22/04/2009 13:15

Polémique/clip "Sale P...":Un concours de rap contre Orelsan


1
Les Chiennes de garde ont lancé un concours de rap pour répondre au rappeur Orelsan qui défraye la chronique depuis plusieurs semaines avec sa chanson controversée "Sale pute" et qui doit se produire au Printemps de Bourges.

"Les Chiennes de garde lancent un concours de textes de chansons pour répondre par l’humour à ceux qui incitent à la haine contre les femmes", a annoncé aujourd'hui dans un communiqué le mouvement féministe, qui se dit "mis en verve par Orelsan".

Les internautes peuvent déjà consulter quelques titres sur le site internet du mouvement, comme "les Mots d'amour" ("Trouve d’autres mots/Pour guérir tes maux/Que ces mots de haine/Poésie malsaine").

La chanson lauréate sera diffusée sur Radio Libertaire, ont précisé les Chiennes de garde.

Orelsan doit se produire samedi dans le cadre du Printemps de Bourges, qui a refusé de déprogrammer le rappeur, malgré la polémique qui fait rage autour du clip "Sale pute", posté il y a deux ans sur internet, où il se met dans la peau d'un homme trompé qui menace sa compagne dans des termes crus.

Des associations et responsables politiques de tous bords ont dénoncé une incitation à la violence envers les femmes et demandé la déprogrammation d'Orelsan du festival, qui a ouvert mardi.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.

Portrait de juju16
Vote: 
4

Et y'en a qui appellent ça de la musique?:twisted:


Portrait de fred2310
Vote: 
0

c'est vraiment minable de faire chier ce mec au moment ou il sort son album...

ah la la la france hypocrite. ce clip est depuis 2 ans sur le net et à l' époque on a rien dit mais là le mec sort un album, on le traite de tous les noms...faut arreter d etre stupide en france.

ok ses paroles ne sont pas des plus fines et personnellement limites parfois mais en même temps il joue un personnage : celui d' un mec paumé comme une grande majorité d'ados en mal de devenir (et perso faut bien lire ces textes pour pouvoir au moins si retrouver ne serait-ce qu' une fois).

A croire que les journalistes et ces associations ont rien d'autres à faire que de taper sur ce mec que de résoudre les vrais problèmes de la violence contre les femmes...

:( :(


Portrait de peopleHenry
Vote: 
0

Comment peut-on s'offusquer de l'expression "sale pute" lorsqu'on porte soi-même le nom de "chiennes de garde"?
Il me faut encore relire une nième fois "Femme, mode d'emploi (l'intégrale)" :mrgreen:


Portrait de lolo7473
Vote: 
4

apparament pour les chiennes de garde une femme peut insulter un mec mais surtout pas l'inverse et elles appellent ca la parite


Portrait de loogaroo
Vote: 
3.20792

Une proie facile, sans risque, car il n'a pas la bonne couleur : il ne peut pas utiliser l'excuse du "racisme" s'il est attaqué, donc ces femelles extrémistes peuvent sans courage lui taper dessus. Elles n'oseront jamais critiquer l'Islam et le sort des femmes excisées et mariées de force.


Portrait de lolo7473
Vote: 
4

ah bon et diams qui creve les pneus d'un mec parce qu'ils trompent sa copine dans un clip avec vitaa ,on les a pasc entendu les chiennes de garde la


Portrait de YOUSS93
Vote: 
0

Voici la tribune de Youssoupha écrite pour lemonde.fr puisque Morandini ne nous la poste pas, bonne lecture pour ceux que ça intéresse.

Eric Zemmour confirme sa plainte contre Youssoupha suite à ses propos tenus dans le titre "A force de la dire", voici la réponse de Youssoupha dans lemonde.fr :

CES ARTISTES FANTÔMES QUE SONT LES RAPPEURS FRANCAIS

Selon certains médias, je suis "le rappeur qui veut faire tuer Eric Zemmour". Voilà pour les présentations. Mes papiers? J'en ai quelques-uns, comme ceux que nous avons reçus cette semaine: une notification d'avocat signifiant qu'une plainte a été déposée par M. Eric Zemmour et ses avocats auprès du procureur de la République pour "des faits de menaces de crimes" et "d'injure publique". Ces accusations visent le texte d'un de mes titres récemment paru sur la Toile. Revoilà donc le spectre terrifiant du rap aux valeurs morales crapuleuses et aux invectives criminelles. C'est le retour du hip-hop qui terrorise. Ennemi sanguinaire des institutions les plus honorables de ce pays. Les monstres sont revenus. La psychose nous rattrape. Quoiqu'elle ne nous ait jamais vraiment quittés. Encore une fois, un rappeur est placé au centre de la polémique. Il faudra le clouer au pilori ou le faire passer à la barre. C'est seulement à cette condition que l'ordre social, médiatique et surtout moral retrouvera son harmonie. Cette fois-ci, la foudre m'a choisi. Je m'appelle Youssoupha, j'ai 29ans, et la chanson incriminée s'intitule A force de le dire.C'est un titre où j'aborde divers sujets de société, parmi lesquels les mauvais effets des drogues douces, l'assassinat des leaders d'opinion, l'élection de Barack Obama, la lutte contre le sida, la guerre au Congo, la violence dans les stades… Mais curieusement c'est un passage en particulier qui a fait couler beaucoup d'encre et déclencher beaucoup de clics: "A force de juger nos gueules les gens le savent/Qu'à la télé souvent les chroniqueurs diabolisent les banlieusards/ Chaque fois que ça pète on dit qu'c'est nous/J'mets un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d'Eric Zemmour." A "l'insu de mon plein gré", donc, j'ai défrayé la chronique.

"POURVU QU'IL N'ARRIVE RIEN À M. ZEMMOUR"

Me voilà placardé un peu partout sur le Net et dans quelques journaux comme "le rappeur qui menace violemment Zemmour" ou encore "le rappeur qui a mis un contrat sur Eric Zemmour" ou, comme je l'écrivais au début de ce papier pour mieux vous situer, "le rappeur qui veut faire tuer Eric Zemmour". Tout ça n'est pas très gai. En même temps, ma chanson ne l'est pas non plus, donc je peux le comprendre. Mais tout de même, l'ambiguïté cède la place aux interprétations les plus louches. Dans la confusion générale, certaines équivoques ouvrent la piste d'un contrat criminel sur le chroniqueur de "On n'est pas couché" sur France2. Je me retrouve à me soucier du sort quotidien de M. Zemmour. Pourvu qu'il ne lui arrive rien car, sinon, des milliers de paires d'yeux se fixeraient dans ma direction. Assimiler un rappeur à un agitateur dangereux n'est pas un fait très original. Dans les mass médias, ça pourrait presque faire office de marronnier, comme la rentrée scolaire, le beaujolais nouveau ou le passage à l'heure d'été, tellement les précédents sont nombreux. Il y avait déjà eu le scandale NTM. Le groupe avait été condamné pour "propos outrageants" envers les forces de l'ordre lors d'un concert en 1995. Plus tard, il y aura le procès Sniper (poursuivi en 2004 par le ministère de l'intérieur, Nicolas Sarkozy (en tête), mais aussi le tapage MonsieurR (accusé d'incitation à la haine et de sexisme par le député UMP François Grosdidier en novembre2005). Tous ont été relaxés. Et à l'ombre de toutes ces "affaires" sulfureuses et racoleuses, on oublie l'acharnement judiciaire contre Hamé du groupe La Rumeur, accusé de diffamation publique envers la police nationale pour un article dénonçant la brutalité policière. Mais ses descriptions étaient tellement avérées que le parquet lui-même a reconnu que, "replacés dans leur contexte, ces propos ne constituent qu'une critique des comportements abusifs, susceptibles d'être reprochés sur les cinquante dernières années aux forces de polices à l'occasion d'événements pris dans leur globalité". Il a été relaxé à plusieurs reprises lors des différentes instances du procès, mais l'Etat envisage depuis l'année dernière de se pourvoir en cassation une seconde fois (!) pour le faire condamner enfin. Pour une affaire de ce type, c'est du jamais-vu dans l'histoire contemporaine de la justice française. Quel acharnement, quelle usure ! Qui en parle ? Pourtant, cette fois-ci, nous sommes bien dans la réalité.

