29/03/2012 10:41

"Hollywood" à Toulouse: 4 ministères vont examiner le projet

Le projet d'un grand nom américain de l'industrie du cinéma de s'installer sur une ancienne base près de Toulouse sera examiné la semaine prochaine au niveau de quatre ministères à l'instigation de l'Elysée, a indiqué mercredi un responsable économique de Midi-Pyrénées.
Le projet des studios Raleigh de s'implanter sur la base militaire de Francazal, désaffectée depuis 2010 mais toujours propriété de l'Etat, donnera lieu en milieu de semaine prochaine à un comité interministériel réunissant des conseillers de la Défense, des Transports, de la Culture et des Finances, a dit à l'AFP Jean-Louis Chauzy, président du Conseil économique, social et environnemental (Ceser) de Midi-Pyrénées.
M. Chauzy et Bruno Granja, celui qui a démarché initialement les studios Raleigh avec l'idée et qui est aujourd'hui un de leurs mandataires, ont obtenu cet engagement lors d'une rencontre mercredi à l'Elysée avec Christian Frémont, directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, a rapporté le président du Ceser.
M. Chauzy dit s'être rendu à l'Elysée avec l'intention de "débloquer la situation par un arbitrage au sommet de l'Etat" sur une affaire qui traîne trop à son goût. A trop tarder, on prend le risque que les studios Raleigh, "qui sont prêts à signer d'ici un mois, aillent voir ailleurs" et privent la région d'un gisement d'emplois considérable, dit-il.
La réunion de la semaine prochaine étudiera donc la faisabilité économique et juridique du projet, mais aussi les moyens d'aller plus vite que les procédures classiques d'appels d'offres, a-t-il dit.
Les studios Raleigh ont causé la sensation en juin 2011 quand, convaincus par Bruno Granja du potentiel de la base et des atouts de la région, ils ont manifesté leur intérêt pour une partie de Francazal, avec ses terrains, ses hangars, sa piste.
L'Etat, qui prend au sérieux les approches de Raleigh mais avance prudemment, devrait lancer sous peu deux procédures qui détermineront l'avenir à long terme des 300 hectares de l'ancienne base: l'une pour désigner à qui l'Etat concédera l'exploitation de la plus grande partie du site, dont l'Etat restera propriétaire et qui conservera sa vocation aéronautique; l'autre pour céder à un investisseur quelque 45 hectares restants. C'est sur ceux-là que lorgnent Raleigh.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Marc17
29/mars/2012 - 23h54

Projet porté par Michael Moore, il me semble. Il serait effectivement temps de se pencher dessus.

Portrait de deudeu
29/mars/2012 - 13h13

C est Julien dray qui avait raison

Portrait de Phyrros
29/mars/2012 - 11h44

Oui ! bien sur ! un détraqué fait une connerie et Toulouse deviens une ville a sensations ! beau raccourci ! pourquoi pas éviter le département de l'Yonne tant qu'on y est avec le nombre de tueurs en série qui y ont sévi ! non sérieusement, Toulouse n'est ni Marseille, ni la corse ! faut pas exagérer !

Portrait de jarød26
jarød26 (non vérifié)
29/mars/2012 - 10h41

Après Merah c'est sur que toulouse à une image de ville à sensation !

Les plus vus