11/12/2008 12:44

Un militant antipub jugé pour... publicité non-autorisée

Un militant antipublicitaire a comparu jeudi devant le tribunal de police de Charenton-le-Pont (Val-de-Marne) pour "publicité non-autorisée" après avoir apposé en octobre 2007 un autocollant antipublicitaire sur une voiture du RER.  

Alexandre Baret, 34 ans, père de quatre enfants, avait été surpris le 8 octobre 2007 par des agents de la SNCF alors qu'il affichait un autocollant antipublicitaire sur une voiture du RER en gare de Vert-de-Maisons, dans le Val-de-Marne.  

L'autocollant pastichait celui apposé par la RATP sur les portes du métro où un lapin prévient les enfants du risque de se faire pincer les doigts : "Attention! Ne mets pas tes yeux sur les pubs : tu risques de te faire manipuler très fort".   

M. Baret avait refusé de payer l'amende de 45 euros réclamée, au nom de la "désobéissance civique". Une médiation ayant échoué, il avait été cité à comparaître devant la justice où il entendait ouvrir un débat: "vendre du temps de cerveau disponible, est-ce bien la vocation de la SNCF?" 

Jeudi matin, une dizaine de militants antipublicitaires venus lui apporter leur soutien, ainsi que des journalistes, se sont vu refuser l'accès au tribunal pendant une demi-heure par des policiers, avant d'être finalement autorisés à assister à l'audience publique.  

Démentant tout "acte de dégradation", M. Baret, membre de plusieurs associations militant contre la pub, a de nouveau revendiqué à l'audience un "acte mûrement réfléchi", un "geste symbolique" témoignant de sa "volonté d'établir un débat" sur la nocivité de la publicité, face aux "57.000 affiches du réseau SNCF".  

"Le tribunal n'est pas une tribune", a rétorqué la représentante du ministère public, qui a dénoncé une "procédure dévoyée de son objectif initial", avant de requérir une peine d'amende de 300 euros.   

L'avocate de la SNCF, qui a réclamé un euro de dommages et intérêts et 500 euros au titre des frais de justice, s'était auparavant insurgée contre un "amalgame dangereux", ironisant sur une "désobéissance civique" qui renvoie plusieurs dizaines d'années "en arrière".   

Quand une grève à la SNCF "prend le pays en otage", c'est "aussi une tribune", a fait valoir l'avocate de M. Baret, Me Caroline Marcel, en soulignant l'absence de "dommage" pour la SNCF dans le cas évoqué à l'audience. Elle a demandé une dispense de peine.  

La décision a été mise en délibéré au 12 février.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de soyonsprecis
11/décembre/2008 - 21h10

EN PRISON !!

Portrait de Volques
11/décembre/2008 - 18h41

Franchement cela vaut un procès ?:lol: une peine d'amende de 300 euros pour avoir placé un autocollant ? dans quel pays vivons-nous! :roll:

Portrait de kanor
11/décembre/2008 - 17h06

Qu'entend tu par "combat"?

Portrait de cametouam
11/décembre/2008 - 17h03

Quel combat ont ceux qui se foutent de lui?

Portrait de kanor
11/décembre/2008 - 14h25

entièrement d'accord, on comprend pourquoi on voit des articles disant que leur fréquentations ont augmenter

Portrait de bren
11/décembre/2008 - 13h28

Tant qu'on y est tuer son voisin parce qu'il ne pense pas comme vous c'est de la désobéïssance civile euh pardon défense civile ?

Portrait de bren
11/décembre/2008 - 13h14

La désobéïssance civile c'est le rejet de la loi et donc la mort de la démocratie.

Portrait de gordon24
11/décembre/2008 - 13h11

Tout a fait d'accord. Je ne me permettrais pas de juger la pertinence des actions de Bové ou de ce Mr Baret mais ce terme de desobeissance civique m'exaspere...

Que ces mecs bravent la loi, ca les regarde, mais quand ils se font prendre, qu'ils assument leurs actes... period!

Demain, je grille un stop ou un feu rouge et non je ne suis pas en tort, je fais juste de la desobeissance civique...
:roll:

Portrait de kanor
11/décembre/2008 - 13h00

ironie quand tu nous tiend

Les plus vus