01/03/2014 16:02

Harlem Désir accuse Nicolas Sarkozy de s'être toujours "aligné" sur Angela Merkel en matière européenne

Le dirigeant du Parti socialiste, Harlem Désir, a accusé à Rome Nicolas Sarkozy de s'être toujours "aligné" sur Angela Merkel en matière européenne, après une rencontre à Berlin de l'ancien président français avec la chancelière allemande.
Sarkozy "prétend donner des leçons en matière européenne alors qu'il a soutenu toutes les politiques d'austérité défendues par les libéraux et les conservateurs qui n'ont fait qu'aggraver la crise", a affirmé le premier secrétaire du PS. "Son bilan européen n'est pas meilleur que son bilan national". "Personne n'a oublié qu'en fait de leadership, Nicolas Sarkozy n'a cessé de s'aligner sur la politique de Mme Merkel. Il a fallu l'arrivée de François Hollande pour que de nouvelles priorités soient affirmées en matière de croissance, d'union bancaire, de taxation sur les transactions financières", a ajouté Harlem Désir alors que M. Sarkozy a vanté à Berlin son propre "leadership" avec la chancelière allemande pour sauver l'euro.
Désir s'exprimait avant un congrès du Parti socialiste européen (PSE), samedi dans la capitale italienne, qui doit désigner officiellement le social-démocrate allemand Martin Schulz, président du Parlement européen, comme candidat à la tête de la commission européenne. "Il s'agit d'un congrès historique, car pour la première fois le Parlement va élire le président de la commission", a-t-il affirmé. Au cours de ce congrès, auquel participent environ 800 délégués dont plusieurs chefs de gouvernement, sera adopté un "manifeste", programme en dix points, avec pour priorité la croissance et l'emploi. Avec deux objectifs : "lutter contre les conservateurs qui ont ajouté l'austérité à la dérégulation financière" et "combattre les populistes qui se nourrissent de cette crise et veulent démolir la construction européenne au profit d'un repli national", selon Harlem Désir.
Aujourd'hui, les sociaux-démocrates sont minoritaires au sein de l'Union européenne : ils sont au pouvoir dans onze pays -dont la France et l'Italie- sur 28. Les sondages les donnent au coude-à-coude avec leurs adversaires conservateurs du Parti populaire européen (PPE) qui n'ont pas encore désigné leur candidat.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Modem
2/mars/2014 - 18h34

Harlem Désir ne peut s'aligner sur personne puisqu'il n'est rien

Portrait de Stopaugaucho
yetto a écrit :

C'est fou ce que les nuls aiment juger les autres ! ça doit les rassurer !!! ;)

Il s'aligne sur qui le gros hollande?

Portrait de Dostolor84
2/mars/2014 - 15h37
geon33 a écrit :

Hollande et Sarkozy ont créé, en tout, 84 nouveaux impôts. L’enfer fiscal, ce n’est pas l’autre, c’est les deux… La palme de la créativité revient à Sarkozy, qui a « joué » sur 67 TAXES, soit en les augmentant, soit en les créant de toutes pièces: taxe sur les contrats d’assurance-vie, sur les box Internet-téléphone-télévision, sur les réserves des compagnies d’assurances…

Mais en volume, c’est kif-kif. Sur 60 milliards d’impôts supplémentaires mis sur le dos des particuliers et des entreprises, la moitié est le fait de Sarkozy et l’autre de Hollande. C’est une compétition ?

 

 

Le comparatif que vous faîtes ne tient franchement pas beaucoup. Premièrement Hollande a dépassé le seuil des 40 milliards nets d'augmentation d'impôts. Les 3 quarts des hausses de Sarkozy se concentrent sur les budgets 2011 et 2012. 

Mais le plus important, c'est que lorsqu'une personne est élue celle-çi reprend à son compte le niveau d'impôt du pays puis elle fait le choix soit de le stabiliser, soit de le baisser ou soit de l'augmenter. Hollande a choisi de le faire exploser!

