01/01/2009 11:14

Le Maroc annule les festivités télévisées du Nouvel An

Le Maroc a annulé les soirées artistiques du Nouvel An que devaient diffuser mercredi soir ses chaînes de télévision, par solidarité avec les Palestiniens de Gaza soumis à des bombardements israéliens, a-t-on appris à Rabat de source officielle.

"Les émissions artistiques sur les chaînes du service public (SNTR et 2M) ont été annulées en respect des sentiments du peuple marocain" après "l'agression israélienne abjecte contre le peuple palestinien dans la bande de Gaza", a déclaré le ministre marocain de la Communication devant le parlement.

Ce genre de programmes "n'a plus de raison d'être en cette circonstance", a expliqué Khalid Naciri. Outre le Maroc, d'autres pays arabe comme les Emirats arabes unis, Bahrein et la Syrie ont annulé les festivités du Nouvel an.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de sanya
2/janvier/2009 - 13h04

La vérité des "livres" est celle des hommes, selon l'interprétation de chacun. Les livres Saints ont été écrits et réécris par des hommes et chacun y a laissé son empreinte selon son ressenti. C'est pour cela que les livres "Saints" ne doivent pas restés figés, les époques changent, la façon de vivre change également.
Tout en respectant "l'esprit" des livres Saints, on se doit de réfléchir sur certaines lignes écrites en des temps éloignés et qui ne peuvent plus coexister avec le 21ème siècle.

Portrait de bren
2/janvier/2009 - 12h05

Pitoyable décision, ont-ils condamnés le Hamas quand il a rompu la trève et déversé des roquettes sur Israel en tuant des civils ? non.

Portrait de tvsansfil
2/janvier/2009 - 11h37

j'ai des amis qui ont fait des thèses de doctorat sur Voltaire et à leur stupéfaction, ils ont découvert cette phase de reflexion sur l'Islam de ce philosophe des lumières. Il a lui même étudié le coran à Oxford ainsi que les écrits des philosophes musulmans tel que Ibn khaldoum. Il cherchait la vérité et il ne s'est pas arrêté à des préjugés. beaucoup de personnes confondent la vérité des livres et celles des hommes.

Portrait de tvsansfil
2/janvier/2009 - 11h27

Quand çà:?:
Pour un instituteur tu as des jugements hatifs, malheur à tes élèves aux noms arabisant et musulmans.

Portrait de karim75
2/janvier/2009 - 03h59

Les Emirats ont effectivement pas fait de fête durant le nouvel an il suffit de lire la presse francophone ici: http://www.bonjourdubai.com

Portrait de leabk
1/janvier/2009 - 23h32

Pourquoi faire des copier coller de sources plus ou moins discutables C'est un débat. Ces posts à rallonges sont illisibles;(

Portrait de movèselangue
1/janvier/2009 - 23h11

depuis des dizaines d'années les enfants naissent avec une quasi viscérale haine du voisin ennemi, des deux cotés, ils arrivent au monde dans la guerre t la violence , la crainte des bombes et la misére, alors ça va être long et difficile d'inverser le processus ...je ne fais pas d'angélisme juste une constatation, de loin........

Portrait de le_marseillais
1/janvier/2009 - 22h54

Tout à fait normal d'annuler ce genre de représentation!
Nous on fait la fête pendant que des gens sont en train de se faire massacrer!! :(

Portrait de planet claire
1/janvier/2009 - 22h42

Pfff la démagogie quand le hamas a fait tirer au mortier sur des chrétiens palestiniens ça traumatisait pas ce beau monde.

Portrait de tvsansfil
1/janvier/2009 - 20h03

Voltaire considère jusqu’en 1745, Mahomet comme un « imposteur », un « faux prophète », un « fanatique » et un « hypocrite »[15] pour le décrire plus tard comme un « enthousiaste » et « grand homme » à l’image d’Alexandre le Grand[16].

