16/02/2013 17:02

Selon un sondage, près de 20% des Français se disent auteur d'un manuscrit

Les Français rêvent-ils tous d'un Goncourt? Selon un sondage IFOP pour le site monBestSeller.com, 17% de nos compatriotes déclarent en tous cas avoir déjà écrit un manuscrit et 55% se disent prêts à le publier sur internet.

Parmi ceux qui ont déjà rédigé un livre, 28% ont de 15 à 24 ans, 23% de 25 à 34 ans et 17% 65 ans et plus, précise dans un communiqué la plateforme de publication gratuite de livres numériques.

21% de ces apprentis écrivains habitent en Ile-de-France et 17% le nord-ouest de l'Hexagone. Par ailleurs, 24% des Français ayant écrit un livre souhaiteraient le faire publier, 9% l'ont déjà envoyé à un éditeur et 55% le publieraient volontiers sur internet.

Ce sondage a été réalisé du 4 au 6 février auprès d'un échantillon de 1.051 personnes représentatives de la population française et âgées de 15 ans et plus.

Chaque année, les maisons d'édition écartent des milliers de manuscrits pour ne publier, en littérature, que 1% des ouvrages reçus. Ce qui correspond tout de même à 426 nouveautés françaises à la rentrée, dont 69 premiers romans, et 324 en janvier, dont 45 premiers romans.

Les auteurs dont les manuscrits sont refusés sont forcément frustrés mais internet est en train de changer la donne, offrant une vitrine aux auteurs en herbe.

C'est le credo de monBestSeller.com: permettre à tous d'être découverts sur le net, que l'on soit romancier, poète, scénariste, auteur de livres scientifiques ou pour enfants, passionné d'histoire ou de terroir.

Le site est conçu pour que les livres les plus lus aient la meilleure visibilité. Plus un ouvrage est plébiscité par les internautes, qui peuvent aussi dialoguer avec les auteurs, plus il remonte dans le classement jusqu'à apparaître sur le "Wall of Books", affichant les 36 livres les plus consultés.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Pat o'Gruyer
24/février/2013 - 13h46

Je trouve l'initiative de monBestSeller tout à fait louable pour les aspirants-écrivains qui veulent se faire connaître. Bien sûr il n'y a aucun tri éditorial mais les manuscrits sont sanctionnés par les lecteurs et ceux qui se fraient un chemin au sommet méritent amplement l'attention des éditeurs. Une plateforme intéressante pour se faire connaître ou découvrir de nouveaux auteurs de talent.

Portrait de lucius
19/février/2013 - 16h29

C'est très intéressant ce que vous dites la, car vous, vous parlez exclusivement des écrivains qui font de l'écriture leur métier voire leur gagne pain. Vous êtes un(e) auteur confirmé(e) vous êtes futé(e) et vous n'avez pas besoin de support pour vous promouvoir autre que votre propre réseau . C'est bien et vous faites sans doute partie d'une poignée de privilégiés ou vous avez tout simplement du talent.

Quand l'IFOP parle de 17 % de Francais, c'est à dire de 10 millions de Francais, qui écrivent , on parle bien sûr j'imagine des gens qui écrivent sur le clocher de leur village, sur la longue "maladie de leur femme ou mari".. .sur une experience heureuse ou douloureuse, ou de ceux qui se divertissent  en s'esseyant à une intrigue policière....

Cela bien souvent n'appartient pas au domaine de la littérature mais du témoignage , du partage ou de la simple rédemption... Cela peut etre important pour ceux qui ne peuvent pas se payer un psychanaliste...ou qui veulent simplement partager avec quelques amis ce qu'ils ont écrit . Me semble t'il?

Cela ouvre un débat réel : est ce que l'écrit peut etre considéré comme une discipline de loisirs? peut on écrire comme on fait du sport ou du théatre amateur? doit on nécessairement se faire rémunérer quand on écrit?

ou l'art d'écrire est il sacré une fois pour toute ?

 

Portrait de Dominnic
19/février/2013 - 15h51
lucius a écrit :

Nous sommes en France et il semble qu'il faille balayer toute forme d'initiatives, c'est de bon ton. 

1) C'est l'IFOP qui a mené l'etude avec pour question: Avez vous déjà écrit un manuscrit (roman , nouvelles ,recueil de poésie) ? sur un échantillon représentatif de la population de plus de 18 ans, l'étude est disponible sur simple demande. L'IFOP n'a jamais servi de support publicitaire à aucune entreprise de quelque nature qu'elle soit ou alors il faut faire un procés que j'hésiterais à mener..

