13/12/2011 21:15

France Soir sera absent des kiosques ce mercredi

France Soir sera absent des kiosques demain, une partie des salariés ayant décidé d'exercer "un droit de retrait" après l'occupation aujourd'hui des locaux par des militants qui ont empêché la tenue d'un Comité d'Entreprise. Ce matin une centaine de militants de la CGT avaient investi les locaux du journal afin d'empêcher la tenue d'un comité d'entreprise consacré à la décision du propriétaire d'arrêter la version imprimée du titre jeudi. "Nous entendons empêcher la tenue du CE et exigeons que M. Pougachev décide de surseoir à sa décision", avait dit un porte-parole du Comité Inter (CGT).

Ce soir dans un communiqué, un collectif "regroupant de nombreux salariés de France Soir, journalistes et administratifs" a condamné "vigoureusement l'occupation violente, avec dégradation de matériel, des locaux de leur journal, ce mardi, par un commando de personnes extérieures se réclamant d'une centrale syndicale". Signé par une cinquantaine de salariés le texte précise que "cette opération a été menée sans concertation et sans l'accord des salariés, qui s'étaient au contraire prononcés à plusieurs reprises contre de telles actions susceptibles de nuire aux négociations sociales en cours, visant à sauver des dizaines d'emplois".

De source syndicale on affirme que le propriétaire Alexandre Pougachev "entend passer en force et faire-fi des prérogatives du Comité d'Entreprise, il en profite pour anticiper l'arrêt du journal". Le Comité d'entreprise a annoncé qu'il assignait la direction en référé "pour que le droit soit respecté car la direction de France Soir a violé les règles de fonctionnement du CE et son plan social est illégal", selon un représentant syndical. France Soir est sous protection de la justice (clause de sauvegarde) jusqu'à la fin de l'année. M. Pougachev avait annoncé en octobre l'arrêt de l'édition papier pour le 15 décembre. Cette décision s'accompagnerait de 89 suppressions d'emplois sur 127. 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Niland
13/décembre/2011 - 23h44

Combien de gens licenciés cette fois encore, un journal qui meurt , des licenciements en chaîne :les distributeurs, les imprimeurs et bien entendu tout l'éditorial. Chaque jour de nouveaux licenciements ,c'est terrifiant.

Les plus vus