DANS L'OMBRE, ON FAIT TOUJOURS DE LA MUSIQUE

J'ai eu l'occasion de m'expliquer sur le sens de mes mots, ceux d'A force de le dire, dans le journal Le Parisien. Puisque ça paraissait nécessaire. Eric Zemmour est journaliste et polémiste, je suis auteur et interprète. Il n'a jamais tué personne. Moi non plus. Nous sommes tous les deux des hommes de paroles. Une quelconque divergence de point de vue qui nous opposerait relèverait forcément du débat d'idée, de la discussion. Le faire taire? Il faut l'entendre dans le sens le plus élémentaire: le remettre à sa place, le mettre face à ses contradictions. Après tout, n'est-ce pas le sens même des lois sur les discriminations que de faire taire et de réprimer des propos qui peuvent s'avérer racistes ou "excluant"? Sa posture de journaliste lui confère un devoir de pertinence dont il doit prendre toute la mesure à l'occasion de chacune de ses déclarations. Faire taire Eric Zemmour ? Effectivement. Il n'y a rien d'autre à entendre ou à comprendre ? A moins de s'imaginer que j'ai assez d'influence pour le faire assassiner ou que je suis disposé à le faire. Nous venons de quitter la réalité tangible. Revoilà le fantôme. Le fantasme d'un rappeur-gangster-tueur. Ce que je suis censé être. Et c'est là que je déçois tout le monde. La réalité est beaucoup moins fantasque. Je ne suis ni un Che Guevara, ni un Jacques Mesrine, ni même le personnage haut en couleur d'un film de Lautner pour intenter à sa vie. Désolé pour ma mauvaise interprétation du personnage. Vous avez vu un fantôme. Ce n'était que moi. Il n'y a plus rien à signaler. L'accalmie médiatique est là. Le buzz se dégonfle. Remplacé immédiatement par l'ouragan politique autour du rappeur Orelsan. Ministres et députés ont subitement décrété l'état d'urgence pour un clip vieux de trois ans qui met en scène la déprime pathétique et trash d'un petit ami trompé. L'affaire est encore plus tapageuse, donc encore plus intéressante, confiera le membre d'un organe de presse à l'un de mes collaborateurs. J'irai donc rendre des comptes devant les autorités compétentes. Devant la justice pour la première fois de ma vie. Pour la dernière fois, j'espère. J'irai avec mes points de vue, mes critiques, le poids de mes paroles. Leur virulence aussi. Je l'assume. Je suis un rappeur. Pas un fantôme. Dans l'ombre, on fait toujours de la musique, on défend nos convictions, on danse, on dénonce, on organise, on vend des disques, on doute, on entreprend et il nous arrive même d'être des gens bien. Arrêtez de croire aux fantômes.

Youssoupha, rappeur


Portrait de mandrakxx
Vote: 
2

Faut pas etre dure avec ce rappeur ...C'est réducteur de de focaliser sur une chanson....


Portrait de Niko44
Vote: 
0

Moi je suis extrement choqué par ceux qui font violence aux femmes mais là ... Il a dit, il a redit et Il a répété ... C'ETAIT UNE PETITE FICTION ! C'est vraiment dômmage en + cette chanson " sale p*** " est sorti en 2004 si mes souvenirs sont bons ... & on attend 5 ans après pour polimiquer sur ça ! On a " presque " cassé sa carrière avec ça, mais ce type il a du talent merd* " No life", " Changement" , "Différent" ... Bref


Portrait de sailormoon31
Vote: 
0

la pire de ses chansons c'est "st valentin" pour moi !!


Portrait de Daniel1
Vote: 
0

acceptez que les rappeurs représentent une partie de la société tout comme votre gouvernement représente le patronat...mais ça, c'est une autre histoire.


Portrait de Daniel1
Vote: 
0

Des fois, j'ai envie de comparer des groupes de féministes tels que les chiennes de garde à un groupe d'extrémistes . J'ai l'impression qu'elles cherchent à s'affirmer à travers un organisme pour essayer d'enterrer des frustrations créer par des hommes auparavant. En lisant leur "rap" créé contre Orelsan, on dirait qu'elles crachent toutes leurs haines contre les hommes. Orelsan est en train de payer pour tous les hommes qui ont fait mal à ces chiennes de garde


Portrait de spaceboy
Vote: 
0

C'est clair qu'au niveau du flow, c'est pas un grand bonhomme!!!
Des rap comme ça, pourri, tu n'a plus que ça maintenant..
Vive le rpa français des années 90!!!


