09/12/2008 18:30

M6: la grève de ce mardi peu suivie

L'appel à une grève de 24 heures lancée par l'intersyndicale de M6 pour dénoncer la fermeture des cinq bureaux locaux de la chaîne a été "peu suivi" mardi, a indiqué le SNJ-CGT.

"La grève a été peu suivie, mais une cinquantaine de journalistes nationaux et de journalistes des décrochages locaux se sont réunis lors d'une assemblée générale au siège de la chaîne, ce qui est rare", a déclaré à l'AFP Alain Vigier, délégué SNJ-CGT.

Les syndicats CFDT, CFTC et SNJ-CGT avaient appelé les salariés à cesser le travail pour protester contre la décision de la direction de fermer ses cinq derniers bureaux locaux (les "6 minutes"): Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille et Toulouse, qui emploient 46 salariés.

Ils s'opposent à la volonté de la direction de confier le travail des correspondants "à des sociétés extérieures, supprimant ainsi les emplois d'une centaine de personnes - 46 postes de permanents et plus encore de pigistes et intermittents".

"Nous avons fait part aux salariés de nos propositions alternatives pour garder cinq correspondants, salariés de M6, dans chaque bureau régional", a expliqué M. Vigier. La direction de M6 n'a pas souhaité communiquer.

Mardi matin sur Europe 1, le président du directoire du groupe M6, Nicolas de Tavernost, a expliqué que la chaîne n'avait "pas le droit de faire de la publicité" dans ses décrochages locaux, contrairement à ses "concurrents de France 3".

"Nous sommes obligés d'en tirer les conséquences", a dit le patron de M6. M6 emploie au total environ 1.630 salariés.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de lila18
10/décembre/2008 - 17h34

D'abord m6 n'emploie QUE 597 salariés permanents. Ensuite, les journalistes de M6 n'ont fait que 2 grèves en 20 ans d'existence... d'où le manque d'expérence en la matière. De plus, les rédaction locales s'étaient arrangées pour employer des pigistes ce jour-là afin de remplacer les journalistes locaux "montés" à Neuilly et d'assurer quand même les journaux à l'antenne. Enfin, il ne s'agit pas que de sauver des emplois mais aussi l'info locale. ça vous plaît vraiment de regarder une info imaginée dans des bureaux parisiens au lieu d'avoir des comptes rendu de ce qui se passe dans votre ville ? ça sera pire s'il ne reste qu'1 ou 2 correspondants en région. Toute l'info (voyez France3 et les autres) est en train de se re-centraliser sur Paris et comme d'habitude, les français dorment et ne se rendent pas compte qu'ils perdent une fois plus en diversité. Bonne nuit braves gens.

Portrait de mauzemontole
10/décembre/2008 - 06h56

Bravo, je vois que vous adorez voir les gens, même du privé, se retrouver au chômage !!! Et après vous demandez de bosser. Encore un exemple de votre non-logique

Les plus vus