07/08/2009 10:54

Le chiffre d'affaires de la presse écrite en recul de 2,3%

Le chiffre d'affaires de la presse écrite a reculé de 2,3%, à 10,6 milliards d'euros en 2008, en ligne avec les évolutions des années précédentes, selon l'étude annuelle de la Direction du développement des médias (DDM), publiée jeudi.

2008 va constituer une année de référence pour la presse, car ni les effets négatifs de la crise économique, ni les effets positifs attendus des Etats généraux de la presse écrite ne s'étaient faits encore sentir, souligne la DDM.

Le chiffre d'affaires de l'ensemble du secteur s'est replié à 10,6 milliards d'euros, contre 10,9 milliards d'euros en 2007, en raison d'un recul tant des ventes que des recettes publicitaires.

Les ventes représentent désormais 56,2% du chiffre d'affaires du secteur (contre 55,5% en 2007) et la publicité 43,8% (44,5% en 2007).

Les quotidiens nationaux payants ont particulièrement souffert, après une année 2007 où ils avaient bénéficié des élections présidentielle et législatives. Leur chiffre d'affaires a reculé de 3,5% en un an, à 817 millions d'euros.

Les ventes sont en recul de 2,4% et la publicité de 4,9%. Le chiffre d'affaires des quotidiens locaux, pour qui l'effet des élections avait été moins visible en 2007, ne recule que de 0,7%, grâce à des ventes stables (+0,1%) et à une baisse limitée de la publicité (-1,8%).

Les +news magazines+ affichent toujours une bonne santé, même si la progression de leurs recettes s'est ralentie (+5,5% en 2008, après +20% en 2007 et +12% en 2006). Après avoir progressé régulièrement de 1990 à 2001, le chiffre d'affaires de la presse spécialisée grand public stagne aux alentours de 4 milliards d'euros ces dernières années. Il est en recul de 2,8% sur la seule année 2008, à 3,88 milliards d'euros.

La très légère augmentation des abonnements (+1,7%), ne compense pas la baisse des recettes publicitaires (-4,8%) et des ventes au numéro (-4,2%). Ce repli résulte pour partie de la très forte diminution du nombre de titres disponibles à la vente dans ce secteur constatée en 2007 (-179 titres entre 2006 et 2007, dont 120 trimestriels et une cinquantaine de mensuels).

La fulgurante augmentation du chiffre d'affaires de la presse gratuite d'information, qui ne représente que 3% du chiffres d'affaires global du secteur, a subi un léger tassement en 2008, à 0,33 million d'euros (+18%).

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Churchill
7/août/2009 - 18h15

La presse française va mal depuis des années, mais ne semble vouloir faire aucun effort ! :shock: Le coût de l'impression et de la distribution (donc le prix des journaux) est exorbitant à cause des NMPP et des ouvriers du livre CGT, qui se permettent en plus de faire des grèves à répétition ; le système du portage est ridiculement ignoré ; les journaux ne paraissent que six jours sur sept ; les quotidiens "nationaux" sont en fait parisiens et ne s'occupent pas de la province...

Comment voulez-vous que mes élèves de lycée s'intéressent à ce qu'écrivent les journaux ? Et ils ne sont pas les seuls ! Moi même, je dois me forcer parfois à acheter et à lire un quotidien "national"... :s

Portrait de JANIS999
7/août/2009 - 12h39

normal! c'est mensonge et compagnie!
la presse écrite est alimentée à 90% par l'AFP , qui est l'organisme le moins fiable de la planète, l'AFP avec ses centaines de correspondants dans le monde nous raconte ce que ces pays leur demandent de raconter, L'AFP est "vendue" et les français gobent!

Portrait de legluondunet
7/août/2009 - 10h58

et qu'en est-il de leur activité sur la toile?

Les plus vus