21/10/2011 10:17

Michael Jackson: Le Dr Murray "a menti" à la police

Le docteur Conrad Murray, jugé à Los Angeles pour la mort de Michael Jackson, a administré au "roi de la pop" des quantités de sédatifs beaucoup plus importantes que ce qu'il avait déclaré à police, a assuré hier à la barre un expert anesthésiste. Michael Jackson a succombé le 25 juin 2009 à une "grave intoxication" de propofol, un puissant anesthésiant qu'il utilisait à domicile comme somnifère, avec la complicité du Dr Murray, aujourd'hui jugé pour homicide involontaire.

Deux jours après la mort du chanteur, le Dr Murray avait déclaré à la police qu'il lui avait administré en intraveineuse deux doses de 2mg de lorazepam et deux doses de 2 mg de midazolam, deux sédatifs qui ont "contribué" au décès. Le chanteur n'arrivant pas à dormir, il lui avait ensuite administré 25 mg de propofol, avant de sortir "deux minutes", selon lui, pour aller aux toilettes. A son retour, le chanteur ne respirait plus.

Il a injecté 4 fois plus de propofol qu'il ne l'a reconnu

Selon le Dr Steven Shafer, anesthésiste et spécialiste mondialement reconnu du propofol, le Dr Murray a administré au chanteur quatre fois plus de propofol qu'il ne l'a reconnu, soit 100 mg. "C'est le seul scénario qui puisse conduire à une concentration de propofol cohérente" avec les 2,6 microgrammes par millilitre trouvés dans le sang de Michael Jackson, a-t-il dit.

Par ailleurs, compte-tenu du métabolisme de cet anesthésiant, le fait que le chanteur ait eu une telle concentration de propofol dans le sang signifie "qu'il est mort alors que l'infusion de propofol était en cours". Si l'injection avait cessé avant la mort, "le niveau de concentration aurait baissé très rapidement", a-t-il précisé.

Il a également qualifié de "scénario fantaisiste" l'hypothèse de la défense du Dr Murray, selon laquelle le chanteur se serait auto-injecté une dose supplémentaire -- et mortelle -- de propofol en l'absence de son médecin. "On ne peut tout simplement pas se réveiller d'une anesthésie et être capable de se faire une auto-injection", a-t-il dit. 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de 2000watts
21/octobre/2011 - 14h49

Perso, je suis le procès chaque jour en direct (diffusion live sur internet). C'est passionnant. Le plus terrible, c'est de savoir que si Murray n'avait pas abandonné son patient (il a écrit un mail, a papoté 45 minutes au téléphone, est allé pisser, etc...), il aurait pu constater l'apnée de son patient. Le simple fait de soulever légèrement le menton de Michael afin de lui libérer les voies aériennes aurait pu lui sauver la vie. Un simple geste, le plus basique des gestes médicaux... Michael est mort étouffé, sa langue obstruant probablement sa gorge. Après 10 minutes sans oxygène, son coeur a cessé de battre.... Et pendant tout ce temps là, Murray était au téléphone en train de papoter avec une pute... Lorsqu'il découvre l'état de son patient, Murray dit constater un pouls. Au lieu d'aider Michael à respirer (soulever son menton puis utiliser un ambu bag pourtant à sa disposition), il lui a fait un massage cardiaque, d'une main (sic!), sur un lit (sic!)... Si la période cruciale des 10 minutes entre l'arrêt respiratoire et l'arrêt cardiaque n'était pas écoulée (ce dont je doute car à mon avis il a en fait découvert Michael déjà mort depuis un sacré bout de temps), il a été incapable de pratiquer les gestes nécessaires. Michael n'avait aucunement besoin qu'on lui fasse battre le coeur mais qu'on respire à sa place !!! Sans parler du délai de 20 minutes pour appeler les secours, des mensonges et de la dissimulation de preuves matérielles...

Portrait de Gotchii
21/octobre/2011 - 10h21

Merci Dr Murray

Les plus vus