14/09/2011 09:30

Les syndicats de l'AFP appellent à une grève de 24 heures sur la France

Les syndicats de l'Agence France-Presse ont appelé mardi à une grève de 24 heures sur les fils à destination des abonnés français, exigeant que son PDG prenne ses distances avec une proposition de loi modifiant le statut de l'AFP.

L'arrêt de travail est prévu de mercredi 18H00 au lendemain même heure alors que doit se tenir jeudi une réunion du conseil d'administration de l'AFP.

"Malgré le vote écrasant du personnel qui s'est prononcé à une très large majorité pour la motion de défiance, le PDG Emmanuel Hoog continue à ignorer les attentes des salariés", ont dénoncé dans un texte commun les organisations CGT, CFDT, FO, SNJ, SUD et CFE-CGC.

Une motion de défiance à l'encontre du PDG de l'AFP avait été adoptée la semaine dernière par une majorité des 1.380 salariés de la maison-mère (sur un total de quelque 3.000 collaborateurs employés dans le monde par l'AFP).

"L'exigence du personnel est pourtant claire: le PDG doit renoncer à promouvoir le projet de changement de statut de l'AFP proposé par le sénateur UMP (Jacques) Legendre et s'en désolidariser", poursuit l'intersyndicale.

Une proposition de loi, qui vise à modifier le statut de l'AFP datant de 1957, a été déposée sans être mise à l'ordre du jour du Sénat. Elle prévoit notamment de spécifier la mission d'intérêt général de l'AFP pour la mettre en conformité avec les règles européennes et de modifier la composition du conseil d'administration.

L'agence de presse allemande DAPD a porté plainte l'an dernier devant la Commission européenne, accusant l'AFP de percevoir des aides d'Etat illégales, à travers les abonnements souscrits par les pouvoirs publics français.

La Commission européenne a donc demandé le mois dernier à la France de clarifier la nature des relations financières entre l'Etat et l'AFP.

"La Direction de l'AFP recherche avec les pouvoirs publics une réponse claire qui puisse sécuriser de manière durable les financements publics de l'Agence", a écrit mardi M. Hoog dans un message au personnel.

Assurant que "la voie la plus sûre est législative", le PDG de l'AFP a déclaré néanmoins, pour la première fois, étudier également "dans quelle mesure la voie réglementaire peut offrir une solution stable et durable au regard du droit communautaire et du droit français".

"Si la voie réglementaire, sans doute plus fragile, est néanmoins jugée possible, la réforme législative de la gouvernance se posera naturellement dans des termes différents", explique le PDG.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus