13/09/2011 09:47

Le président ivoirien Alassane Ouattara au 20h de TF1 ce soir

Alassane Ouattara sera ce soir l'invité du 20h de TF1.

Le président ivoirien répondra aux questions de Laurence Ferrari en direct durant cette édition du journal.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de ELIE LA LEGENDE
15/septembre/2011 - 10h13

Pour ce qui est de la situation actuelle du pays et de ce qui a succédé le 11 avril 2011, je vous rappelle juste que MON PAYS NE SORT PAS D'UN DINER GALA mais plutôt d'une GUERRE provoquée et voulue par Laurent gbagboin.
Abidjan est en chantier et le reste du pays suivra.
Les bla bla bla à 6000 km, ça n'interesse que les oisifs et sans papiers de France.
RENDEZ VOUS DANS 5 ANS

Portrait de ELIE LA LEGENDE
15/septembre/2011 - 10h10

Ouattara est le président démocratiquement choisi par les Ivoiriens dans leur majorité comme cela se fait dans les autres pays y compris la France.
Que vous le vouliez ou non on s'en bat les c*** .
Il est là pour au moins 5 ans n'en déplaise aux Français qui se font passer pour des ivoiriens et qui n'aiment leur la côte d ivoire qu'à distance.
Il gèrera le pays durant toute la durée de son mandat . En fonction de son bilan le peuple souverain de cote d ivoire décidera de le maintenir ou non à la présidence.
C'est CLAIR ET C EST LIMPIDE POUR LES ESPRITS ÉVEILLES.

Portrait de ELIE LA LEGENDE
15/septembre/2011 - 10h02

C'est marrant de voir quelqu'un s'exciter avec des idées qui ne sont pas siennes. Tout ce qu'il dit vient d'un autre ... son ami.
c 'est cool non. Pour niquer c'est aussi ton ami qui le fait à ta place?
Quand on est intelligent on met pas sa cervelle sous tutelle même de son ami.

Portrait de Gégé94
14/septembre/2011 - 08h01


Je veux bien croire que je sois aussi stupide que mon ami ivoirien.
Je veux bien croire que Ouattara ait été élu par le peuple ivoirien !
Mais mon ami ivoirien me demande de vous envoyer cette vidéo ci-dessous, pour contredire vos allégations.
Sans vouloir jeter l’huile sur le feu, mon ami est convaincu que vous êtes, ce que les Ivoiriens qualifient de "endogène Burkinabais"
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=jTD6h2Lzq58

Portrait de coteivoireyako
13/septembre/2011 - 21h08

Souvenez vous : Le 29 Mai 2010, interviewé sur TV5 dans l'émission 'Internationales" , Alassane Dramane Ouattara répondait à une question d'un journaliste dans la première partie de l'émission.

Le journaliste Philippe Bernard (journal Le Monde) : "A l'heure ou nous parlons, tous les témoignages concordent pour dire qu'il y a encore des dizaines de milliers d'ivoiriens qui, par peur, n'ont pas pu regagner leur domicile.

Qu'il y a du pillage, du raket, des exactions qui en partie sont le faire de l'armée républicaine. Quel est le calendrier que vous vous donnez pour rétablir la paix et quand est-ce que la police et la gendarmerie seront à nouveau à pied d'oeuvre ?

Alassane Dramane Ouattara : "et bienla police te la gendarmerie , les effectifs ont repris à plus de 90%. ..... ceci étant nous nous sommes donné un programme d'à peu près 2 mois et je pense que d'ici la fin du mois de juin nous aurons réglé ce problème".

L'interview complète sur : http://www.wafbu-tv.com/page_video_bis.php?code=5634

Le 14 juin et à 2 semaines de l'échéance que s'est fixé lui même Alassane Dramane Ouattara, quel constat pouvons nous faire ? L'AFP veint de publier une dépèche dans laquelle le HCR constate que "plus de 300.000 personnes sont toujours déplacées en Côte-d'Ivoire près de deux mois après la fin de la crise post-électorale qui a frappé le pays".

Plus de détails sur

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ilH9BNCO6VRNMEBnGIXOy5NirTVw?docId=CNG.f1c9cd5366344800ce54160faabbf3a9.1a1

Alors ADO solution ou ADO intoxication ? Pour vous aider à répondre, une simple analyse mathématique de niveau élémentaire : le 29 Mai ADO indique qu'il lui faut 2 mois pour régler le probleme de sécurité. Donc : 29 Mai + 2 mois = 29 Juillet. C'est un simple calcul arithmétique. Hors ADO précise que d'ici fin juin le problème sera réglé. Mais entre le 29 Mai , date à laquelle il dit cela et fin juin, sauf erreur de ma part, cela ne fait qu'un mois ! Donc il lui faut 1 ou 2 mois ? Le problème sera réglé fin juin ou fin juillet ? Solution ou art de noyer le poisson ?

Septembre 2011 : le probleme semble réglé : opposants emprisonnés , d'autres qui meurrent de faim réfugiés à l'étranger, destruction des commerces ou entreprises réputées proches de l'ancien gouvernement. Quelques exactions perpétrées par les Dozos. L'affaire est bouclée : quand on a peur , on se tait !!

Portrait de coteivoireyako
13/septembre/2011 - 21h04

Toute armée d'un Etat tortionnaire dispose en son sein de groupe extrémistes composés des individus les plus vils auxquels l'on confie les plus sales besognes. Ce mécanisme est bien connu et fut celui employé par le régime Hitlérien avec les SS.

Aujourd'hui il est établi par un rapport d'Amnesty International daté du 28 Juillet 2011 que les Dozos sont pour le régime Ouattara ce que les SS étaient pour le régime Hitlérien.

Personne ne peut plus nier depuis ce rapport les RELATIONS ÉTROITES ENTRE LES DOZOS ET LES FRCI.

Voici un extrait de ce rapport :

"Les Dozos entretenaient des liens étroits avec les Forces Nouvelles, le groupe d’opposition armé qui contrôlait la moitié nord du pays depuis la tentative de coup d’État de 2002. Ces liens, et cette collaboration étroite, se sont considérablement intensifiés avec la création des FRCI en mars 2011.

Amnesty International a recueilli de nombreux témoignages oculaires indiquant que les FRCI et les Dozos coopèrent dans le cadre d’opérations armées menées dans divers villages de l’ouest du pays.

Les délégués d’Amnesty International ont également constaté que le rôle des Dozos en tant que force de sécurité « non officielle » ne cesse de s’accroître.

Ils ont pu constater que les Dozos avaient mis en place plusieurs postes de contrôle sur certaines des routes principales menant aux villes de l’ouest ainsi que sur les routes sinueuses traversant la forêt et conduisant vers des villages plus éloignés.

En juin 2011 Amnesty International a également rencontré des dirigeants dozos à Duékoué, notamment le chef dozo de la région ainsi que son fils. Ces derniers ont confirmé le fait qu’ils coopéraient étroitement avec les FRCI. Ils ont indiqué que les FRCI leur avaient demandé de prendre en charge les patrouilles de sécurité opérant la nuit dans la région. Ils ont dit que les combattants dozos arrêtaient souvent des personnes lors de ces patrouilles, notamment celles qui n’avaient pas une carte d’identité valable . Dans ce cas, ils retenaient les personnes pendant quelques heures avant de les remettre aux FRCI. Ces deux responsables dozos ont indiqué qu’ils ignoraient aux termes de quelle loi les FRCI étaient habilitées à leur confier un tel rôle. Tout en décrivant les modalités de cette coopération, les chefs dozos ont insisté sur le fait qu’ils restaient une force absolument indépendante et qu’ils n’étaient, en aucun cas, ni contrôlés par les FRCI, ni tenus de leur rendre compte de leurs actes.

Amnesty International estime que cette étroite coopération et coordination entre les Dozos et les FRCI (notamment dans le cadre de nombreuses opérations conjointes) ainsi que l’assistance que les Dozos reçoivent des autorités sous forme d’équipements et d’armes et l’impunité totale dont jouissent les Dozos, laisse fortement supposer que leur action fait partie intégrante du dispositif de sécurité étatique. De ce fait, Amnesty International tient les autorités étatiques directement responsables des violations commises par les Dozos. Les autorités doivent prendre des actions fermes afin de veiller à ce que les Dozos ne jouent plus aucun rôle en matière sécurité – que celui-ci soit de nature formelle ou informelle. Elles doivent également soit démanteler et désarmer ces milices dozos, soit les intégrer dans l’armée et les forces de sécurité officielles en veillant à assurer un mécanisme de sélection et de contrôle de ces membres et en faisant en sorte que ces personnes rendent compte de leurs actes, bénéficient d’une formation et relèvent d’une organisation hiérarchique bien établie."

Portrait de coteivoireyako
13/septembre/2011 - 21h04

Interrogé sur la passivité de l'ONUCI, M. Choi estime que l’ONUCI « n’a pas de comptes à rendre à Amnesty International ».

Dans un rapport publié le 25 mai 2011, Amnesty International a exprimé ses préoccupations face à plusieurs cas troublants dans lesquels l’ONUCI n’avait pas respecté le mandat que lui a confié le Conseil de Sécurité de l’ONU d’utiliser « tous les moyens nécessaires pour s’acquitter de la tâche qui lui incombe de protéger les civils menacés d’actes de violence physique imminente, dans la limite de ses capacités et dans ses zones de déploiement ».

