14/09/2012 15:21

France 3 Languedoc-Roussillon dépose un préavis de grève pour le 21 septembre

Une quarantaine de salariés de France 3 Languedoc-Roussillon (pôle sud-ouest) ont décidé au cours d'une assemblée générale de déposer un préavis de grève pour le 21 septembre, date du comité d'entreprise à Bordeaux qui portera notamment sur l'arrêt du recours aux CDD.

A l'appel de l'intersyndicale (SNJ-CFDT-CDG-Sud), les salariés entendent s'opposer à la politique de réduction des coûts qui entraînera la fermeture pendant les vacances de la Toussaint et de Noël des rédactions de Nîmes et de Perpignan ainsi que l'arrêt de l'édition locale de 13 heures. Mais il s'agit aussi pour eux d'être solidaires des quelque 20 CDD, dont 5 journalistes, auxquels la direction ne fera plus appel.

"Je travaille à France 3 depuis 14 ans. L'an dernier, c'était presque à temps plein. Et du jour au lendemain, on supprime tous les CDD", a dénoncé une CDD Armelle Goyon.

"On a reçu le plan qui est d'avoir recours à zéro CDD sur notre zone", a affirmé Thierry Will (SNJ). (Rémy) Pflimlin (PDG de France Télévision) avait dit qu'il n'y aurait aucun départ contraint. Ce n'est pas le cas. C'est une logique d'asphyxie qui nous bouleverse", a renchéri Philippe Simon (CGT) Le plan à France 3 Languedoc-Roussillon s'inscrit dans un plan plus large d'économie et de restructurations de l'ensemble des pôles de la chaîne (sud-ouest, sud-est, nord-est, nord-ouest) qui comprend, selon les syndicats, l'absorption de la rédaction nationale de France 3 par celle de France 2.

Dans une lettre ouverte adressée vendredi au Président de la République, François Hollande, le SNJ constate qu'un "plan social est envisagé et parallèlement une nouvelle restructuration de l'information est engagée".

"L'objectif de notre direction est de développer une +news factory+. Une usine à fabriquer de l'information +low cost+ préparée par des petites mains, puis rédigée et présentée par une poignée de journaliste +hors sol+ qui ne quitteront jamais leur bureau", déplore le SNJ. Pour le SNJ, si une nouvelle loi modifiant le mode de désignation des présidents de chaînes "renforcera la démocratie", "l'information du service public c'est aussi et surtout le pluralisme et l'indépendance" et il "est donc nécessaire d'empêcher" le regroupement des rédactions de France 3 et France 2.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Flivia44
23/septembre/2012 - 04h24
Ptitglaçon a écrit :

Moi un peu :)

Idem quand ça m'arrive

Portrait de Flivia44
23/septembre/2012 - 04h24
dolphins a écrit :

Mais ils n'ont pas assez des grèves !!!

non !

Portrait de Flivia44
23/septembre/2012 - 04h23

ça pense jamais aux téléspectateurs pris en otages

Les plus vus