20/09/2012 13:13

Pour le chef de la diplomatie italienne, les sites Internet incitant à la haine doivent être fermés

Le chef de la diplomatie italienne Giulio Terzi a estimé jeudi que les sites internet incitant à la haine pouvaient être légitimement fermés par les gouvernements, alors que les manifestations dans le monde musulman se multiplient à la suite de publications jugées insultantes.

"Il est absolument légitime de la part des gouvernements de bloquer les sites qui ont des comportement négatifs, d'incitation à la haine, de refus de comprendre l'autre, comme les sites qui véhiculent des comportements criminels", a dit le ministre devant la presse à Rome.

M. Terzi n'a pas précisé quels étaient les sites visés par son jugement, alors que le monde musulman s'est embrasé à la suite d'un film anti-islam qui a été divulgué la semaine dernière sur des sites internet. La publication mercredi de caricatures de Mahomet par la revue satirique française Charlie Hebdo a provoqué de nouvelles manifestations de protestation dans les pays musulmans.

"Il y a une ligne très fine mais claire qui sépare la liberté de religion de la liberté d'expression et le code pénal italien définit le délit de diffamation religieuse", a-t-il ajouté.

"L'Italie a une tradition juridique qui récompense les valeurs de la liberté de pensée mais les relie au respect de la liberté des autres de croire et d'être respectés dans leur foi", a précisé M. Terzi.

Le code pénal italien prévoit des peines de 1.000 à 6.000 euros d'amende et jusqu'à trois ans de prison pour les coupables d'outrage ou d'offense à une confession religieuse ainsi qu'à un religieux ou un lieu de culte.

En 2006, le code pénal italien a remplacé les mots "religion catholique" par "confessions religieuses", mettant ainsi sur un pied d'égalité toutes les religions.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus