02/10/2009 16:17

Un réalisateur de documentaire convoqué par la police

Le réalisateur d'un documentaire sur les sans-papiers, José Chidlovsky, est convoqué lundi par la police à Toulouse pour avoir hébergé l'une des protagonistes de son film, a-t-on appris vendredi auprès de sa société de production, Zadig. José Chidlovsky, qui fait l'objet d'une procédure judiciaire "en qualité d'aidant+, risque d'être inculpé et mis en garde à vue.

Il encourt 5 ans de prison et 30.000 euros d'amende", s'inquiètent ses producteurs, Félicie Roblin et Paul Rozenberg, dans un texte signé par une quinzaine d'autres producteurs et cinéastes (Yves Jeuland, Robert Guédiguian, Serge Lalou, Olivier Mille...).

Il s'agit selon eux d'une "procédure inédite" mettant en "danger" la profession de documentariste. "Journal de sans-papiers", en cours de tournage, traite des conditions de vie de sans-papiers et témoigne de leur quotidien via des caméras qui leur sont confiées.

Lors du tournage, en région parisienne et toulousaine, le réalisateur a hébergé à Toulouse l'une des protagonistes, une jeune femme d'origine algérienne.

Privée de papiers après que sa mère s'est vu retirer sa pièce d'identité, cette jeune fille a déposé en avril, à l'anniversaire de ses 18 ans, une demande de titre de séjour à la préfecture de Haute Garonne, a expliqué à l'AFP M. Chidlovsky.

Elle a alors déclarée être logée à son domicile. "Elle redoutait de devenir une +sans-papiers+ en âge d'être expulsée", poursuit le texte, selon lequel les réalisateurs (M. Chidlovsky et Rabeha El Bouhati) ont sauvé "in extremis" la jeune femme d'une tentative de suicide.

La femme a ensuite reçu de la préfecture une obligation de quitter le territoire français et "vit depuis dans la clandestinité". En août, des policiers de la PAF (police de l'air et des frontières) se sont présentés au domicile de M. Chidlovsky. Il est convoqué lundi matin par la PAF à Toulouse.

Pour les producteurs, "l'ensemble de la profession est concernée par cette atteinte à la pratique d'un genre qui se fourvoie lorsqu'il se passe d'humanité" car il "suppose une qualité de relation, un don de soi et une confiance réciproque".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de stromboli
3/octobre/2009 - 15h24

et bien justement s'ils estiment qu'on fout le bordel dans leur pays, pourquoi viennent ils en France ? il a 180 pays dans le monde, y compris des pays musulmans où ils pourront vivre leur foi en toute tranquillité, et certains de ces pays sont des pays très très riches.

Portrait de stromboli
3/octobre/2009 - 15h20

elle est algérienne, elle ne risque pas la peine de mort en repartant dans son pays, la loi doit être appliquée. Si son visa a été réfusé c'est qu'il y a des élements qu'on nous cache.

Parce que sinon, toute personne qui entre dans ce pays est de fait régularisée et la loi sur l'immigration violée.

Portrait de gerard menvussa
3/octobre/2009 - 03h19

Si il y avait une police des frontières, ce genre de problèmes n'arriverait pas!!

Portrait de A Upendi
3/octobre/2009 - 00h42

Sauf que comme le dit "Pixel05", on est pas innocent dans les problemes de ses pays.

Les plus vus