Si Voltaire est hostile à Mahomet et à l’islam avant ses recherches pour la documentation historique du « Siècle de Louis XIV » et de l’Essai sur les Mœurs, c’est qu’avant 1745 ses sources sur la civilisation islamique sont des ouvrages de « tradition dévote hostile au fondateur de l’islam »[17] tous chargés d’une longue histoire d’hostilité entre Occidentaux et Orientaux[18].

Par la suite, lorsque Voltaire se détache des sources héritées du Moyen Âge, notamment après avoir lu Henri de Boulainvilliers et Sale[19], sa perspective change radicalement et il refusera ensuite de voir en Mahomet un illettré : il ne peut imaginer qu’un homme qui avait été « négociant, poète, législateur et souverain ne sut pas signer son nom » comme il l’exprime dans le Dictionnaire philosophique (article sur le Coran). Comme Boulainvilliers et Sale, Voltaire préfère utiliser l’islam comme un subterfuge pour attaquer le christianisme qu’il considère comme « la plus ridicule, la plus absurde et la plus sanglante religion qui ait jamais infecté le monde[20]. » Par contraste, il vante la doctrine musulmane pour sa grande simplicité : « Il n’y a qu’un Dieu et Mahomet est son prophète[21]. »

L’évolution de Voltaire sur l’islam arrive à son point culminant avec Examen important de milord Bolingbroke ou le tombeau du fanatisme[22]. Jésus y est caricaturé « comme un chef de parti », un « gueux », un homme « de la lie du peuple » qui voulait former une secte[22]. Par contre, Mahomet quant à lui avait établit un culte qui « était sans doute plus sensé que le christianisme. On n’y adorait point un juif en abhorrant les juifs ; on n’y appelait point une juive mère de Dieu ; on n’y tombait point dans le blasphème extravagant de dire que trois dieux font un dieu ; enfin, on n’y mangeait pas ce dieu qu’on adorait et on n’allait pas rendre à la selle son créateur[23]. » La religion qu’apporte Mahomet était en revanche « le simple théisme, la religion naturelle et par conséquent la seule véritable[23]. »

Comme beaucoup d’autres déistes, Voltaire était attiré par la rationalité apparente de l’islam, « religion sans clergé, sans miracle et sans mystères[21]. » Ainsi, entre 1742, date à laquelle Voltaire a présenté sa pièce de théâtre Le Fanatisme ou Mahomet et sa dernière phase sur l’islam qui se situe entre 1768 et 1772, le chemin parcouru est long.

Source : Wikipédia

Portrait de tvsansfil
1/janvier/2009 - 19h52

Les calculs sordides et meurtriers de Tel-Aviv
Le but d’Israël : enterrer le processus de paix et la création d’un véritable État palestinien. Avec la complicité de Washington, Paris et Bruxelles.

Sans le vouloir, Israël a démontré que l’occupation des territoires palestiniens est bien au centre de la problématique proche et moyen-orientale. Existe-t-il une autre région du monde où, en l’espace de quelques heures, près de 300 personnes sont tuées de cette manière ? L’Irak et l’Afghanistan sont battus à plate couture. Surtout, existe-t-il un pays de la planète qui peut se permettre un tel massacre avec le soutien même plus implicite des plus grandes puissances mondiales ? Pourquoi, comment ? Qui peut croire un seul instant que les roquettes balancées par des organisations palestiniennes mettent en danger un État, Israël, dont l’armée est parmi les cinq plus puissantes du monde ? Surtout, alors que les bombes israéliennes se déversaient sur Gaza ce week-end, d’autres roquettes étaient encore tirées. Le bilan est là : 1 mort côté israélien. Plus de 280 côté palestinien.

Si l’on assiste à un tel déchaînement de violence de la part de Tel-Aviv, c’est certainement parce que la victoire aux élections législatives (programmées pour le 10 février) sera déterminée par le caractère belliciste des candidats. Le Likoud de Netanyahou pousse au feu. Il n’en faut pas plus à Tzipi Livni, toujours ministre des Affaires étrangères qui rêve d’être premier ministre et Ehud Barak, ministre de la Défense, pour faire chauffer les réacteurs des F16 et tester leurs nouveaux engins de mort. Triste société israélienne qui applaudit et fait remonter Livni dans les sondages.

