15/12/2008 16:17

2008 : 95 journalistes tués dans 32 pays (ONG)

Un total de 95 journalistes ont été tués dans 32 pays dans l'exercice de leur métier depuis un an, selon le rapport annuel de l'ONG Presse Emblème Campagne (PEC) publié lundi.

La baisse globale de 17,5% du nombre de journalistes tués par rapport au record de 2007 (110 tués) est due à une amélioration de la situation en Irak (15 morts, contre 50 en 2007), relève l'ONG basée à Genève.

Mais cette baisse est contrebalancée par une détérioration "très inquiétante" dans certaines régions comme le Mexique, le Pakistan, l'Inde, la Thaïlande, la Russie ou encore les Philippines, déplore la PEC qui milite pour une meilleure protection des journalistes dans les zones de conflits.

Pour la 6e année consécutive, l'Irak est resté en 2008 le pays le plus dangereux au monde malgré une baisse de 70% du nombre de tués par rapport à 2007 (50 tués). Cette baisse est due selon la PEC à "l'amélioration relative de la sécurité dans le pays". Depuis le début de la guerre en Irak en 2003, l'ONG recense "au moins 265 journalistes" tués dans le pays.

"Malheureusement, la situation s'est détériorée dans d'autres pays, une évolution très inquiétante", a souligné le secrétaire général de la PEC Blaise Lempen.

Ainsi le Mexique, où la "vague criminelle" s'est aggravée avec la mort de 9 journalistes en 2008 (contre 3 en 2007), se place au deuxième rang des pays les plus dangereux. Au Pakistan, la détérioration est "très nette" dans les zones tribales proches de la frontière avec l'Afghanistan.

Avec 8 journalistes tués en 2008 (contre 5 l'an dernier), le pays figure au 3e rang. Suivent l'Inde (7 tués, contre 2 en 2007), les Philippines (6 tués contre 4 en 2007), la Géorgie (5 tués) et la Russie (4 tués, contre 1 en 2007). Le rapport note qu'outre les assassinats, "de très nombreux enlèvements de journalistes ont eu lieu en Afghanistan, en Somalie, en République démocratique du Congo, en Irak, à Gaza et au Mexique.

Dans son rapport 2008, la PEC s'est félicitée que "des Etats aient accepté de créer un groupe de travail informel à Genève" sur un avant-projet de convention internationale sur la protection des journalistes dans les zones de conflit et de violences.

La PEC regroupe 35 associations et syndicats d'une centaine de pays.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Nel42
15/décembre/2008 - 18h33

C'est malheureusement les risques de leur métier. De plus, à vouloir coller à l'action en participant aux opérations des militaires les journalistes s'habillent trop souvent comme les militaires. Forcement, dans ces cas là ça tire à vue et rien ne ressemble plus à un type en uniforme qu'un autre type en uniforme. Dans certains cas il ne faut donc pas chercher trop loin la raison de balles pas si perdues que ça en fait.

Portrait de bigre
15/décembre/2008 - 18h25

c est une profession envoie de disparition :twisted: dommage

Les plus vus