18/11/2012 10:21

Incertitudes sur l'avenir du Financial Times Deutschland

L'édition allemande du Financial Times, en difficulté, pourrait cesser sa parution, a affirmé hier le magazine allemand Focus, tandis que d'autres médias évoquent une restructuration du journal avec des suppressions d'emploi à la clé.

Le groupe de presse Gruner + Jahr, propriétaire notamment du journal, prévoit de supprimer 330 emplois sur les 350 que compte son activité médias économiques, poursuit Focus en citant des sources au sein de l'entreprise.

Outre la fermeture du "FTD" comme on le surnomme en Allemagne, le groupe veut également cesser l'activité de "Impulse" et "Börse Online" pour ne garder que le magazine "Capital" dans son portefeuille de titres économiques.

Le conseil de surveillance de Gruner + Jahr doit se pencher mercredi prochain sur l'avenir de ces titres, selon la même source.

Un porte-parole du groupe, basé à Hambourg (nord), a assuré samedi qu'aucune décision n'avait été prise.

"Eu égard à la situation économique très difficile des médias du secteur de l'économie, nous étudions actuellement très attentivement différentes options", a ajouté le porte-parole, Claus-Peter Schrack.

Toutefois, le quotidien régional Hamburger Abendblatt affirme que le Financial Times Deutschland ne devrait pas disparaître mais passer en trois à cinq ans à une édition entièrement numérique.

Il verrait dans un premier temps le nombre de ses pages diminuer les jours de semaine et augmenter le week-end.

Selon le site internet spécialisé, quelle que soit la décision qui sera prise, elle se traduira par des suppressions d'emploi.

Lancé en février 2000 pour concurrencer le mastodonte de la presse économique allemande Handelsblatt, le FTD va essuyer une perte de quelque 15 millions d'euros cette année, selon l'hebdomadaire Die Zeit, après quelque 5 millions d'euros l'an dernier.

Le tirage du petit frère du prestigieux quotidien économique britannique atteint en moyenne un peu plus de 100.000 exemplaires par jour mais ses abonnements et ses ventes en kiosques ont marqué le pas au troisième trimestre 2012.

Le monde des médias allemands a été secoué récemment par le dépôt de bilan de la deuxième agence de presse allemande Dapd suivi mardi de celui du quotidien Frankfurter Rundchau qui a plongé ses quelque 500 salariés dans l'incertitude.

La procédure de dépôt de bilan chez Dapd affecte 299 salariés sur 515, et une centaine de postes doivent être supprimés.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Ridley
19/novembre/2012 - 00h02

Encore des emplois en moins 

Les plus vus