22/10/2011 14:50

La révolte et la colère des journalistes français espionnés par la justice !

"Qui peut raisonnablement croire que Le Monde ait délibérément mis en péril une enquête sur des faits criminels?", s'est indigné samedi Jacques Follorou, journaliste du quotidien au coeur d'une nouvelle affaire d'atteinte présumée au secret des sources.

"Qui peut raisonnablement croire (que le journal) ait partie liée avec le crime organisé?", a insisté le journaliste, en faisant état d'une certaine "lassitude" face à des méthodes d'enquête "qui font fi de la liberté de la presse et des droits des journalistes".

Le Monde et le Parisien ont révélé samedi que l'enquête en cours à Paris sur l'affaire dite des "fadettes" avait mis au jour une affaire similaire à Marseille, où le procureur se serait fait communiquer les factures téléphoniques détaillées du journaliste du Monde travaillant, avec son collègue Yves Bordenave, sur des affaires de grand banditisme corse.

Le procureur, Jacques Dallest, a déclaré au Monde "avoir agi en conformité avec la loi", ajoutant que les enquêteurs s'étaient "vivement émus" de voir "sur la place publique certaines (...) révélations susceptibles non seulement de nuire aux investigations, mais surtout de mettre en danger la vie de certains protagonistes" des dossiers.

"Le procureur Dallest a agi à notre demande", ont déclaré des magistrats de la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille, en soulignant que cette affaire n'avait pas le même profil que l'affaire Bettencourt qui a déclenché l'enquête parisienne sur l'atteinte présumée au secret des sources.

Pour Jacques Follorou, l'autorité judiciaire semble avoir "du mal à accepter le rôle de contre-pouvoir de la presse", ce qui est inquiétant pour la démocratie selon lui. Le Monde et ses avocats n'avaient pas encore communiqué en début d'après-midi sur cette affaire et un éventuel dépôt de plainte.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de jphpat
23/octobre/2011 - 10h44

ils ont déjà oublié la belle période du socialiste MITTERAND où ce beau monsieur mettait tout le monde sur écoute (journalistes, acteurs, ...) en toute impunité et faisait casser la figure par des hommes de main à ceux qui parlaient trop !!

Portrait de rgclg
22/octobre/2011 - 17h19

et pourquoi les journalistes ne seraient que des gens au dessus de tous soupcons on voit bien des flics célèbres faire des conneries

Portrait de La-mire
La-mire (non vérifié)
22/octobre/2011 - 17h09

elle est désolée la pauvre autruche mais qui a voté cette loi ?

Loi n° 2010-1 du 4 janvier 2010 relative à la protection du secret des sources des journalistes publiée au Journal Officiel du 5 janvier 2010

Les plus vus