2) Certes la qualité de ces écrits n'est pas forcément au RDV, mais est ce la le sujet? L'impose t'on dans les librairies? Nous force t'on à lire?Les Francais n'auraient ils pas le droit d'écrire? pour eux et pour leurs proches?

Cela traduit un immense besoin d'expression et de création qui me semble est respectable: on ne dénigre pas les débutants au tennis, pourquoi dénigrer ceux qui s'essaient à l'expression écrite.

3) Ce site monBestSeller.com ne propose aucune solution éditoriale.

Les éditeurs ont toute leur raison d'être, ce sont des selecteurs même s'ils ne sont pas infaillibles. Ce site propose juste de mettre en ligne et de laisser aux auteurs l'espace d'un synopsis et d'une bio et de commenter leurs ouvrages entre eux.

4) Je conseille à Dominicc d'aller revoir ce site ou j'ai moi meme déposé un manuscrit .. Ce n'est pas 20 pages , c'est au moins 20 pages qu'il faut déposer.. On ne vous demande pas de payer pour déposer 500 pages.. et  au contraire ce sont les lecteurs qui mènent la danse en créant eux meme par la consultation le classement des livres.

5) Cette initiative a le mérite d'exister car justement le retraité éxilé dans la banlieue de Clermont Ferrand  (je souligne que j'adore la région)qui ne connait pas les attachés de presse de Gallimard a la une solution pour donner à voir son travail sans relation, sans argent et même sans temps.

6) Quand au principe de paiement.. les auteurs s'ils le souhaitent peuvent montrer leur livre en page d'acceuil  (c'est éxpliqué partout)..Pourquoi pas ? Il faut bien qu'ils vivent de quelquechose ces pauvres gens?

7) Enfin quand on parle de 17 % des Francais qui ont écrit un manuscrit ou tapuscrit (pour les puristes);si l'on retire les illétrés ou ce qui ont peu d'intérêt à la chose littéraire, cela doit faire  une vérité du genre "100 % de ceux qui savent écrire ont écrit un livre"

 

 

L'entreprise nommée dans l'article propose à "ses" auteurs de présenter quelques pages à un public.Que sont ces quelques pages ?

En un sens, rien... Vous ne pouvez pas vendre votre livre lors de salons, avoir des articles dans les médias.

Sans compter d'autres restrictions que je ne nommerai pas ici.

 

Ce site veut allécher les auteurs : présentez des pages sur notre site et, nous, nous vous "offrons" des packs de promotion, les outils fantastiques pour faire connaitre vos livres...

Tiens, donc, ces packs sont payants....

"""Bizarre"""".

Cela me rappelle un courriel que j'avais reçu d'un "éditeur". Leur contrat semblait honnête. Quand j'ai lu la dernière (!) page sur près de 6/7... Ah  ! Oui... C'était un contrat à compte d'auteur....

 

Ce type d'entreprises, de prestataires de services, pour être exacte, sont très nombreux sur le net.

Ils savent que des auteurs seront prêts à payer des fortunes pour  "publier" (ou proposer) un livre sans qu'il n'y ait un travail éditorial auparavant et des actions de marketing par la suite.

 

Je n'ai pas besoin de ce site.

J'ai créé ma propre maison d'édition. J'ai publié ainsi plusieurs romans. Je participe à des salons en France. J'ai eu des reportages dans des journaux de différentes régions de mon pays, à la radio, sur Internet (notamment un à l'étranger). Je vends mes livres en France et dans d'autres pays.

Je gère mon entreprise. De même, j'ai gardé tous mes droits. Je choisis avec qui je veux travailler.

 

Je sais aussi qu'il existe d'autres opportunités pour des auteurs que ces prestataires de services. Du travail, des idées, des actions sont nécessaires...

Aux écrivains de savoir :

- ce qu'ils veulent réellement

- qui doit récolter le fruit de leur labeur

 

Personnellement , je n'ai aucun doute et je suis sûre de ces opportunités, de leurs débouchés.

 

 

Portrait de lucius
17/février/2013 - 17h50

Nous sommes en France et il semble qu'il faille balayer toute forme d'initiatives, c'est de bon ton. 

