21/09/2011 09:59

Ecoutes: La police de Londres renonce à obtenir du Guardian qu'il révèle ses sources

La police de Londres a annoncé mardi qu'elle renonçait finalement à tenter d'obtenir de la justice que les journalistes du quotidien The Guardian révèlent leurs sources confidentielles concernant la couverture du scandale des écoutes pratiquées par News of the World.

Scotland Yard avait fait savoir vendredi qu'il avait essayé d'obtenir une telle décision de justice, et ce dans le cadre de la loi relative aux secrets d'Etat, car il soupçonne des fuites vers la presse au sein du personnel de police.

Cette requête a cependant été retirée mardi par ce service de police à la suite d'une rencontre avec le procureur de la Couronne (Crown Prosecution Service, CPS).

La police de Londres "a pris d'autres avis juridiques cet après-midi et a en conséquence décidé de ne pas donner suite, à cette heure, à la demande" qu'elle a adressée à la justice concernant cette affaire, a déclaré un porte-parole de la police.

"Nous sommes tombés d'accord avec le CPS sur le fait que nous travaillerions ensemble avec lui pour réfléchir à ce que seront les prochaines étapes", a-t-il ajouté.

Scotland Yard a, de son côté, souligné mardi que l'enquête sur les fuites présumées vers la presse au sein du personnel de police se poursuivait.

La représentante de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour la liberté des médias, Dunja Mijatovic, s'était dite lundi "très inquiète" que la police de Londres tente d'obtenir de la justice que les journalistes du Guardian révèlent leurs sources.

"Si elle était approuvée par le parquet, cette tentative de la police de Londres de mettre en oeuvre la loi relative aux secrets d'Etat pourrait créer un précédent avec un effet paralysant sur le journalisme d'investigation et pourrait restreindre la liberté de la presse", avait déclaré Mme Mijatovic.

Elle avait fait part de ses inquiétudes dans une lettre adressée au ministre britannique des Affaires étrangères William Hague et avait appelé le gouvernement britannique à demander à la police londonienne d'abandonner sa requête auprès de la justice.

News of the World est accusé d'avoir pris connaissance par le biais d'écoutes de conversations de près de 4.000 personnes -hommes politiques, membres de la famille royale britannique et autres célébrités- pendant les années 2000.

Ce scandale politico-médiatique retentissant a conduit à la fermeture du News of the World cet été.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus