22/01/2009 15:04

Deux intermittents du spectacle condamnés après une manif

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné jeudi pour "violation de domicile" deux intermittents du spectacle qui s'étaient introduits en 2005 au siège parisien de la CFDT afin d'y manifester avec d'autres contre la signature des nouveaux accords Unedic.

Les deux intermittents ont été condamnés chacun à une amende de 2.000 euros, assortie du sursis. Ils devront également verser un euro symbolique à la CFDT, partie civile au procès.

Lors de l'audience du 11 décembre, le ministère public avait requis à l'encontre des deux prévenus une peine de prison avec sursis.

Le 19 avril 2005, une centaine de chômeurs, intermittents ou RMIstes avaient envahi le siège du syndicat, ouvert au public ce jour-là à l'occasion d'une exposition. Estimant avoir été malmenée, la CFDT avait alors porté plainte.

Tandis que les deux prévenus avaient à l'audience décrit une action improvisée et bon enfant, le conseil de la CFDT avait dénoncé "une action inconsidérée", avec "un homme jeté à terre", des contraintes sur l'hôtesse et des injures.

Ce n'est pas parce que "la CFDT négocie avec le Medef" qu'elle "a vendu son âme au diable", s'était-il encore défendu.

Jeudi, la décision laissait perplexe le conseil des deux intermittents, Me Irène Terrel, en même temps qu'elle déclenchait la colère de la trentaine d'intermittents venus soutenir les deux prévenus.

Comment peut-on parler de violation de domicile alors que la CFDT était "ouverte au public" pour une exposition, s'interrogeaient ainsi la plupart des militants.

Cette décision est "apparemment mesurée", a reconnu Me Terrel, mais "elle est inacceptable sur le principe". Selon elle, "le risque d'une telle décision, c'est qu'une occupation totalement non violente se transforme en violation de domicile et en infraction pénale".

Pour les chômeurs et les précaires, qui n'ont pas le droit de grève, "à part les occupations, il ne reste pas beaucoup de moyens" de contestation, déplorait-elle, assurant réfléchir à un appel.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de chuchularipette
23/janvier/2009 - 20h14

Oui mais tu vois, ils ont craché leur fiel, et ne viennent plus ni lire, ni poster.
Donc, une fois de plus, ils partent avec leurs idées toutes faites, sans chercher à comprendre...:roll:

Portrait de chuchularipette
23/janvier/2009 - 10h52

C'est ça! Et au final, les gens s'arrêtent à ça!

Portrait de petitmr
23/janvier/2009 - 07h27

Suis bien d'accord avec toi.
Mais expliquer comme fonctionne notre statut à des personnes qui n'y connaissent rien, c'est vraiment compliqué. Surtout quand au final, on te regarde puis on te dis: "Ben en gros tu fous rien".

Portrait de petitmr
23/janvier/2009 - 07h21

C'est même à cause de gens comme ça qu'après on est perçu comme des glandeurs vis à vis des autres.
C'est clair qu'il y a des abus, et qu'il faut tout faire pour que les gens dont tu parles dégagent de "l'intermittence".

Portrait de chuchularipette
22/janvier/2009 - 22h27

INTERMITTENT, ce n'est pas un métier.
Cadreur, scipte, truquiste, ingénieur du son, opérateur synthé, assistant réalisateur, réalisateur, ingénieur vision, opérateur magnéto, opérateur ralentis, assistant son, habilleuse, costumière....etc...
Tous ces métiers sont regroupés sous le régime intermittent!:roll:

Portrait de chuchularipette
22/janvier/2009 - 22h24

Commentaire inepte!
Intemittent, ce n'est pas un métier!
Il faut juste se renseigner avec des dire des débilités pareilles!

Portrait de chuchularipette
22/janvier/2009 - 22h22

Oui comme les étudiants, ou les cheminots...
Ils y a toujours des casseurs qui suivent les manifs...
Et oui, au milieu de nous "intermittents", il y en a surement de violents!
Pas pour autant que nous le sommes tous!

Portrait de chuchularipette
22/janvier/2009 - 22h21

Et donc, c'est ta conclusion?
Tu nous mets tous dans le même panier?
Et si on aime notre métier? (scripte, assistant, réalisateur, ingénieur du son, cadreur...etc)
Est-ce qu'on a le droit de se battre pour nos droits?

