21/03/2014 09:55

Le maire de Montauban poursuit la Dépêche du Midi

Le maire UMP de Montauban, Brigitte Barèges, candidate à sa propre succession, a demandé jeudi au juge des référés de Toulouse le retrait de plusieurs de ses courriels reproduits sur le site de la Dépêche du Midi, a-t-on appris auprès des deux parties.

Dans un article publié le 18 février et faisant état de soupçons de détournement de fonds publics à la mairie de Montauban, la Dépêche du Midi avait reproduit plusieurs mails dans lesquels Mme Barèges donnait des consignes à un employé du service communication de la mairie.

Pour le maire de Montauban, la reproduction de ces courriers électroniques envoyés depuis son adresse personnelle représente une violation du secret des correspondances et une atteinte au respect de sa vie privée.

"C'est scandaleux. C'est une atteinte à la vie privée, ce sont des messages qui sont de nature personnelle, qui sont envoyés au milieu de la nuit par l'un à l'autre et par l'autre à l'un", a expliqué à l'AFP l'avocat de Mme Barèges, Me Laurent De Caunes.

Ce dernier a demandé au juge des référés le retrait des courriels litigieux sous astreinte de 500 euros par jour de retard ainsi qu'une provision de 5.000 euros au titre des dommages et intérêts pour réparation du préjudice moral.

"Il ne s'agit pas de la vie privée" de Mme Barèges, a notamment plaidé l'avocat de la Dépêche du Midi, Me Sophie Malet-Cassegrain.

Le destinataire "est salarié de la mairie. Cette adresse, c'est elle qui la rend professionnelle en l'utilisant à titre professionnel: elle donne des instructions, elle corrige ses articles", a expliqué Me Malet Cassegrain.

Le juge des référés rendra sa décision jeudi 27 mars.

Mme Barèges a récemment été entendue par la police judiciaire dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte en février précisément sur les accusations relayées par l'article de la Dépêche du Midi.

La police doit déterminer si l'employé du service de communication a été payé par la collectivité pour écrire dans deux journaux locaux des articles favorables à Mme Barèges, et défavorables à l'opposition.

Mme Barèges récuse toute malversation dans ce dossier.

Jean-Paul Fourment, l'employé du service communication embauché en septembre 2012 et aujourd'hui âgé de 50 ans, dit avoir eu pour tâche pendant des mois de rédiger des articles en faveur de Mme Barèges.

Selon M. Fourment, ces articles visaient à faire pièce notamment au quotidien La Dépêche du Midi de Jean-Michel Baylet, le président du PRG, avec lequel Mme Barèges est en guerre.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus