24/05/2012 15:15

Sud Radio: Une vente "n'est pas" en projet "à l'heure actuelle" selon la direction

Les élus du comité d'entreprise (CE) de Sud Radio (Sud Radio Groupe, ex-groupe Start) ont interpellé jeudi la direction sur l'éventualité d'un projet de vente de la station mais cette dernière leur a opposé "un démenti formel", a-t-on appris auprès des élus du CE.

A l'issue du CE tenu à Labège (banlieue de Toulouse), les élus ont adressé une déclaration indiquant qu'ils "prennent acte de cette réponse" de la direction mais ajoutant qu'ils "entendent néanmoins rester vigilants dans cette période particulièrement difficile notamment sur la préservation des emplois et sur le respect des conventions qui lient l'entreprise au Conseil supérieur de l'audiovisuel" (CSA).

La Lettre de l'Expansion indiquait lundi que Jean-Eric Valli, président de Sud Radio Groupe, avait décidé de se séparer de la station généraliste achetée en 2005 aux Laboratoires Fabre et écoutée essentiellement dans le Sud-Ouest. L'audience de la station est en forte baisse avec 263.000 auditeurs quotidiens (0,5% d'audience cumulée) en dépit de l'ouverture d'une fréquence à Paris en août dernier.

La banque d'affaires Messier Maris et Associés aurait été chargée de trouver un acheteur, selon La Lettre de l'Expansion.

Le directeur général de la radio, Mathieu Quétel, n'a pu être contacté jeudi pour commenter le démenti aux syndicats, mais M. Valli a affirmé au site économique toulousain Objectifnews qu'une vente "n'est pas" en projet "à l'heure actuelle". La "rumeur" s'expliquerait par la candidature de la station à une fréquence pour la radio numérique terrestre et viserait à ce que "nous ne puissions pas nous développer", indique le président de Sud Radio Groupe à Objectifnews. Christophe Bernard, délégué de l'Unsa, principal syndicat de la station, s'inquiète malgré tout de l'avenir de la radio "dont les effectifs ont été divisés par deux depuis 2005, de 80 à 42".

"Start gagne de l'argent avec ses sept ou huit radios musicales (Latina, Ado, Voltage, Wit...), ils savent faire de la radio musicale, mais ils en perdent avec Sud Radio, seule radio généraliste dans leur panier, cela ils ne savent pas faire", a expliqué M. Bernard. Le syndicaliste conteste les "multiples changements de ligne éditoriale des dernières années".

"On change tous les six mois la grille des programmes, tous les ans la rédaction en chef", a-t-il déploré. Des dérapages ont également nui à la crédibilité de la station depuis un an. L'animateur Eric Mazet a notamment été écarté après avoir évoqué en août 2011 un "lobby juif" à propos de l'affaire DSK.

Sud Radio avait alors été mise en demeure par le CSA pour "propos discriminatoires". M. Bernard craint avant tout que la station ne "soit vendue à quelqu'un qui ne s'intéresserait qu'à son parc de 70 fréquences". Une éventuelle reprise devrait recevoir l'agrément du CSA.

Ailleurs sur le web

Vos réactions