode précis, l'interdiction émise par M. Halilhodzic d'accès au camp d'entraînement du PSG par certains journalistes.

En revanche, l'utilisation du terme "dingue" caractérise, selon le jugement consulté par l'AFP, "une expression de mépris, sans autre lien avec les propos précédents que la volonté de se livrer à une attaque personnelle".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus