25/01/2007 08:04

Polémique après les nominations au CSA

Michel Boyon, ancien directeur de cabinet de Jean-Pierre Raffarin à Matignon, est devenu mercredi président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), en remplacement de Dominique Baudis, déclenchant une polémique à quelques mois de l'élection présidentielle.

Si la nomination de M. Boyon était largement attendue, celle du journaliste Rachid Arhab, premier membre issu de l'immigration à intégrer le CSA, au rang de conseiller, a créé la surprise. Il remplace Francis Beck, le seul conseiller sur les 9 membres du CSA à avoir été nommé par la gauche.

Le Premier secrétaire national du PS, François Hollande, a vilipendé la nomination de M. Boyon, la jugeant "extrêmement grave" pour le pluralisme dans la campagne présidentielle. "Cet organisme va être exclusivement composé d'hommes et de femmes nommés par la droite, qui pourra croire que le pluralisme est respecté, je veux ici dire combien nous sommes inquiets, consternés par cette nomination", a-t-il dit à la presse.

Le Conseil a notamment pour rôle de mesurer et rendre public les temps de parole et d'antenne attribués aux candidats et, le cas échéant, de formuler des observations, afin que soient respectés strictement les principes d'équité puis d'égalité entre les candidats avant et pendant la campagne électorale.

Le porte-parole de l'UDF, François Sauvadet, a critiqué la nomination de "proches du pouvoir" alors que le CSA est une instance "censée être indépendante".

Le ministre de la Culture et de la Communication Renaud Donnedieu de Vabres a répliqué en se disant choqué par "les interprétations politiciennes qui ont accueilli les nominations", affirmant que la règle ayant présidé à ces choix était "celle de la compétence".

Michel Boyon a été nommé par Jacques Chirac, tandis que Rachid Arhab et Alain Méar, l'autre nouveau membre et ancien directeur de cabinet de Christian Poncelet, l'ont été respectivement par les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat. Leur mandat est de six ans.

Michel Boyon, 59 ans, jusqu'ici président de Réseau ferré de France, est un ancien directeur de cabinet de Jean-Pierre Raffarin à Matignon. Cet énarque spécialiste de l'audiovisuel a été président de Radio France (1995-1998), membre du conseil d'administration de France 2 (1993-1996) et de l'Agence France-Presse (1994-1998).

Il avait été chargé d'un rapport sur la télévision numérique terrestre (TNT), dont le lancement est l'un des grands chantiers du CSA.

Rachid Arhab, 51 ans, fut le premier journaliste issu de l'immigration -- il est d'origine kabyle -- à présenter un journal télévisé, il y a quinze ans sur la Deux. Depuis 2001, il anime tous les dimanches après le journal de la mi-journée sur France 2 une émission en direct sur les marchés de France qui donne la parole aux "citoyens de la rue" sur des thèmes d'actualité.

Autre nouveau "sage", Alain Méar, qui remplace Philippe Levrier, est un juriste de formation, fin connaisseur des arcanes parlementaires. Agé de 56 ans, il a été durant sept ans, de 1998 à 2005, directeur de cabinet au Sénat de celui qui l'a nommé mercredi, Christian Poncelet.

Créé par la loi du 17 janvier 1989, le CSA, autorité administrative indépendante composée de neuf sages, est le garant de la liberté de la communication audiovisuelle sur le territoire français.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Lost 02x23
25/janvier/2007 - 19h08

La manipulation est flagrante...
C'était tellement gros, qu'ils ont du intégrer aussi Rachid Arhab (peut-être le mérite t-il).

Portrait de deed
25/janvier/2007 - 12h23

ce matin dand l'émission
J'ai vaguement eu l'impression que certains intervenants n'étaient pas de vrais auditeurs, leurs réactions sonnaient faux, comment dire, trop préparées.
JMM, prenez vous en compte le fait que des militants en service commandé peuvent squatter votre émission à votre insu, et propager un buzz, un peu comme sur certains blogs influents, systématiquement bombardés de messages pas vraiment spontanés !

Portrait de deftones
25/janvier/2007 - 11h31

au passage
pour voir que la droite n'est qu'un ramassi de dictateurs racistes, elle a quand meme nommé un journaliste arabe au csa.
Qui est le dernier arabe ou autre francais issu d'une minorité visible désigné par la gauche?
C'est bien ce que je pensais, moi je me permet juste de relever que quelqun qui parvient a ce niveau "malgré" ces origines, c'est tres positif et ca mérite d'etre salué.
Bravo mr Arhab, et continuer a faire ce que vous faites depuis des années au service publique: du bon boulot...

Portrait de RASCAL56
RASCAL56 (non vérifié)
25/janvier/2007 - 11h19

A bon elle écoute ?
Mais non elle n'écoute personne ségolène, elle s'écoute elle et se regarde le nombril !
Toujours en blanc c'est son seul créneau, image et sourire et rien d'autre !
Les français le découvre et la gauche va pleurer de l'avoir désigné

Portrait de RASCAL56
RASCAL56 (non vérifié)
25/janvier/2007 - 11h08

Magouille
Quand la droite nomme ces hommes c'est de la magouille, quand c'est la gauche c'est toujours pour les compétences !!
Que c'est petit tout cela, encore une preuve que vous avez peur de perdre, mais je vous rassure vous perdrez !
A l'époque de MITTERRAND quand il avait créé l'ancêtre du CSA il n’y avait que des gens de gauche c’est la même chose !
Il ne fallait pas perdre les élections précédentes vous auriez des hommes de gauche au CSA !

Portrait de geoffroy
25/janvier/2007 - 10h12

Ségolène
Exact qu'elle a une façon novatrice de faire de la politique. elle n'a aucun programme à présenter.

Les plus vus