Informe toi avant de dire de telles horreurs!:roll:

Portrait de soyonsprecis
22/janvier/2009 - 21h29

Je vais te dire : Je suis d'accord avec toi sur le fond. Les intermittents sont des gens utiles et les artistes des gens indispensables. Cela dit, j'ai quand même deux observations :
1 - Etant moi-meme dans le domaine de la musique, j'ai vu des dizaines de "bons à rien" tenter et réussir à obtenir le régime des intermittents en s'improvisant éclairagistes, roadies etc... Puis, avec des complices, bidonner les feuilles pour avoir les heures necessaires à avoir l'indemnisation chomage sans rien foutre. Une honte !
2 - Je répète que le mouvement des intermittents est manipulé depuis le début par la CNT et leur leader Julien qui est propriétaire d'un bar de redskins dans le XXe, donc tout sauf un intermittent. Ils ont dès lors perdu toute crédibilité. Il y a des syndicats sérieux et responsables comme la CGT, la CFDT, FO etc... alors pourquoi confier une lutte ouvrière à des anarchistes violents ?

Portrait de Ambre
22/janvier/2009 - 21h15

Eh bien si c'est si difficile, qu'ils fassent autre chose ! On en a vu un l'autre jour dans Capital qui était au RMI (bien-sûr) mais qui n'était pas mécontent et, vu l'âge qu'il avait, il n'avait pas fait grand-chose pour évoluer !

Portrait de Ambre
22/janvier/2009 - 21h12

Ce jugement n'est pas assez sévère.:roll:

Portrait de Jim Profit
22/janvier/2009 - 20h50

les intermittents ont une définition bizarre de la non-violence

Portrait de bonbeck
22/janvier/2009 - 20h31

de rien l'ami, il faut bien s'entraider dans ce monde de brutes ! ;)

Portrait de petitmr
22/janvier/2009 - 20h28

Merci à toi Bonbeck

Portrait de bonbeck
22/janvier/2009 - 20h25

hahahahaha elle est drôle celle là !!!!!! mdr :mrgreen:

Portrait de bonbeck
22/janvier/2009 - 20h24

c'est sur, je suis de tout coeur avec vous....;)

Portrait de petitmr
22/janvier/2009 - 20h21

On voit bien que ceux qui tape sur les intermittents ne connaissent rien au sujet.

C'est pas si facile que ça d'être intermittent puis d'abord "intermittent" c'est pas un métier, c'est un régime d'allocation chômage.

Puis sans nous, plus de TV, de radio, de ciné, de théatre, de musique, etc...

Portrait de luc21
22/janvier/2009 - 19h36

Puisque tu les envies, pouruqoi tu ne franchis pas le pas ? C'est con, non ???
:mrgreen:

Portrait de luc21
22/janvier/2009 - 19h34


La CFDT est un syndicat ? Et moi qui croyais qu'ils n'étaient qu'une caisse enregistreuse du pouvoir en place:mrgreen: :mrgreen:

Portrait de Dangman
22/janvier/2009 - 19h23

La réalité des intermittents du spectacle est loin d'être aussi rose et avantageuse que la plupart des français peuvent le croire.
Précarité, stress de ne pas avoir ses heures pour ouvrir ses droits, avenir plus qu'incertain, prêt immobilier quasi impossible, retraite ridicule etc. Bien entendu il y a une contrepartie positive également.
Pas de routine quotidienne, pas de routine géographique, employeurs différents, collègues différents etc.

Je vous parle du domaine que je connais le mieux, annexe 10, artiste du spectacle.

Je cite merikaa et d'autres qui pense idem:

"et eux les intermittents alors ils ont le droit de choisir , parce que moi à ce moment là jveux bien y etre intermitents :o) comme ça je ferai jamais rien ou alors du théatre pub cinéma lol"

Avant de laisser des commentaires aussi constructifs sur un sujet aussi intéressant, renseignez-vous sur cette branche avant de tirer à boulet rouge.

Je vous souhaite une bonne lecture ainsi qu'une bonne soirée.

Dangman

Portrait de Volques
22/janvier/2009 - 19h02

Incroyable jugement : pas de manif à la CFDT! :8)

Portrait de soyonsprecis
22/janvier/2009 - 18h19

Bien fait ! Ces prétendus intermittents n'étaient (ne sont) en fait pour la plupart que des agitateurs anarchistes de la CNT dont le leader est un certain Julien, Redskin à ses heures, et patron de bar dans le 20e arrondissement de Paris. En gros tout sauf un intermittent :mrgreen:

Portrait de TribalReveur
22/janvier/2009 - 17h12

ne venez pas pleurer si un jour vous avez besoin d'être défendu...

Les plus vus