07/05/2009 10:48

TF1: licencié pour avoir exprimé son opposition à Hadopi


3.666665

Un cadre de TF1, opposé à la loi Hadopi, Jérôme Bourreau-Guggenheim, a été licencié "suite à une dénonciation du ministère de la Culture", pour avoir critiqué ce projet de loi sur la protection des droits sur internet , affirme jeudi le quotidien Libération.

Jérôme Bourreau, 31 ans, était responsable du pôle innovation web de TF1 et a été licencié pour "divergence forte avec la stratégie" de TF1, écrit le journal qui a recueilli le témoignage de ce jeune cadre.

Selon Libération, M. Bourreau qui habite le XVIIème arrondissement parisien a écrit, en février, à sa députée Françoise de Panafieu (UMP) depuis son adresse mail personnelle, pour dénoncer le projet de loi.

"Le 4 mars, écrit le journal, il est convoqué par Arnaud Bosom", chargé des activités numériques de la Une, qui lui "lit le mail mot pour mot" et lui dit qu'il n'a "pas le droit d'avoir cette opinion". M. Bosom reconnaît que c'est le ministère de la Culture qui lui a transmis le mail adressé à Mme de Panafieu. Le 16 avril, M. Bourreau reçoit sa lettre de licenciement dont Libération a eu copie.

"Cette correspondance nous est parvenue via le cabinet du ministre de la Culture qui l'a adressée le jour même à la société TF1", y lit-on. Il est reproché à M. Bourreau son hostilité au projet Hadopi considérée "comme un acte d'opposition à la stratégie du groupe TF1". Interrogé, le ministère de la Culture n'a pas souhaité réagir auprès de l'AFP.

De son côté, TF1 n'a pas souhaité faire de commentaire.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.

Portrait de labelette60
Vote: 
2.8

Idem!! moi qui suit pourtant de droite, c'est terriblement outrageant non seulement envers lui mais en plus envers les droits de l'homme.

Qu'on débâte avec des politiques (dont Mme de Panafieux est en plus son député), c'est tout a fait normal, c'est même capital! (c'est même notre président qui souligne l'importance du débat). Mais là c'est le comble du comble!

Pire encore, le mail était sensé être directement adressé à mme de Panafieu. En quoi ca regardaiT Miss Albanel même si ca concerne son projet de loi? Et comment l'a-t-elle obtenue?

Monsieur peut très bien avoir sa propre opinion sans que cela entache la stratégie de TF1, du moment qu'il accepte de suivre cette dernière. Sur ce point, son employeur est pire que méprisable!

Moi aussi je suis bien dubitatif au sujet d'Hadopi. Mon député étant Mr Woerth, je serait bien tenté de lui en parler moi aussi. Et comme je ne bosse pas encore, pour le coup je ne risque rien :mrgreen:


Portrait de Iul
Vote: 
0

Ce qui me choque le plus, ce n'est pas qu'il ait été viré car il n'allait pas dans le sens de son entreprise, mais bien que son propre courrier ait été transmit à sa direction. Ca, c'est dégueulasse !


Portrait de Etrangère01
Vote: 
0

qu'un responsable de chaine n'ait pas le droit de penser par lui même, c'est scandaleux!!! qu'il n'ait pas le droit de dire ce qu'il pense, c'est encore allucinant; c'est vrai on doit respecter une ligne éditoriele pour parler ainsi, cepaendant licencier un homme qui en plus de faire son boulo dit ce qu'il pense n'est pas juste à mon sens!! en plus si j'ai bien compris le mail a été fait à partir de son adresse mail personnelle, ce qui selon moi n'enttache en rien ou n'engage en rien la responsabilité de sa chaîne!!!c'est son opinion, et non celle de TF1!
arretez, c'est honteux!!!


Portrait de moon
Vote: 
1.958335

exact...ça commence à devenir grave...
:s


Portrait de Elfy
Vote: 
0

Nous ne pouvons pas éditer le commentaire c'est la totalité ou rien. Désolée.


Portrait de Tempix2
Vote: 
0

Jérôme Bourreau est son propre... bourreau.

Sérieusement, il est con ce mec ou quoi ? Il s'attendait à quoi ?:mrgreen:


Portrait de belnea
Vote: 
0

oki. désolé pour le lien, Elfy.
c'était juste pour dire que TF1 montre souvent une assemblée pleine à chaque fois qu'ils veulent illustrer leur sujet sur la loi HADOPI alors que la dernière fois, il n'y avait réellement que 16 personnes présente.
difficile de croire que TF1 n'est rien à gagner dans cette histoire. :|


Portrait de Elfy
Vote: 
0

:arrow: Bonjour,

Merci de ne pas indiquer de liens internet dans vos commentaires ;)