Les élections n’expliquent pas tout. Pas plus que le prétexte des roquettes. Il y a un plan, une volonté politique accrochés aux missiles qui s’abattent sur Gaza. Le premier volet est de repousser à jamais la création d’un véritable État palestinien en approfondissant le fossé géographique et politique entre la bande de Gaza et la Cisjordanie, entre le Hamas et les composantes de l’OLP, à commencer par le Fatah. N’est-il pas surprenant que cette attaque survienne au lendemain d’une nouvelle trêve de 24 heures décrétée par le Hamas et alors que tout le monde sait bien que les dernières salves lancées sur Israël étaient le fait de groupes aussi divers que le Djihad islamique ou les Brigades des martyrs d’al Aksa, proches du Fatah ? C’est d’autant plus étonnant que le Hamas est sensible à l’état d’esprit de la population palestinienne. C’est ce qui explique souvent ses changements d’attitude, l’arrêt des attentats suicides ou l’acceptation de trêves.

Israël ne veut pas la paix. Ce n’est pas avec des bombes que l’on vient à bout d’une résistance, celle d’un peuple occupé depuis plus de quarante ans. Les dirigeants israéliens sont soutenus à bout de bras par l’administration américaine et par les dirigeants de l’Union européenne, Nicolas Sarkozy en tête. Tout simplement parce qu’Israël a réussi à faire admettre son indispensable présence dans la stratégie occidentale au Moyen-Orient en se plaçant comme rempart face à une supposée invasion islamiste. Peu importe la fausseté de l’argument, et surtout le mélange des genres (comme cela avait été fait entre l’Irak de Saddam et al Qaeda) : il permet de faire croire au danger pour l’existence d’Israël, d’amplifier le concept d’État juif, de faire oublier l’occupation et de justifier en filigrane la possession de l’arme atomique. D’où ces déclarations des chancelleries occidentales qui rejettent la faute des événements dramatiques de ces derniers jours sur le Hamas et mettent sur un pied d’égalité occupants et occupés tout en demandant de la retenue « aux deux parties ».

Ce faisant, Israël enterre un peu plus le mouvement national palestinien. Les manifestations se multiplient en Cisjordanie contre le massacre perpétré à Gaza et contre les conditions de vie inhumaines qui s’aggravent chaque jour un peu plus. Un ressentiment qui s’exprime principalement contre l’occupant mais qui pourrait bien emporter Mahmoud Abbas, le toujours président de l’Autorité palestinienne, dont les déclarations laissent perplexes et qui semble de plus en plus affaibli au sein des Palestiniens comme sur la scène internationale. Les Israéliens laissent pourrir la situation et attendent que les fruits mûrs tombent : l’écrasement du Hamas à Gaza, l’extinction du Fatah en Cisjordanie. Ne resteront plus alors que quelques chefs de tribus avec lesquels il sera très facile de négocier l’attribution de bantoustans vides de sens et de réalité économique. Les dirigeants israéliens pourront alors leur adjoindre ces Arabes d’Israël, comme le veut Tzipi Livni. Pour réussir ce tour de passe-passe, il faut des complices. Avec Washington, Paris et Bruxelles, Israël les a trouvés.

Pierre Barbancey

Portrait de tvsansfil
1/janvier/2009 - 19h50

C'est pour cela que les palestiniens ont voté Hamas car le fatah était corrompu

Portrait de tvsansfil
1/janvier/2009 - 19h48

Source L'humanité
« Le blocage de la bande de Gaza interdit toute exportation et entraîne la dévitalisation de l’économie. Les seuls échanges commerciaux autorisés consistent en l’importation de produits alimentaires. De nombreux entrepreneurs ont quitté Gaza pour la Cisjordanie et l’Égypte.

