10/03/2014 14:35

Jean-Michel Goudard, ex-conseiller en communication de Nicolas Sarkozy, veut faire bloquer les enregistrements Buisson

Jean-Michel Goudard, ex-conseiller en communication de Nicolas Sarkozy, a demandé à la justice d'ordonner le retrait des enregistrements réalisés par l'ancien conseiller Patrick Buisson, et espère en faire bloquer toute nouvelle publication.
La décision sera rendue mardi à 10H00.
M. Goudard a assigné en référé (procédure d'urgence) M. Buisson, le Canard enchaîné et le site Atlantico, qui ont publié des extraits de ces enregistrements. Il demande notamment à la justice de leur faire injonction de ne plus publier de propos de lui qui en seraient issus.  Il a demandé également le placement sous séquestre des supports des enregistrements.
L'avocat de M. Buisson, Me Gilles-William Goldnadel, attaqué par M. Goudard, s'est associé à ces demandes.
"Je ne sais pas ce qui va arriver dans les jours qui viennent, peut-être qu'on va prétendre que tel enregistrement a été effectué par Patrick Buisson alors qu'il n'en est rien", a déclaré l'avocat, qui a annoncé la semaine dernière une plainte pour vol et recel. L'avocat a affirmé que le dictaphone de M. Buisson se déclenchait "à la voix humaine".
Les propos de M. Goudard, 74 ans, un "homme discret" dont l'état de santé est "précaire", n'avaient aucune vocation à se retrouver sur la place publique, a plaidé son avocat Me Mario-Pierre Stasi.
Dans les propos qu'il a tenus dans sa voiture en février 2011, captés par Patrick Buisson, il livre des "jugements à l'emporte-pièce", "cravate détachée", sur Carla Bruni ou des ministres.
Voilà exposé "ce qu'il y a de moins bien, de ses petites piques, ses vacheries", a renchéri pour M. Goudard, Me Sophie Obadia, se demandant "combien d'enregistrements illicites" circulent. 
"Nous sommes au coeur de la politique", s'est défendu l'avocat du Canard enchaîné, Me Antoine Comte, relevant que l'hebdomadaire a publié des retranscriptions concernant un remaniement ministériel.
Pour Atlantico, Me Basile Ader a plaidé l'"information d'intérêt général" dans ce "moment clé" qu'est un remaniement ministériel.
Ce lundi à 14H00, le tribunal examinera, en formation collégiale la demande de retrait formulée par Nicolas Sarkozy et son épouse Carla Bruni. Ils espèrent obtenir une décision dissuasive.
Dimanche, Atlantico a retiré l'extrait de l'enregistrement réalisé le 26 février 2011 à la résidence de la Lanterne, dans lequel on pouvait entendre Carla Bruni, mais a laissé les autres en ligne.
Si "la publication de ces propos était fondée sur l'intérêt légitime de l'information du public", affirme le site, "nous avons décidé dans un souci d'apaisement de les retirer purement et simplement" car l'ancienne première dame "n'est pas une personnalité politique".
Néanmoins la chanteuse maintient ses demandes, qui visent également Patrick Buisson, a indiqué à l'AFP son avocat Richard Malka.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de mazou
10/mars/2014 - 15h51

Ah, il doit y en avoir, des choses à taire et à cacher ... smiley

Ils ont d'abord laissé fuiter des trucs anodins, en attendant.

C'est pas les trucs perso ou "people" qui nous intéressent, mais bien ce qui touche aux dossiers judiciaires ! smiley

Les plus vus