25/11/2011 15:57

Afrique du Sud: le photographe David Goldblatt inquiet pour la liberté de la presse

Le photographe sud-africain David Goldblatt a renoncé à une décoration pour protester contre la très controversée loi sur l'information votée mardi par les députés du Congrès national africain (ANC), qui pourrait menacer la liberté de la presse, a indiqué son agent vendredi.

Chef de file de la photographie sud-africaine, David Goldblatt, 81 ans, s'est fait connaître dans le monde entier en immortalisant la vie quotidienne des Sud-Africains depuis les années 1940, notamment sous l'apartheid.

Il aurait du recevoir le 27 avril 2012, "l'ordre de l'inkhamanga", équivalent sud-africain de l'ordre des arts et des lettres, qu'il avait accepté en mars a indiqué Lara Koseff, porte-parole de la Goodman Gallery qui représente ses intérêts.

Dans une lettre au président sud-africain Jacob Zuma, le photographe explique son refus de recevoir la récompense par le vote de la loi, estimant que celui-ci est en complète contradiction avec l'esprit de liberté, "une nouvelle culture des droits de l'Homme et un respect de la dignité de l'esprit humain", qui avaient inspiré la création de l'ordre.

"Il suffit de dire que cette action mine sérieusement notre courageuse mais fragile démocratie et l'Etat de droit", ajoute-t-il.

La loi dite de "Protection des Informations d'Etat" menace d'envoyer en prison les journalistes qui publieraient des données classées secrètes, la peine pouvant aller jusqu'à vingt-cinq ans en cas de présomption d'espionnage. Elle est considéré par les défenseurs de la liberté de la presse comme une arme pour étouffer les affaires de corruption.

Le gouvernement et l'ANC affirment que la loi est destinée à contrer la menace d'espionnage, qu'elle ne concerne pas les médias, et qu'est "comparable aux meilleures pratiques internationales".

Mais les opposants ne désarment pas. Les critiques viennent de l'opposition sud-africaine mais aussi d'anciens proches de l'ANC dans la lutte contre l'apartheid et des alliés syndicalistes du parti au pouvoir, et, à l'étranger, d'organes de défense de la presse comme Reporters sans frontières.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de bere2
bere2 (non vérifié)
25/novembre/2011 - 16h05

Je remets le message que j'avais posté il y a quelques jours sur l'article concernant Nadine Gordimer, et qui traitait du même sujet :

Forcément après le régime merdique de l'apartheid, la présence de l'ANC au pouvoir passe pour une bonne chose. Mais ce parti traîne un paquet de casseroles, Jacob Zuma en tête
Il y avait eu un reportage sur arte il y a quelques temps sur l'ANC et la situation politique en Afrique du Sud.
Heureusement que Nelson Mandela est encore là. Et même s'il ne fait plus rien, il représente toujours une certaine autorité, et une certaine moralité. Mais quand il sera parti, ce sera du grand n'importe quoi (comme le Zimbabwe voisin?)
:puzzled:

Les plus vus