Israël ne pourra pas éradiquer le Hamas

Sur l’ensemble des territoires palestiniens, les deux tiers des ménages se situent sous le seuil de pauvreté (…) Les prix ont évolué encore plus fortement dans la bande de Gaza : + 10 % depuis juillet 2007 contre + 5,7 % pour la Cisjordanie (source : Palestinian Central Bureau of Statistics). L’augmentation du niveau des prix à Gaza s’explique par la pénurie de biens et de produits importés (…). Depuis l’application du blocus par Israël, le 28 octobre 2007, et en dépit des quelques journées de rupture de ce blocus en janvier 2008, la situation humanitaire à Gaza s’est très sérieusement aggravée (…). De nombreux patients affectés de maladies graves se sont vu refuser le droit de sortir de Gaza au point de mourir avant d’avoir pu se faire soigner en Cisjordanie ou en Israël. » Il faudrait encore y ajouter les dizaines de Palestiniens tués qui ne sont pas le résultat de tirs de roquettes mais bien celui de l’occupation israélienne. Que la branche la plus dure du Hamas, qui aurait bien voulu se passer d’une trêve, se réjouisse maintenant, c’est une évidence. C’est sans doute ce que cherche Israël, qui sait pertinemment qu’elle n’éradiquera pas le Hamas et que les tirs de roquettes se poursuivront de plus belle, comme on peut le constater en ce moment.

Il y a d’autant moins à attendre des ministres des Affaires étrangères qu’ils savaient pertinemment qu’Israël préparait une intervention, comme le révèle dans ces colonnes l’eurodéputée socialiste belge Véronique de Kayser (lire en page « Tribune/Idées »). On pourrait également s’interroger sur le rôle de l’envoyé spécial de l’Union européenne au Proche-Orient, un certain Tony Blair. Ancien premier ministre de la Grande-Bretagne (dont le rôle en tant que puissance mandataire sur la Palestine jusqu’en 1947 explique en partie l’impasse actuelle), il n’avait, à ce poste, rien tenté pour permettre la création d’un État palestinien et n’avait pas non plus cherché à faire appliquer les résolutions de l’ONU (sauf s’agissant de l’Irak). Il ne fait guère mieux dans son nouveau job.

Portrait de ILANITE
1/janvier/2009 - 19h44

Bonne analyse, et en plus je vais apporter de l'eau à ton moulin concernant les dirigeants palestiniens : du temps d'Arafat, tous les millions de dollars envoyés par les européens, entre autre, en vue d' améliorer la vie des palestiniens, n'ont servi qu'à alimenter le compte personnel en Suisse d'Arafat, alors que son peuple mourrait de faim.

Portrait de nina24
1/janvier/2009 - 18h41

Cette soudaine solidarité humaniste fait quand même très sourire quand on sait que le Maroc n'était pas du tout gêné d'abandonner des clandestins africains en plein désert voués à une mort certaine. La compassion est assez discriminatoire chez certains. Il y a quand même une sacré hypocrisie chez certains pays "arabes", ils disent tous à bas Israel mais pas un pour soutenir militairement la Palestine d'ailleurs personnes ne veut des palestiniens sur leur territoire car trop peur des attentats et je dirais même que çà les arrangent bien que les palestiniens soient faibles.

Portrait de Taewotaye
1/janvier/2009 - 18h25

Ca ne coute pas cher et ça permet au Roi de caresser son peuple dans le sens du poil ! :roll:

Portrait de ILANITE
1/janvier/2009 - 17h48

Désolée Karim, mais apparremment tu n'as pas l'air d'être bien renseigné : sais-tu que les dirigeants du Hamas prennent les civils comme boucliers et se cachent parmi eux c'est la raison, comme toute guerre, les civils sont atteints.

Chose que certains ignorent c'est que depuis 6 mois Sderot essuie sans arrêt des pluies de tirs de missiles sans qu' Israël réagisse jusqu'à ces quelques jours. Comment aurez-vous réagi si sans arrêt vous recevez des missiles dans votre jardin ?

