06/03/2014 14:11

Les syndicats de SFR font part d'"inquiétudes" pour l'emploi en cas de rachat de l'opérateur

Les syndicats de SFR ont fait part jeudi d'"inquiétudes" pour l'emploi en cas de rachat de l'opérateur par Bouygues ou Numericable, au lendemain de l'annonce par la maison-mère Vivendi de la réception de leurs offres.
Pour Damien Bornerand (CGT), "quel que soit le projet, il y aura des conséquences sociales". Le syndicaliste se refuse toutefois à se "hasarder" à des estimations pour le deuxième opérateur télécoms du pays qui emploie plus de 9.000 personnes, estimant que "ce ne serait pas sérieux"
Mais, relève-t-il auprès de l'AFP, quand Bouygues assure qu'il n'y aura "pas de départs contraints, ça veut dire un plan de départ volontaires, des non-remplacements de départs en retraite... Cela veut quand même dire beaucoup de suppressions d'emplois". Donc, "la garantie, de notre point de vue, elle ne vaut pas grand-chose".
"Côté Numericable, au vu du montage financier (...), je ne crois pas une 
demi-seconde au fait qu'il n'y ait pas de suppressions d'emploi. Il ne faut pas nous prendre pour des lapins de quatre semaines!", ajoute le syndicaliste.
Il déplore également le fait que les projets, une entrée en bourse de l'opérateur ou un rachat, "répondent à une logique de rémunération des actionnaires et non pas à une logique de réponse aux besoins de la population et des salariés".
"Ce qui nous perturbe un peu, c'est l'engagement de ne pas avoir de départs contraints", relève de son côté Vanessa Jereb pour l'Unsa, premier syndicat chez SFR. "Est-ce qu'on est bien d'accord qu'on maintient les effectifs?", s'interroge-t-elle.
L'Unsa réclame donc dans tous les scénarios une "formalisation sur le maintien des effectifs", dit-elle, relevant par ailleurs que "l'emploi est plus en doublon côté Bouygues que côté Numericable".
Laurent Penon (CFDT) a lui aussi des "craintes" sur l'emploi, quel que soit le projet retenu et note que "les informations sont assez parcellaires" à ce stade.
"Un projet qui nous serait présenté complet permettrait peut-être de lever certains doutes, mais dans tous les cas on n'imagine pas qu'il n'y ait pas de départs", dit-il.
Mais, souligne le syndicaliste , "la version officielle" sur les intentions de Vivendi, c'est que le projet d'introduction en bourse de SFR "reste sur les rails". "Ils sont prêts à analyser un projet (de rachat) s'il peut être réalisable dans ce calendrier de mise en bourse", dit-il.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Flivia44
10/mars/2014 - 10h54
mony a écrit :

mais ne vous inquietez pas MONTEBOURG EST LA !!!! la la la

Il se fait rare en ce moment

Les plus vus