Portrait de Daniel1
Vote: 
0


[propos misogyne=ON] ah leurs niches, tu veux dire la cuisine :lol: [propos misogyne=OFF]


Portrait de bebe23
Vote: 
0

Ta raison sur toutes la ligne


Portrait de bebe23
Vote: 
0

Le titre N'est même pas sur son album c'etais juste un coup de buzz .Ces associations de mon points de vue est un peu abusives mais bon chacun a le droit de faire ce qui bon lui semble ... pas tous bien sur ;D


Portrait de darkjay
Vote: 
2.714285

Ca tourne au ridicule. De toute façon, dans ce pays, on ne peut plus rire de rien. Ou plutôt si, on préfère aller voir des films bas du front comme Coco, Disco, les Ch'tis, bien formatés TF1 pour le blaireau de base plutôt que d'avoir de la transgression, de la subversion. Faudrait que les gens s'intéressent un peu à la musique, à l'univers d'Orelsan pour se rendre compte que c'est raccord avec son PERSONNAGE de jeune loser de petite ville de province mal dans sa peau. Quand Bigard a fait le "lâcher de salopes", on n'a pas entendu ces chiennasses de garde, non ? Décidément, la bienpensance moralisatrice française a encore de beaux jours devant elle, à museler tous les contre-pouvoirs, et à uniformiser la pensée du peuple.


Portrait de corey
Vote: 
1.923075

Ils vont pas le laisser tranquille se petit jeune , il y a bien plus grave qui se passe dans certain ménages que cette chanson ...


Portrait de da godfather is back
Vote: 
3.296295

Donc, ça ne te dérange pas que sa fasse encore plus mal dans la mesure ou il n'y a pas d'insulte ?:shock:


Portrait de da godfather is back
Vote: 
3.296295

Je pense qu'il suffit juste de se mettre à sa place le temps de la chanson pour comprendre que ce n'est pas une chanson contre les femmes, mais pour lui.
Elle n'est pas sur son album et il aurait eu tort de pas la mettre en ligne parce qu'elle est (à mon avis) très bien écrite.


Portrait de D4dOu
Vote: 
0

Bon coup de pub pour cette "association" rien de plus à dire si ce n'est que je suis d'accord avec ce que Leadoudou a écrit.


Portrait de da godfather is back
Vote: 
3.296295

L'insulte est faite pour faire mal et pas pour forcemment coller à la réalité;
Un mec qui cocufie sa meuf et qui la largue, c'est un enc**é pourtant il y a pas de rapport entre l'insulte et l'acte.


Portrait de da godfather is back
Vote: 
3.296295

Je le redis, c'est un coup de sang. Il a posé sur du papier toutes les idées noirs qui lui passaient par la tête. Crois moi quand je te dis que beaucoup beaucoup de mecs dans sa situation ont des pensées pareilles.
Vider son sac n'est pas synonyme de passage à l'acte.

Lorena Bobit ça te dit rien ? C'est une américaine (je pense) qui a coupé le sexe de son mec avant de le jeter aux toilettes.

Il y en a qui écrivent des horreurs, mais il y en a d'autres qui les font.


Portrait de ByeByeBlondie
Vote: 
0

Il s'est excusé! Il a dit qu'il la chanterait pas au printemps de bourges!
Qu'est-ce qu'ils veulent de plus??
C'est tirer sur une ambulance, ça sert à rien!


Portrait de da godfather is back
Vote: 
3.296295

Parce que certaines agissent comme tel tout simplement.


Portrait de ItalianGuy
Vote: 
0

Consternant ! Quelle stupidité !


Portrait de da godfather is back
Vote: 
3.296295

Ridicule ! C'est idiot de prendre un mot dans une chanson et de mettre les projecteurs dessus.
N'en déplaise aux chiennes de garde, mais un mec qui se fait larguer et/ou tromper, pense et parle comme ça.
Il ne traite pas toutes les femmes, mais une en particulier;
Il faut vraiment écouter la chanson du début à la fin pour comprendre que c'est un coup de sang.


Top 15 des membres du jour

1
Kaelya75 - (67 commentaires)

2
Jarod26 - (64 commentaires)

3
Caramella - (59 commentaires)

4
Milie01 - (54 commentaires)

5
dolphins - (42 commentaires)

6
Soso87 - (41 commentaires)

7
pistouille - (36 commentaires)

8
PseudoIlluZion - (34 commentaires)

9
thierry_70 - (29 commentaires)

10
Patrick83 - (26 commentaires)

11
Celya30 - (24 commentaires)

12
Eclipse - (21 commentaires)

13
DarkAngel - (19 commentaires)

14
Steph38 - (19 commentaires)

15
PtiGlaçon - (18 commentaires)


Haut de la page