13/11/2012 10:05

Le groupe Sipa affirme qu'il n'entend pas "à ce jour" déposer le bilan

Le groupe de presse Sipa a affirmé lundi qu'il n'avait "à ce jour" pris "aucune décision sur un éventuel dépôt de bilan", malgré les difficultés financières que traverse sa maison-mère Dapd, deuxième agence de presse allemande.

"Les nouvelles de notre mort sont prématurées". "A ce jour, le groupe #Sipa n'a pris aucune décision sur un éventuel dépôt de bilan de l'une ou l'autre" de ses sociétés", a affirmé sur son compte Twitter la direction de Sipa, qui coiffe notamment trois entités distinctes, Sipa Press (photo), Sipa News (nouvelle agence de presse en phase de lancement) et Sipa Médias (prestataire de services).

La direction relayait les propos tenus au même moment par Olivier Mégean, président de Sipa, qui avait réuni lundi l'ensemble du personnel.

Toujours sur son compte Twitter, la direction a cependant affirmé que "les actionnaires allemands semblent se désintéresser du projet". "Sipa est à ce jour dans l'attente d'une clarification de leurs intentions", ajoute-t-elle.

"Contrairement à ce qui est annoncé par certains médias, on ne dépose pas le bilan. Ce n'est pas à l'ordre du jour. La solution n'est pas envisagée pour l'instant. Tout le monde est bien conscient que c'est le projet des gens qui travaillent dans cette agence qui sera le succès de cette aventure", a par ailleurs déclaré à l'AFP Éric Jeanmonod, secrétaire (SNJ-CGT) du CE de Sipa et délégué syndical.

Selon une source proche du dossier, la direction actuelle de Sipa aurait récemment proposé aux actionnaires allemands la reprise de la filiale française par certains cadres aux côtés d'investisseurs. Les actionnaires de Dapd n'auraient pas donné suite à la proposition.

Sur Twitter, la direction de Sipa déclare qu'elle "étudie toutes les solutions pour pérenniser le projet" de lancement de son agence de presse, Sipa News, actuellement en test.

"Les tests positifs menés depuis un mois auprès d'une trentaine de médias montrent que le projet Sipa correspond à un besoin en France", dit-elle.

En Allemagne, un tiers des postes, soit une centaine, doivent être supprimés chez Dapd, qui a déposé le bilan début octobre avec huit de ses filiales. La procédure affecte 299 salariés sur 515 dans le groupe.

Dapd est née en 2010 de la réunion de l'ancienne agence DDP qui avait racheté l'agence d'Etat est-allemande ADN, et du service allemand de l'agence américaine AP.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Flivia44
20/novembre/2012 - 00h23

Un grand groupe cette boite 

Les plus vus