Portrait de tvm
Vote: 
0

J'espère que le gars va aller aux prud'hommes et qu'il va gagner son procès.
En même temps, pour ceux qui sont étonnés, n'oubliez pas qu'il s'agit de TF1, cette chaîne fabuleuse, hautement intellectuelle, remplie de blondes siliconées, de "divertissements" branchés cul, de feuilletons et séries branchés sang et pognon, de pubs à rallonge (faut bien plaire à Coca-Cola). D'ailleurs, un pote à moi me dit souvent que TF1 est une chaîne de pubs avec quelques émissions au milieu. ^^ De temps en temps, coupez TF1 et allez respirer l'air frais du dehors, ça détend. Moi, j'ai carrément zappé cette chaîne depuis au moins 2 ans... et ça ne me manque pas ! Et puis, pour ceux qui veulent se distraire, il y a d'autres choses que TF1.. qui rendent bien plus intelligents. ^^

"Ce commentaire a été modéré par l'équipe.
Je peux savoir pourquoi? "

TF1 s'est peut-être infiltré ?... :mrgreen:


Portrait de charleval
Vote: 
0

A, fait pas le con dans la boite à ...


Portrait de kintaro
Vote: 
0

c'est du grand n'importe quoi :oops:


Portrait de gperrin
Vote: 
4

A partir du moment où il écrit en son nom et pas celui de TF1 où est le problème.
Il s'agit ici d'une grave dérive.
La Halde et les autres organismes, au lieu de regarder si on est blanc, noir, jaune ou rouge, petit ou grand ferait mieux de s'interrroger sur ces pratiques extrêmement dangeureuses.


Portrait de chuchularipette
Vote: 
0

Accès internet: les eurodéputés maintiennent la pression sur la France

Le Parlement européen a confirmé mercredi son opposition à toute coupure d'accès internet sans décision de justice préalable, dans une nouvelle attaque contre un projet français visant à lutter contre les téléchargements illégaux.

A une large majorité (407 voix pour, 57 contre et 101 abstentions), les eurodéputés ont réintroduit en deuxième lecture un amendement stipulant que les droits fondamentaux des internautes ne pouvaient être restreints "sans décision préalable des autorités judiciaires".

Cet amendement est clairement dirigé contre le mécanisme français de "riposte graduée" contre le piratage, cher au président Nicolas Sarkozy.

Celui-ci doit permettre à une autorité administrative --et non judiciaire--, baptisée Hadopi, de suspendre l'accès internet des internautes qui téléchargent illégalement des contenus culturels, après deux avertissements.

"C'est une nouvelle claque pour Sarkozy et le gouvernement français", a immédiatement réagi l'un des initiateurs de l'amendement, le socialiste français Guy Bono.

Un autre artisan de l'amendement, le vert Daniel Cohn-Bendit, a également salué "une défaite pour Nicolas Sarkozy, qui ne peut désormais plus ignorer cette position très majoritaire du Parlement européen à l'occasion du débat à l'Assemblée nationale sur la loi Hadopi".

Ce faisant, les eurodéputés hypothèquent toutefois une vaste réforme censée améliorer la concurrence et renforcer les droits des consommateurs sur le marché européen des télécoms, dite "paquet télécoms".

Ils sont en effet revenus sur un compromis pour cette réforme négocié par les rapporteurs parlementaires et les représentants des Etats de l'UE et qui retenait une formulation adoucie.

Le compromis stipulait certes que toute mesure touchant à l'accès internet devrait respecter "le droit à un jugement par un tribunal indépendant et impartial", mais sans affirmer la nécessité que ce jugement soit préalable.

L'un des rapporteurs parlementaires qui avait négocié le compromis, la socialiste française Catherine Trautmann, avait évoqué mardi un "choix cornélien". Elle a finalement appelé au moment du vote à soutenir l'amendement litigieux.

Elle a ensuite souligné qu'une partie du compromis ayant été rejetée, "l'ensemble du paquet (télécoms) va en conciliation", des négociations de la dernière chance de quelques semaines entre députés et Etats membres.

Pour les consommateurs, toute une série de droits, comme la possibilité de changer d'opérateur téléphonique en moins de 24 heures sans perdre son numéro, se retrouvent dans la balance. Leur association au niveau européen, le Beuc, a pourtant salué "une victoire".

Couper l'accès internet des personnes suspectées de télécharger illégalement est "une sanction injustifiée et disproportionnée et nous demandons au Parlement d'interdire explicitement ce genre de règles extrêmistes", a noté la directrice générale du Beuc, Monique Goyens.

De nombreux eurodéputés ont souligné la trop grande marge d'interprétation laissée par le compromis.

La France avait estimé qu'il ne compromettait plus la riposte graduée.

"Démontrer qu'Hadopi serait un tribunal indépendant et impartial reviendrait à imposer à cette haute autorité toutes les obligations qu'un juge doit respecter: droit de la défense, droit à une procédure contradictoire, publicité", avait en revanche fait valoir Mme Trautmann, estimant que cela suffirait à "faire imploser le système".

L'Hadopi, très controversée également en France, est censée envoyer 10.000 courriels d'avertissement et prononcer 1.000 coupures d'accès à internet quotidiennement. Le projet est toujours censé être voté le 12 mai par l'Assemblée nationale.


Portrait de ren
Vote: 
0

vive la france maintennent ont peux plus avoir d'opinion .... on est en pleine dictature... vive la dictature allors merci a qui la


Portrait de inconnu25
Vote: 
0

no comment... on est en pleine dictature...