Durant leur séjour dans la région de Duékoué et de Guiglo, la délégation d’Amnesty International a constaté que, malgré plusieurs appels lancés publiquement par l’organisation depuis la fin mars 2011, l’ONUCI n’avait pas encore renforcé de manière significative sa présence dans cette région.

Amnesty International appelle l’ONUCI à considérer comme réellement prioritaires un déploiement accru de ses forces ainsi qu’une intensification de ses activités de protection des populations civiles. Cela est particulièrement essentiel, étant donné qu’actuellement les troupes de maintien de la paix onusiennes semblent être les seules forces capables d’assurer la protection des individus et des communautés ciblées par les FRCI et/ou les Dozos.

Amnesty International a soulevé cette question avec Young Jin Choi, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Côte d’Ivoire lors d’une rencontre qui s’est tenue au siège de l’ONUCI à Abidjan le 17 juin 2011. Durant cette rencontre, l’organisation a réitéré ses préoccupations quant au fait que les troupes de l’ONUCI se trouvant dans la région de Duékoué n’avaient pas protégé les populations civiles confrontées, fin mars et début avril 2011, à une vague de violences généralisées. M. Choi a précisé qu’il n’estimait pas que l’ONUCI était tenue de répondre aux questions posées par Amnesty International sur ces événements, étant donné que l’ONUCI « n’a pas de comptes à rendre à Amnesty International ».

Portrait de coteivoireyako
13/septembre/2011 - 21h03

destruction de la rue princesse, destruction de la sorbonne, les femmes dioula qui vendaient dans la rue interdites de le faire. Après on voit Ouattara à la télé américaine dire que le taux de pauvrete est de 50% mais s'il supprime leurs maigres sources de revenus aux plus pauvres, il ne faut pas qu'il joue les étonnés. Quand au probleme de prostitution : que Ouattara aille visiter biétry et zone 4 là où sont les bars des libanais et là ou les jeunes filles se prostituent : c'est là bas qu'il faut détruire. Qu'il aille voir aussi du côté de bassam dans certains restaurants de plage tenus par des blancs ou l'on trouve à la même tables de vieux blancs accompagnés de jeunes gos et parfois même accompagnés de petits garçons. Qu'il aille voir comment se sont comportés les soldats de licorne et de l'ONU avec les jeunes go. Tout cela moi je l'ai vu. La rue princesse c'est pour les jeunes et le vrai probleme de prostitution grave c'est zone 4 et bietry.

Portrait de coteivoireyako
13/septembre/2011 - 21h03

Janvier 2001 : A la veille de l'ouverture du sommet franco-africain à Yaoundé, au Cameroun, le Président Laurent GBAGBO s'exprime sur les problèmes d'immigration et sur les leçons que lui donnent les pays occidentaux dont la France.

L'interview :

http://www.facebook.com/video/video.php?v=1565316071203&oid=201499263220611#!/video/video.php?v=1565317991251&comments

Un an plus tard, le 5 mai 2002, Jean Marie Le Pen était au second tour de l'élection présidentielle en France. Dans le même temps la France accusait Laurent Gbagbo d'encourager la xénophobie. L'humilité ne semble pas une valeur de la république française.

Portrait de coteivoireyako
13/septembre/2011 - 21h00

écoeurant ! pitoyable ! grotesque !
On en est revenu à ça ?

Portrait de coteivoireyako
13/septembre/2011 - 20h58

Dès les premières images , dès les premières questions, ça sent le reportage de complaisance voire le publi reportage . C'est ça le journalisme ? On apprendra dans 10 ans que Bouygue avait des intérêts en Côte d'Ivoire comme on apprendra que certains groupes français ont financé l'accession au pouvoir de Ouattara. C'est toujours 10 ans après les évènements qu'on nous apprends la vérité sur ce que l'on a fait en Afrique : c'est pratique car ça permet d'y refaire éternellement les mêmes choses. Il suffit de les faire précéder de la mention : "aujourd'hui ça a changé."

Portrait de coteivoireyako
13/septembre/2011 - 20h49

Les ONG accusent les Com Zones et le camp Ouattara d'exactions. La justice du régime Ouattara se limite à emprisonner, humilier et tuer ceux de l'autre camp. Les hommes de l'ONU coupables d'avoir échanger des relations sexuelles contre de la nourriture avce de jeunes filles. Le 1er ministre de Ouattara qui n'a même pas un DEUG. A part ça on veut nous faire croire que c'est la Démocratie qui s'installe et on diabolise l'ancien gouvernement. Sommes nous tombés sur la tête ? Ca ne nous rapelle rien ?

Portrait de Gégé94
13/septembre/2011 - 09h59

Il faut bien assurer le service après vente.
Comme me le disait un ami Ivoirien, ce monsieur qui n’est pas Ivoirien, est un "Administrateur" que les autorités françaises, sous couvert de la communauté international, ont imposé au peuple ivoirien.

Les plus vus