26/10/2011 07:51

L'ancien footballeur international Tony Vairelles a passé sa première nuit en prison

L'ancien footballeur international Tony Vairelles et trois de ses frères ont été mis en examen mardi soir pour tentative d'assassinat et placés en détention provisoire, après une fusillade à la sortie d'une discothèque de la banlieue de Nancy dans la nuit de samedi à dimanche. Ils sont suspectés d'être les auteurs de coups de feu qui ont fait trois blessés, ce que les quatre hommes ont nié mardi.

Le juge d'instruction en charge du dossier, Dominique Diebold, a suivi les réquisitions du parquet de Nancy en mettant en examen les quatre frères, qui risquent la réclusion à perpétuité s'ils sont reconnus coupables. Jimmy, 20 ans, Giovan, 30 ans, Tony, 38 ans et Fabrice Vairelles, 40 ans, seront placés dans des lieux de détention différents.

Tony Vairelles sera détenu à la maison d'arrêt de Metz, a indiqué son avocate, Me Virginie Barbosa.

Selon le procureur de Nancy, Raymond Morey, Jimmy et Giovan Vairelles se trouvaient dans une discothèque d'Essey-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle), samedi soir, lorsqu'ils se sont fait expulser par des vigiles pour avoir bu sur la piste de danse.

"Il s'en est suivi une altercation, et les deux jeunes sont revenus avec une batte de base-ball et une chaîne métallique pour chiens. Les vigiles les ont bloqués à l'entrée, et il y a eu échange de coups", a indiqué le procureur lors d'une conférence de presse.

Les deux indésirables ont ensuite téléphoné à leurs deux grands frères, Fabrice et Tony, qui les ont rejoints sur place. Les vigiles ont affirmé que les quatre frères avaient alors tiré avec trois armes à feu.

Trois des portiers ont été blessés: l'un à la main en se protégeant le visage, un autre à la cuisse, le troisième dans le flanc à proximité de la colonne vertébrale. Les deux derniers étaient toujours hospitalisés mardi soir. Une autre balle a été retrouvée dans un mur et une ogive a été découverte au sol, a précisé le procureur. Les armes à feu n'ont en revanche pas encore été retrouvées, en dépit de plusieurs perquisitions opérées depuis dimanche.

Les quatre frères Vairelles ont été interpellés dimanche. Lors de leur garde à vue, les suspects ont nié avoir utilisé des armes à feu, tout en affirmant qu'ils avaient entendu plusieurs coups de feu lors des faits.

"Leurs déclarations ne sont pas exactement les mêmes, il y a des contradictions", a indiqué M. Morey.

Né à Nancy où il a commencé sa carrière à l'ASNL, Tony Vairelles a été sélectionné huit fois en équipe de France entre 1998 et 2000.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de JessePinkman
JessePinkman (non vérifié)
17/décembre/2011 - 09h26

Le plus drôle ou le plus triste, à vous de voir, c'est que le 25 juin 2011, il était parrain d'une journée sportive et citoyenne pour l'association " AUX STADES CITOYENS". Et cette association lutte contre la violence dans les stades.

Portrait de La-mire
La-mire (non vérifié)
26/octobre/2011 - 15h00

Beaucoup d'humour ce juge d'instruction pour avoir mit Tony au ballon..;-)

Portrait de xalle17
26/octobre/2011 - 12h45

Il parait qu'ils avaient trop bu et trop mangé ... Le foie gras aux Vairelles ,
cela ne fait pas de mal en général ...

Portrait de lapincrétin
lapincrétin (non vérifié)
26/octobre/2011 - 12h33
San Ku Kaï a écrit :
Comme le chantait Bollaert: "Tony Tony Tony goooooooooo Tony go Tony go oh oh!" Mais là c'est plutôt : Tony Tony Tony goes..to jail to jail ail ail!!!!

Quelle belle époque quand même ! Il y avait du spectacle à Bollaert. De nos jours ..................

Portrait de lapincrétin
lapincrétin (non vérifié)
26/octobre/2011 - 12h32

Déjà dit hier ! Tu sera à l'amende ! Tu paies l'apéro !!

Portrait de SOSIE
26/octobre/2011 - 10h03

Quelle idée de se balader avec un flingue, si on n'est pas voyou.

Portrait de lapincrétin
lapincrétin (non vérifié)
26/octobre/2011 - 08h43

Reconversion : éducateur sportif à la Santé

Portrait de Micky88
26/octobre/2011 - 08h35

Nous autres, les Lorrains, faut pas nous mettre en boîte ! Après on est grognons ! ;)

Les plus vus