1) C'est l'IFOP qui a mené l'etude avec pour question: Avez vous déjà écrit un manuscrit (roman , nouvelles ,recueil de poésie) ? sur un échantillon représentatif de la population de plus de 18 ans, l'étude est disponible sur simple demande. L'IFOP n'a jamais servi de support publicitaire à aucune entreprise de quelque nature qu'elle soit ou alors il faut faire un procés que j'hésiterais à mener..

2) Certes la qualité de ces écrits n'est pas forcément au RDV, mais est ce la le sujet? L'impose t'on dans les librairies? Nous force t'on à lire?Les Francais n'auraient ils pas le droit d'écrire? pour eux et pour leurs proches?

Cela traduit un immense besoin d'expression et de création qui me semble est respectable: on ne dénigre pas les débutants au tennis, pourquoi dénigrer ceux qui s'essaient à l'expression écrite.

3) Ce site monBestSeller.com ne propose aucune solution éditoriale.

Les éditeurs ont toute leur raison d'être, ce sont des selecteurs même s'ils ne sont pas infaillibles. Ce site propose juste de mettre en ligne et de laisser aux auteurs l'espace d'un synopsis et d'une bio et de commenter leurs ouvrages entre eux.

4) Je conseille à Dominicc d'aller revoir ce site ou j'ai moi meme déposé un manuscrit .. Ce n'est pas 20 pages , c'est au moins 20 pages qu'il faut déposer.. On ne vous demande pas de payer pour déposer 500 pages.. et  au contraire ce sont les lecteurs qui mènent la danse en créant eux meme par la consultation le classement des livres.

5) Cette initiative a le mérite d'exister car justement le retraité éxilé dans la banlieue de Clermont Ferrand  (je souligne que j'adore la région)qui ne connait pas les attachés de presse de Gallimard a la une solution pour donner à voir son travail sans relation, sans argent et même sans temps.

6) Quand au principe de paiement.. les auteurs s'ils le souhaitent peuvent montrer leur livre en page d'acceuil  (c'est éxpliqué partout)..Pourquoi pas ? Il faut bien qu'ils vivent de quelquechose ces pauvres gens?

7) Enfin quand on parle de 17 % des Francais qui ont écrit un manuscrit ou tapuscrit (pour les puristes);si l'on retire les illétrés ou ce qui ont peu d'intérêt à la chose littéraire, cela doit faire  une vérité du genre "100 % de ceux qui savent écrire ont écrit un livre"

 

Normal 0 21 false false false FR ZH-TW AR-SA

/* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman";}

 

Portrait de axl59
16/février/2013 - 22h24

La question n'est pas la quantité mais surtout la qualité de ces "ouvrages"...

 

Portrait de Adrin
16/février/2013 - 20h27

Rien ne remplace un éditeur... c'est un vrai boulot d'éditer un livre, de le corriger, de le mettre en page, etc. Il faut se méfier des sites qui proposent d'éditer des ouvrages. Et surtout il faut fuir dès qu'on demande à un auteur de payer pour être édité.

Portrait de Dominnic
16/février/2013 - 19h37

Ce ""reportage"""" est une publicité déguisée pour le fameux site nommé.

Je l'ai visité....

En fait, il s'agit d'une entreprise qui vous propose de publier gratuitement 20 pages. Mais pour mettre en avant votre livre, vous devez payer des outils de promotion appelés "pack".

Cette société est un prestataire de services et non un éditeur. Son unique but est de faire payer des auteurs.

 

De nombreux sites sont apparus sur Internet, promettant monts et merveilles.

Ils se gardent très bien aussi (la plupart du temps) d'annoncer la couleur, à savoir qu'il faut payer. Ou cela apparait après bien des pages, ou à la fin des contrats...

 

A FUIR !!!!

 

Un bon auteur a deux solutions :::

s'adresser à un éditeur.

créer sa propre maison d'édition et pratiquer l'auto-édition.

 

Un auteur ne demande pas à être reconnu par tous, à accéder à cette "peoplerie", mais il souhaite discuter avec de nombreux lecteurs, que ce soit par Internet, ou lors de salons, ou dans des circonstances autres.

 

 

L'article mentionne aussi parfois manuscrit. Un manuscrit est un texte écrit à la main.

Or, aujourd'hui, de nombreux auteurs rédigent leur livre sur ordinateur. Dans ce cas, l'appellation exacte est "un tapuscrit".

 

"""Les auteurs dont les manuscrits sont refusés sont forcément frustrés""" ::: pourquoi le "forcément" ?

 

 

Les plus vus