Quand un seuil est atteint, 1 milliard d'une nouvelle hausse d'impôt n'équivaut pas à 1 milliard d'une hausse précédente. Quand un conducteur roule à 110 au lieu de 90 et que le conducteur qui prend sa place (Hollande) décide d'accélérer à 140, il risque fortement de perdre le contrôle ce qui n'était pas le cas avant.

Or Hollande perd le contrôle, il est en sortie de route. Le seuil du consentement à l'impôt a été franchi et il a réussi a prouver par son délire fiscal que "trop d'impôts tue l'impôt". En effet, les recettes fiscales de l'Etat sont en 2013, 15 milliards inferieures aux prévisions initiales!! Avec une croissance 2013 conforme par rapport aux prévisions de la fin 2012, le matraquage fiscale inégalée mis en place n'aura même pas permis de diminuer le déficit 2013. Ils prévoyaient à l'origine 3%, puis 3,6%; ce sera au final environ 4,3% et sans doute idem en 2014!

Bref, face à l'urgence et face aux effets plus que néfastes de la politique menée au cours des 2 premières années de son mandat, il est aujourd'hui contraint de changer de direction ou du moins de le faire croire pour rassurer les acteurs économiques.

L'enfumage permanent aura mené Moi Président au désastre politique.

Portrait de Dostolor84
2/mars/2014 - 14h37

Désir est l'archétype du politique incapable et menteur.

En réalité si on reprend le fil des évènements de 2008 à 2012, Sarkozy a été le seul à emmener Merkel sur des prises de décisions qu'elle ne voulait pas prendre à l'origine.

- En 2008 avec la chute de la banque Lehman Brothers, tout le système bancaire est au bord de l'effondrement car les banques ne se font plus confiance entre elles, l'argent ne circule plus car chacune suspecte l'autre d'avoir trop d'actifs pourris (subprimes). Les clients des banques eux-mêmes dans tous les pays commencent à paniquer et retirent leur argent des banques (en Angleterre notamment)

Bref, le système économique en octobre 2008 est paralysé et prêt à s'effondrer si il n'y a pas un plan de sauvetage des banques dans tous les pays pour que les Etats garantissent entre autres les prêts.

Et qui permet de sauver à l'époque tout le système? Sarkozy. Il réunit à l'Elysée un sommet mondial où les dirigeants des principales puissances économiques signent pour prendre des mesures simultanées dans leur pays. Tout le monde s'est rallié au texte rédigé par la France. Merkel quant à elle était au frein à main, elle estimait que les banque d'Allemagne ne risquaient rien avant que le soir même elle ait des nouvelles plus qu'inquiétantes d'une de ses plus grandes banques (Hypo Real Estate). Au bout du compte elle s'est ralliée au texte de la France qui a réellement sauvé l'économie mondiale de la faillite totale.

Au cours de ce sommet Sarkozy instaure pour la suite le G20, où début 2009 se prend la décision d'annoncer dans tous les pays des plans de relance coordonnés.

Bref, la présidence française de l'UE est unanimement saluée par la droite et la gauche européenne, la presse mondiale (notamment britannique et allemande) et même française.

- Vient ensuite la seconde vague de la crise qui découle de la première: crise de la dette et de l'Euro.

La grèce puis l'Espagne menacent de s'effondrer (les banques ne leur prêtent plus); l'économie frole une nouvelle fois la faillite générale (pareil que pour Lehman Brothers et les subprimes) Merkel cette fois çi ne veut pas apporter l'aide de l'Allemagne car elle estime qu'elle n'a pas à payer pour les fautes des autres. Mais face à l'évidence de la catastrophe elle se rallie au plan de sauvegarde de l'Euro instiguer par la France.

Ensuite Merkel a défendu sans cesse le rôle et l'indépendance de la BCE qui ne lui permet pas de renflouer des pays. Mais encore une fois elle a fini par se ranger à la position de la France et à un tour de passe passe qui a consister à ce que la BCE garantisse des prêts aux banques centrales nationales à défaut de garantir directement les banques grecques notamment.

