26/01/2009 13:21

Madagascar: la radio nationale saccagée

Les locaux de la radio nationale malgache (RNM) à Antananarivo ont été saccagés lundi par des partisans du maire de la capitale Andry Rajoelina et étaient en feu en milieu de journée, à la suite d'un rassemblement de l'opposition, a constaté un journaliste de l'AFP.

Plusieurs milliers de partisans du maire d'Antananarivo, qui s'est érigé ces derniers jours en principal opposant du président malgache Marc Ravalomanana, ont afflué lundi depuis la place du 13 mai, où le maire avait appelé à un rassemblement, vers le Palais de justice de la capitale.

Quelques centaines d'émeutiers se sont alors attaqués au siège de la radio nationale, situé à proximité, sortant à l'extérieur ordinateurs, meubles et dossiers et mettant le feu au bâtiment qui était rapidement entouré d'une épaisse fumée, a constaté l'AFP.

Des voitures situées dans la rue avoisinante ont également été endommagées.

Le maire a renouvelé lundi ses critiques du pouvoir du président malgache Marc Ravalomanana malgré les fortes mises en garde du régime, devant des partisans toujours plus nombreux.

Selon plusieurs participants, plus de 40.000 partisans du maire - soit plus que les 25.000 personnes rassemblées samedi - se sont rassemblés lundi sur la place du 13 mai, au centre de la capitale et haut lieu de la contestation. Ce chiffre n'a pu être confirmé de source indépendante.

Perché sur un camion face à la foule, le maire, surnommé "TGV" -comme Train à grande vitesse- pour son caractère fonceur, a affirmé: "le pouvoir appartient au peuple, il peut se l'accaparer; à chaque heure qui passe, le pouvoir prouve la dictature".

"Partout dans le monde, aucune force militaire n'a réussi à vaincre la force de la population; c'est pour ça que nous allons continuer même si ils font venir des mercenaires étrangers (...) pour éliminer le maire", a-t-il lancé en parlant de lui à la 3e personne.

"Il y a beaucoup trop de prisonniers politiques et quand je serai au pouvoir, ils seront tous libérés, sauf les assassins", a-t-il dit.

Le maire a ensuite enjoint la foule à se rendre devant un tribunal de la capitale, et la place a commencé à se vider.

"Samedi, des étudiants à l'université d'Ankatso ont été emprisonnés pour des raisons qui n'ont pas été claires; nous allons demander leur libération immédiate", a lancé l'opposant, avant de convoquer ses partisans à un nouveau rassemblement mardi à 10h00 (07h00 GMT) sur la place.

M. Rajoelina entretient des rapports tendus avec le régime de M. Ravalomanana depuis son élection à la mairie en décembre 2007, mais le bras de fer s'est fortement durci depuis la fermeture par le gouvernement le 13 décembre 2008 de sa télévision privée Viva.

Ecourtant un voyage à l'étranger, M. Ravalomanana est rentré dimanche à Antananarivo, déclarant vouloir "rétablir l'ordre" et "sauvegarder la République".

"L'appel à la révolte et à la désobéissance civile" lancé par le maire "correspond à un coup d'Etat" et "foule au pied les valeurs de la Constitution", a-t-il dit dans un communiqué.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de ouais
27/janvier/2009 - 08h02

tu regrettes le "temps béni des colonies"??

Portrait de Lalaina
26/janvier/2009 - 15h10

Il me semble illusoire de mettre d'un côté le peuple et Ravalomamana de l'autre. Ce n'est pas en le renversant qu'on annihilera la corruption (soit une bonne partie de la population). Certes la population s'appauvrit à cause d'une gestion des richesses inégale, injuste et malheureuse. A ceux qui s'alertent sur la situation de cette grande île, qu'ils réalisent aussi que le peuple s'est fait encore une fois avoir, qu'ils ont cru en Ravalomanana mais qu'il y a en outre une amélioration des infrastsructures non négligeable.
Le Maire de Tana veut rendre le pouvoir au peuple ? ça me fait doucement rigoler, ce dernier est tout aussi gangréné par la corruption et les magouilles.
Le peuple est affamé et ne peut patienter encore pour s'en sortir. 70% de la "survie" sociale dépend des ONG. Le gouvernement s'allie avec une Amérique qui depuis quelques mois le précipite dans sa chute.
C'est la crise mondiale et la panique à bord.

Les plus vus