07/12/2011 16:25

Les médias donnent peu la parole aux femmes expertes

Les femmes ne représentent que 18% des experts consultés dans les médias, avec un taux particulièrement bas dans la presse écrite hebdomadaire, mais guère plus élevé à la télévision et à la radio, qui donnent bien davantage la parole aux hommes, selon un rapport publié mercredi.
D'après ce rapport de la Commission sur l'image des femmes dans les médias, remis mercredi à la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, Roselyne Bachelot, le verdict des chiffres est "sans complaisance". "La légitimité du savoir est masculine", souligne Michèle Reiser, qui préside cette commission.

Dans la presse écrite hebdomadaire, les résultats sont particulièrement criants: le taux d'expertes est seulement de 14,6% contre 85,4% d'experts, indique l'étude, réalisée sur cinq magazines ("Paris Match", "Le Nouvel Observateur", "L'Express", "Le Figaro Magazine" et "Le Point"). 
Au total, on compte sept fois plus de citations pour les hommes, neuf fois plus de photos et six fois plus d'interviews dans la presse hebdomadaire.

A la télévision, la situation n'est guère meilleure: les femmes expertes restent invisibles, puisque leur taux de présence n'est que de 18%, dont 20% dans les magazines d'information et 16% dans les journaux télévisés. Dans l'émission "C dans l'air", présentée par Yves Calvi sur France 5, elles n'étaient même que 5% la semaine du 19 au 25 septembre en termes de temps de présence, et de 2% en temps de parole !
En termes de temps de parole, les téléspectateurs entendent à la télévision près de sept fois plus d'hommes spécialistes que de femmes, soit une parole d'expert pendant sept heures un quart pour une heure un quart pour les expertes.
La radio s'en sort un peu mieux, avec un taux de présence de 23% pour les expertes. Le résultat est néanmoins moins bon dans les matinales (22%) que dans les émissions de libre-antenne (30%).
Par expert, le sondage entend "une personne ayant une légitimité par rapport à la question évoquée", comme par exemple un médecin pour des problèmes de santé ou un juriste sur un cas judicaire.
L'analyse a été réalisée du 15 septembre au 15 novembre, avec la semaine du 19 au 25 septembre comme période de référence.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Gégé94
8/décembre/2011 - 10h31

Dans le domaine du foot ou de Rugby,
A quelques exceptions, les journalistes sportives sont très peu représentées dans ces deux domaines.
Mais bon, on me dira que c’est le monde des machos

Portrait de La-mire
La-mire (non vérifié)
7/décembre/2011 - 20h13
ludesyova a écrit :
c'est vrai que chez Y. Calvi il y a très rarement de femmes "expertes" de même que chez F. Taddéi qui a dit lui même qu'il avait beaucoup de mal à trouver des femmes pour ses débats et qu'il était conscient du problème. Alors où sont nos "grosses têtes" féminines ?

Chez Bouvard...? .:-)

Les plus vus