15/07/2012 - 16:02

Enquête - Syrie: Les caméras sont plus puissantes que les fusils


3.375

Par Antonio PAMPLIEGA

"Je n'échangerais pas ma caméra contre une kalachnikov", assure Trab Zahor, qui travaille jour et nuit pour faire connaître au monde le sort de sa ville de Qousseir, un bastion rebelle assiégé par l'armée syrienne près de la frontière libanaise.

Trab Zahor est l'un des six militants qui animent le centre de presse de la ville, filmant chaque jour les bombardements et les morts et accompagnant les journalistes étrangers de passage en faisant office d'interprète si besoin.

Un jour, alors qu'il filmait à l'hôpital, "plusieurs hommes ont accouru en portant un homme blessé. Je me suis approché pour filmer son visage, et j'ai vu qu'il s'agissait de mon frère. J'étais sous le choc, mais j'ai continué à filmer", raconte-t-il. Son frère est mort quelques jours plus tard, et il a lui-même creusé sa tombe.

"Ce jour-là, j'aurais pu m'engager avec l'Armée syrienne libre (ASL, composée essentiellement de déserteurs), prendre un fusil et essayer de me venger, mais mon arme, c'est ma caméra, et avec elle, je fais bien plus de mal au régime" du président Bachar al-Assad. "Bachar fait la même chose qu'a fait son père il y a 30 ans à Hama", estime un homme se présentant sous le simple prénom de Hussein, en référence à l'ancien président Hafez al-Assad, qui a écrasé en 1982 une rébellion dans cette ville du centre du pays au prix de dizaines de milliers de morts.

"La différence, c'est que maintenant nous avons des caméras pour filmer les massacres et les atrocités, et nous pouvons télécharger les images sur internet pour que le monde entier les voit. Internet est notre arme la plus puissante", ajoute-t-il.

Compte tenu des restrictions imposées à la presse internationale par les autorités syriennes depuis le début de la révolte en mars 2011, la plupart des images qui sortent de Syrie sont filmées par des amateurs, le plus souvent des citoyens ordinaires qui prennent une caméra, se connectent sur internet et partagent leur version de ce qui se passe autour d'eux.

Leurs témoignages ne sont pas exempts d'erreurs factuelles, sans parler d'une vision engagée et souvent tronquée de la réalité, mais les informations qu'ils fournissent permettent de lever un voile sur l'opacité du conflit syrien.

"Si Assad empêche la presse internationale d'entrer dans le pays, c'est bien qu'il y a une raison, non ?", fait valoir Abou Shamsu, l'un des fondateurs du centre de presse de Qousseir.

"Mais il ne peut pas nous empêcher d'entrer, nous, parce que nous sommes déjà ici. Et, caméra en main, nous filmons tout ce qui se passe ici et nous l'envoyons aux télévisions arabes et occidentales", ajoute-t-il. Mais Hussein ne prétend pas être un journaliste. Il reste un militant: "Nous travaillons pour la révolution. Notre unique objectif est de remporter la victoire et de renverser Bachar". "Nous ne pouvons pas être objectifs de la même manière que la presse internationale, parce que ce sont nos voisins qui meurent sous les bombes du régime. Mais cela ne veut pas dire que nous manipulons les faits", assure-t-il.

"Notre mission est de montrer au monde comment les choses se passent vraiment et de démasquer les mensonges d'Assad", dont le régime persiste à qualifier tous les contestataires de "terroristes". Fady Sony, qui doit son surnom à la caméra qu'il porte en permanence sur lui, se targue d'être un "témoin encombrant".

"Si nous quittions Qousseir, personne ne saurait ce qui se passe, et Assad pourrait massacrer en toute impunité".

Pour cette raison, les membres de l'équipe savent qu'ils sont une cible privilégiée du régime. Ils ont déjà perdu beaucoup de leurs camarades, arrêtés ou tués en raison de leur engagement. Mais pour Trab Zahor, "ce serait un honneur de mourir en faisant mon travail, parce que je sais que j'ai aidé beaucoup de monde".

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.

Portrait de Flivia44
Vote: 
2.706895

Ce n'est pas prêt de finir cette guerre 


Portrait de Milie01
Vote: 
2.89524
Koro a écrit :

Terrible ce qu'il se passe la bas

+5 


Portrait de Koro
Vote: 
2.930235

Terrible ce qu'il se passe la bas


Portrait de Prosny
Vote: 
3.05263

Il y a tellement de désinformation que c'est difficile de savoir ce qui se passe vraiment et de juger qui a raison ou qui à tort. Pensez vous que les Iraniens vivent mieux maintenant qu'avec le Shah ? Malheureusement, très souvent la peste remplace le choléra...


Portrait de GuillaumeB
Vote: 
3
dan1 a écrit :

Ah la belle,et habituelle propagande pro-occidentale,je résume en gros,c'est les gentils insurgés contre-la méchante armée aux ordres d'un tyran qu'est Bachar el-Assad.Posez-vous la question suivante,si pareille évènement se produisait en France ) à votre avis est-ce-que l'état et l'armée française répliquerait avec des armes ou bien avec des pistolets à eau ?

