16/01/2012 10:01

Morandini Zap: Michel Cymes pousse un coup de gueule contre les journalistes!

Hier, dans "Médias, le magazine", Thomas Hugues recevait Michel Cymes et Isabelle Dinoire, la première greffée partielle du visage au monde.

Ensemble, ils sont revenus sur les journalistes qui ont enquêté afin de savoir qui était le donneur.

"Ca c'est un vrai scandale ! Le don doit être anonyme en France. C'est indispensable. Et que des journalistes fassent une enquête pour chercher le nom de la personne qui a donné, retrouver sa famille... C'est abject ! C'est le meilleur moyen pour qu'il n'y ai plus de donneur", a lancé le présentateur du "Magazine de la santé". 

 

Regardez

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Marc17
16/janvier/2012 - 14h05

Pourquoi pas donner les noms de ces journalistes ainsi que les organes de presse pour lesquels ils travaillent ? (à moins qu'ils bossent en freelance).
Aucune raison de respecter l'anonymat, là non plus.

Portrait de jude31
16/janvier/2012 - 11h46

il y a d'un coté la morale du journaliste mais il faut aussi penser au greffé! Comment voulez-vous accepter votre greffe si vous savez qui est le donneur, si tous les jours vous avez l'image de la personne qui a fait ce don?! Ce n'est finalement que la confirmation du fait que le journalisme est depuis un moment déjà en perdition totale.

Portrait de touloune
16/janvier/2012 - 11h41
citronotomatik a écrit :
Oh lui qu'il garde sa place ! Monsieur" je suis partout " "je me mêle de tout" Son seul but désormais est de passer au zaping !

C'est lamentable comme commentaire. J'aimerais bien voir votre tête si par exemple l'un des membres de votre famille faisait un don d'organe et que des journalistes peu scrupuleux viennent vous voir pour savoir le pourquoi du comment etc....
Le don doit resté anonyme et libre.
Un peu de respect envers les familles de donneurs est un minimum.

Portrait de Kenliv
16/janvier/2012 - 10h17

Exactement !!!

Portrait de emy93
16/janvier/2012 - 10h09

Tout à fait d'accord avec Michel Cymes !

Les plus vus