La réaction d'Israël est avant tout pour protéger sa population et non pour prendre possession de Gaza. Malheusement les Palesiniens sont dirigés par un partie islamiste, le hamas, qui veut, comme l'Iran, rayer Israël de la carte. Avant de pointer le doigt contre quelqu'un il faut comprendre la raison de sa réaction : Israël en a assez d'être attaqué et là elle ne fait que défendre ses citoyens des nombreux attentats terroristes.

Portrait de tvsansfil
1/janvier/2009 - 17h30

Je t'assure il existe maintenant un savoir faire dans le domaine informatique et automobile.

Portrait de tvsansfil
1/janvier/2009 - 17h28

Révises ta géopolitique

Portrait de samoa
1/janvier/2009 - 16h07

Dans de nombreux pays, enAfrique per exemple, le peuple a élu des dictateurs, qui on tués et ruinés la population à des fins perso. Il faut être prudent avec les élections dans certains pays.

Portrait de samoa
1/janvier/2009 - 16h04

Sans rechercher la disparition du Hamas, il est sur que si il ne renoncentpas au terorisme, attentat etc ..., rien ne sera possible dans la région, et pour appliquer la résoution de l'ONU, le préalable de la paie s'impose.

Portrait de samoa
1/janvier/2009 - 16h01

Peut être a tu raison, mais dans ce cas pourquoi ne pas stopper maintenant et sauvegarder ainsi des vies dans les deux camps, cela à un gout ancien, en 14-18, au nom de la politique, ont envoyer des soldats se faire tuer, et les civiles soufrirs !!!

Portrait de samoa
1/janvier/2009 - 15h57

Si l'on prend en compte la situation dans la régions, l'Israel souhaite trouver la paie, et les palestinniens aussi, mais pour cela et pour trouver un accord, il faut posé les armes et discuter, tirer des roquettes sur les civiles n'est pas le bon chemin pour trouver un accord, il faut rendre les armes, arrêter les attentats, et rechercher comment vivre ensemble, la violance attire la violance, rien d'autre ( cf l'histoire du monde depuis la création )

Portrait de samoa
1/janvier/2009 - 15h49

La mort d'un homme est toujours triste, mais nous ne pouvons que reconnaitre qu'en reprenant les bombardements de l'Israel, les palestiniens recherchaient la confrontation. ils ont gagné si l'on peut dire, il ne faut pas qu'ils facent les martirs maintenant. La seul sortie possible est de rendre les armes

Portrait de damy
1/janvier/2009 - 15h07

Toutes les religions sont dangereuses. Que haine, intolérance... toutes les guerres sont, et ont été, à cause de la religion.
Quand les gens seront capables de penser par eux-même et non par un hypothétique dieu, je pense vraiment que le monde ira mieux.

Portrait de leabk
1/janvier/2009 - 14h36

Le maroc est cerné de toute part par l'islamisme et la pauvreté la aussi gagne du terrain.;(

Portrait de ndgrave
1/janvier/2009 - 14h29

on n'est pas sencés parler de TV sur ce blog ?????????? je ne vois que islam, terrorisme, pour pas parler des propos limites xénophobes (cf Palatele)... c'est consternant et pitoyable !

Portrait de Belanger
1/janvier/2009 - 14h24


S'agissant des pays de l'Est, il n'y a aucun souci à se faire. Leur problème était (ou est encore, pour certains) la légimité de l'Etat nécessitant une réorganisation politique.

Ensuite, fondamentalement, l'Europe de l'Est n'est pas différente de l'Europe de l'Ouest.

Portrait de Belanger
1/janvier/2009 - 14h10


Exact.

Portrait de Belanger
1/janvier/2009 - 14h09


Merci de m'indiquer quelles découvertes et innovations (toutes disciplines scientifiques confondues, de la physique à la sociologie en passant par la médecine, les mathématiques, ..., sciences fondamentales ou sciences appliquées, dans quelques secteurs que ce soit ) dont-on au Maroc ces dernières années, décennies ou siècles ?

De toutes les connaissances nécessaires par exemple à ce que nous puissions échanger, ici, quelques mots et messages, quelles sont celles que nous devons au Maroc et plus largement aux pays arabes ?

Les plus vus