La franchise, on n'aime pas, on prefere l'hypocrisie...

Pauvre France...


Portrait de JKB
Vote: 
1

Code pénal
Article 432-9
"Le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, agissant dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions ou de sa mission, d'ordonner, de commettre ou de faciliter, hors les cas prévus par la loi, le détournement, la suppression ou l'ouverture de correspondances ou la révélation du contenu de ces correspondances, est puni de trois ans d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende.

Est puni des mêmes peines le fait, par une personne visée à l'alinéa précédent ou un agent d'un exploitant de réseaux ouverts au public de communications électroniques ou d'un fournisseur de services de télécommunications, agissant dans l'exercice de ses fonctions, d'ordonner, de commettre ou de faciliter, hors les cas prévus par la loi, l'interception ou le détournement des correspondances émises, transmises ou reçues par la voie des télécommunications, l'utilisation ou la divulgation de leur contenu."

En prison !


Portrait de Ibidem
Vote: 
0

Licencié pour divergences de vues pour des propos tenus dans le cadre privé ?!
En dehors de l'entreprise, le salarié peut sauf abus s'exprimer librement sur ce qu'il veut. En plus, c'est en tant que citoyen qu'il s'est adressé à son député et pas en tant que cadre de TF1, et il ne s'agit même pas d'une critique sur la politique du groupe mais sur un projet de Loi débattu à l'assemblée ! Et pour couronner le tout, le courrier envoyé au député a été sciemment renvoyé à TF1 pour justifier le licenciement d'un salarié sur ses opinions personnelles.

Le service juridique et les avocats de TF1 vont devoir s'accrocher pour justifier le motif du licenciement devant les prud'hommes :lol: ... Après c'est sur que le niveau de responsabilité du salarié ne va pas jouer en sa faveur, mais tout de même...
Avec ce type de raisonnement on pourrait licencier des personnes simplement parce qu'ils n'ont pas voté pour une certaine personne aux élections alors que " l'élection de cette personne faisait figure d'enjeu fort pour le groupe " :shock:


Portrait de GISOUNNETTE
Vote: 
0

C'est impensable de voir ça !!! Comment le Ministère de la Culture peut il renvoyer des mails personnels à TF1 ???????? Ce ministère appartient il à la République OU est il une annexe de TF1 ???????? :twisted: :roll: :roll:

Est qu'un citoyen lambda interpellant son député voit il sa correspondance atterrir sur le bureau de son Patron ????????????? :shock: :shock: :twisted:


Portrait de nina24
Vote: 
2.32

C'est pour cela que cette loi ne sera pas applicable, elle est totalement contraire au droit européen. En plus, internet va devenir un droit fondamental et donc il sera très difficile voire impossible de supprimer la connexion à internet. Internet est devenu un outil indispensable pour s'informer...
En l'espèce, le licenciement est totalement abusif: on ne vire pas un employé pour ses opinions et en plus, la loi n'est même pas voté.


Portrait de guigoz
Vote: 
2.6

Vive la liberté d'expression!


Portrait de SuperBeauMec
Vote: 
2.714285

En résumé oui ,mais j'ajoute que c'est une administration non judiciaire qui décide de ce là ,et sans moyen de recours .


Portrait de BaKaYaRo
Vote: 
0

J'espère que les Prud'hommes vont sanctionner lourdement TF1 !


Portrait de beachparty
Vote: 
0

A peine croyable... et encore désastreux pour l'image de TF1 !!!!


Portrait de Titou42
Vote: 
0

Douce France Cher pays de mon enfance ....


Portrait de SuperBeauMec
Vote: 
2.714285

Ah oui,la liberté d'expression n'existe qu'a gauche ,ah ok ,merci je le savais pas ..:mrgreen:


Portrait de farwak
Vote: 
2.64706

C'était effectivement Bouygues Telecom.


Portrait de KingJu
Vote: 
1

tu crois que je peux dire ça à mon FAI quand il va me couper pour impayer ? :8)


Portrait de micnell
Vote: 
1.785715

belle liberté d'expression à tf 1 la chaine de sarko


Portrait de Dubinat
Vote: 
2.466665

j'allais le souligner


Portrait de Hurt
Vote: 
3

Y'avait quelqu'un de bien à TF1, dommage, il a été viré :(


Pages

Top 15 des membres du jour

1
Kaelya75 - (67 commentaires)

2
Jarod26 - (64 commentaires)

3
Caramella - (59 commentaires)

4
Milie01 - (54 commentaires)

5
dolphins - (42 commentaires)

6
Soso87 - (41 commentaires)

7
pistouille - (36 commentaires)

8
PseudoIlluZion - (34 commentaires)

9
thierry_70 - (29 commentaires)

10
Patrick83 - (26 commentaires)

11
Celya30 - (24 commentaires)

12
Eclipse - (21 commentaires)

13
DarkAngel - (19 commentaires)

14
Steph38 - (19 commentaires)

15
PtiGlaçon - (18 commentaires)


Haut de la page