Bref, au cours de tout ce processus c'est Sarkozy qui a manoeuvré tout en s'efforcant de ménager Merkel qui a ensuite exigé que soient inscrits dans le traité européen des objectifs stricts de déficit et que les pays puissent rendre des comptes en cas de non respect des règles du pacte de stabilité.

- Ensuite le nouveau président de la BCE (Mario Draghi) a été plus souple quant au dogme et a permis une garantie beaucoup plus large.

 

Voilà pour le compte rendu des années précédentes qui est globalement totalement l'inverse de ce que l'incapable Désir tente de faire croire.

Quant à la taxation des transactions financières, c'est une position commune franco-allemande qui précède l'arrivée de Hollande.

L'union bancaire, dont il attribue les mérites à Hollande alors qu'il n'y est strictement pour rien si ce n'est d'avoir été élu juste avant son instauration, est sensée mettre en place des mécanismes de prévention des risques à l'avenir (on verra)

Enfin, pour ce qui est du soi-disant pacte européen de croissance, ce n'est qu'un pitoyable enfumage hollandien. Ce ne sont que des fonds européens dépensés chaque année. Mais comme Hollande menaçait pendant la campagne de ne pas signer l'accord Merkel Sarkozy de 2012 concernant le traité budgétaire, il a fallu qu'il trouve un prétexte pour finalement le signer sans broncher. Ce qu'il a fait.

Moi Président est désormais tout doux et gentil avec Merkel. Il n'a pas la moindre autorité ni crédibilité au niveau européen et il se planque royalement. Pour faire diversion, voilà donc le nullissime Désir qui accuse Sarkozy et réinvente entièrement l'Histoire de ces dernières années.

Médiocre. 

 

Portrait de renzed
2/mars/2014 - 14h09

sans l'euro le mark allemand monterait en fleche et l'Allemagne n'aurait plus ses enormes excedents

 

grace aux pays du sud de l'europe l'Allemagne dispose une monnaie sous évaluée ce qui n'empeche pas Merkel de cracher sur la grece ou l'espagne

 

grace a l'euro l'Allemagne peut dominer l'europe, les francais sont les idiots utiles qui ne comprennent rien a ce qu'est vraiment l'euro

 

Portrait de christASMFC
2/mars/2014 - 12h04

Harlem désir est bien rigolo quand meme qu'a fait Hollande? pareil que Sarkozy ila  suivi Merkel . Par contre Sarkozy et Merkel  ont géré le plsu fort de la crise économique et ont meme si ça  a demander beaucoup de sacrifices sauver la zone Euro , si ils avaient pas fait ça dieu sais a quel point nous serions actuelleemnt en difficultés pire

Portrait de Rimlax
1/mars/2014 - 23h12 - depuis l'application mobile

Et s'il l'a fait il a eu raison!!!!!

Portrait de Tigerisback

Harlem désir !!!
IMPOSTEUR ....

Portrait de Razyiel
1/mars/2014 - 19h36 - depuis l'application mobile
Aslan a écrit :

Encore une fois les deux font sensiblement la même taille ; par contre seul Sarkozy est à la hauteur !

c'est sur, 600 milliards c'est plus que de la hauteur mdr et ils en redemandent en plus loool

Portrait de capliou
1/mars/2014 - 17h45

Tais-toi Désir, repris de justice.

Portrait de KERCLAUDE
1/mars/2014 - 17h22

Et Mr DESIR il s'est aligné sur qui pour devenir numéro 1.

Portrait de Razyiel
1/mars/2014 - 17h06 - depuis l'application mobile
ajc21 a écrit :

C'est certain, mais jamais le PS ne le comprendra

 

Ah dans ce cas vous accepterez de travailler pour 400€ alors

Portrait de Elypat
1/mars/2014 - 16h32 - depuis l'application mobile

Il a un problème l'ex condamné? Celui qui fait plonger le PS devrait moins la ramener....

Les plus vus