Espèce d'abrutir, en France ça n'arrivera jamais pcq on a les droits de l'homme!!! En Syrie, ils veulent simplement une sorte de démocratie!!!


Portrait de ColibRIC41AC
Vote: 
2.659575

 

The Guardian sur Bassma Kodmani, porte-parole du CNS :Bassma Kodmani salariée des néoconservateurs américains, britanniques… et français ![...] Sur le CNS, chouchou politique des puissances occidentales qui en ont fait le « représentant légitime du peuple syrien« , Skelton se contente de constater que parmi les différents groupes oppositionnels, il incarne en effet la structure la plus liée aux puissances occidentales.Il est plus disert sur Bassma Kodmani, membre du bureau politique du CNS et son porte-parole officiel : Skelton rappelle ses récentes déclarations bellicistes à la dernière conférence, tenue cette année en Virginie, du Bilderberg Grup, un puissant lobby à direction américaine et vocation internationale, de tendance néoconservatrice. Et Skelton, spécialiste du Biderberg, précise que miss Kodmani n’en est pas à sa première conférence du genre, ayant participé à une réunion du Bilderberg dès 2008 : la différence étant qu’elle était présentée alors comme « française » (elle vit en France) alors que pour l’édition 2012 elle est désignée comme « internationale » : pas syrienne en tous cas.Mais le journaliste britannique remonte plus loin dans le passé effectivement fort peu syrien de Bassma Kodmani : en septembre 2005, elle a été appointée directrice de l’ »Arab Reform Initiative » (ARI), un bidule visant à accroître l’influence américaine dans le monde arabe, et du reste sponsorisée par une autre tycoon du lobbying néoconservateur made in America, le Council for Foreign Relations (CFR) qui réunit le gratin de la politique et des affaires, démocrate et républicain, aux États-Unis. Tout ce beau monde travaillant de concert au reformatage de la planète, et du Proche-Orient en particulier, selon les canons idéologiques et les intérêts géostratégiques de l’empire atlantique.L’action de l’ARI s’inscrit d’ailleurs tout naturellement dans le cadre du « Projet États-Unis/Proche-Orient » promu par le CFR. Et le « Projet » est supervisé par le général américain (retraité) Brent Scowcroft, ancien conseiller national pour la Défense auprès de la présidence américaine, poste auquel il avait succédé à rien moins qu’Henry Kissinger. Et comme le fait incidemment remarquer Charly Skelton, c’est cet homme qui a choisi une Bassma Kodmani « sur dossier », pour prendre la tête de l’ARI !Skelton s’intéresse aussi aux ramifications britanniques de cette discrète mais tentaculaire nébuleuse d’influence « néocon » américaine, par exemple le Center for European Reform (CER) de Lord Kerr, par ailleurs président délégué de la Shell. Et qui retrouve-t-on dans la liste des gentils membres associés du CER ? Bassma Kodmani. Qui est en bonne compagnie : entre autres, le milliardaire américain anti-russe George Soros !Mais la « Kodami connection » nous emmène bientôt en France, après tout son pays de résidence : Bassma est « directrice de recherches » à l’ »Académie diplomatique internationale« , une structure qui revendique dans ses statuts « indépendance » et « neutralité » mais n’en est pas moins dirigée par Jean-Claude Cousseran, qui, dans une « vie antérieure », était le chef de la DGSE.Bref, si l’on ne doit plus s’inquiéter, depuis longtemps, pour les fins de mois de l’exilée professionnelle Bassma Kodmani, tout honnête homme doit en revanche frémir à l’idée que ce soit ce genre de personne qui est choisie par nos dirigeants d’Occident pour représenter le peuple syrien, pour lequel elle ne cesse de prêcher, entre deux dîners chics et chers, des sanctions et même des bombardements ! [...] 13/07/12 extrait infosyrie

 


Programme TV

TF1
Esprits criminels
20:55
(Série/Feuilleton)
Le Silencieux
FRANCE 2
Meurtres au paradis
20:45
(Série/Feuilleton)
Retraite au soleil
FRANCE 3
Borsalino
20:45
(Film)
CANAL +
Those Who Kill
20:55
(Série/Feuilleton)
Une vie meilleure
FRANCE 5
Un village français
20:40
(Série/Feuilleton)
Mille et une nuits
M6
L'amour est dans le pré
20:50
(Telerealite)
TMC
Jo
20:50
(Film)
NRJ12
Crimes dans l'Hérault
22:40
(Magazine)

Top 10 des membres du jour

1
Celya30 - (90 commentaires)

2
jarod26 - (80 commentaires)

3
Caramella - (67 commentaires)

4
Milie01 - (54 commentaires)

5
dolphins - (42 commentaires)

6
Pistouille - (37 commentaires)

7
Soso87 - (36 commentaires)

8
Excalibur13 - (35 commentaires)

9
Eclipse - (29 commentaires)

10
Ptitglaçon - (29 commentaires)


Haut de la page