22/11/2008 09:44

Vive inquietude à la redaction de France 3

"On a le fusil braqué sur nous". A quelques jours de l'examen au Parlement du projet de loi sur l'audiovisuel public et d'une grève, les salariés de France 3 se sentent en ligne de mire, craignant surtout pour l'avenir de leur rédaction nationale en dépit des assurances de leur direction.

Avec ses 6.000 salariés dont 1.600 journalistes, 24 bureaux d'informations régionaux et 111 journaux locaux, régionaux et nationaux par jour, France 3 possède la plus grande rédaction de France.

"On a le fusil braqué sur nous car c'est nous qui pesons le plus lourd", estime Carole Petit, secrétaire générale du SNJ de France 3. Le projet de nouveau cahier des charges et des missions de France Télévisions, rendu public le 10 novembre par le gouvernement, cristallise les inquiétudes sur la rédaction nationale et ses 200 journalistes. Dans ce document, qui doit entrer en vigueur en janvier 2009, l'Etat actionnaire fait part de ses souhaits sur la programmation des chaînes.

Or dans la nouvelle formulation, "le terme +d'information nationale+ a disparu", relève Claude Gueneau, journaliste SNJ-CGT au service économique et social. France 3 y est définie comme une chaîne qui "s'attache à développer l'information régionale et locale et à accroître le nombre d'éditions de proximité".

"C'est très flou", regrette Yann Fossurier, vice-président de la SDJ et reporter au service société. Le scénario redouté serait une fusion avec la rédaction de France 2 pour éviter les "doublons" et réaliser les économies nécessaires.

Vendredi, le président de France Télévisions Patrick de Carolis a néanmoins tenu à réaffirmer que les rédactions nationales de France 2 et France 3 seraient maintenues. Mais les syndicats et la SDJ voudraient voir ses garanties inscrites noir sur blanc dans le cahier des charges.

Certains salariés de la chaîne estiment par ailleurs que le président Nicolas Sarkozy a "France 3 dans le nez". "Sarkozy a toujours l'impression d'avoir été mal traité par la 3, comme l'a montré sa colère contre un technicien en juin...

On a une image d'indépendance, on ne serait pas assez aux +ordres+", commente un salarié. "On entend aussi souvent certains députés dire qu'on est trop nombreux sur des reportages, qu'une seule télévision publique suffit", affirme le responsable de la SDJ.

Pour Claude Gueneau, "la démocratie a besoin de plusieurs journaux sur la télévision publique: nous n'avons pas le même regard qu'à France 2, c'est la spécificité du Figaro par rapport au Monde".

La force de France 3 réside dans l'articulation, unique en France, entre information locale, régionale, nationale et internationale, font-ils valoir. "L'information régionale dépend de l'information nationale. Si on coupe le tronc, ça n'intéressera plus personne", analyse Carine Azzopardi, journaliste au service économique.

"C'est cette déclinaison qui nous distingue des télévisions locales privées. Nos téléspectateurs peuvent savoir ce qui se passe à côté de chez eux comme au bout du monde", renchérit Marc Saikali, directeur régional de France 3 Corse.

Les JT de la chaîne (12-13 et 19-20) réalisent d'ailleurs de très bonnes audiences: l'édition nationale présentée par Audrey Pulvar a rassemblé près de 5 millions de téléspectateurs la semaine du 10 novembre.

"A court terme, ces audiences nous protègent car la case d'avant 20h00 va être cruciale pour les recettes publicitaires", à partir du 5 janvier 2009, se rassure la SDJ.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Kurtz
25/novembre/2008 - 12h00

Si une seule équipe tourne le même reportage pour deux journaux différents, je ne vois pas quel est l'intérêt dans ce cas d'avoir deux journaux différents... je pense que vous méconnaissez les temps nécessaires de tournage nécessaire pour réaliser un reportage pour le JT. Vous, devant votre TV, vous voyez le poduit fini d'une minute trente, deux minutes, ça paraît simple mais il y a beaucoup de temps de travail derrière, plusieurs heures. Prenons le cas d'une actu qui tombe en début d'après-midi, par exemple un gros incendie en Seine-Saint-Denis. On a l'info à 15h, le temps de préparer le matos et d'arriver sur place, il faut compter au minimum trois quarts d'heure / une heure... on est là-bas à 16h. Le temps de tourner, d'enregistrer des interviews, de récolter des infos, c'est au moins deux heures de boulot minimum. Donc, il est 18h... si vous bossez pour le 19/20 national, il vous reste une heure et demi pour monter (assembler les images, les extraits d'interviews, écrire et mixer le commentaire). Bref la marge n'est pas énorme. Ensuite vous n'auriez pas vraiment le temps, ni forcément la matière pour faire un sujet radicalement différent pour le 20h... le risque ce serait donc de faire le même sujet pour les mêmes éditions. Si vous voulez faire deux sujets différents, vous allongez forcément la durée de tournage, mais plus le temps de tournage sera long, plus le temps de montage sera court... ce qui vous empêchera de bâtir deux moutures différentes puisque vous manquerez de temps pour le faire. Et ce n'est pas en changeant deux mots dans votre commentaire que vous ferez illusion... à partir du moment où c'est la même équipe sur place, c'est le même rédacteur qui écrit le commentaire avec les mêmes infos récoltées... donc son commentaire et son montage seront peu ou prou les mêmes.

Portrait de claribelle
24/novembre/2008 - 10h21

Mais je n'ai jamais dit de supprimer tel ou tel journal; j'ai dit qu'on pouvait rationaliser l'info et n'envoyer qu'une seule équipe en reportage; ensuite chaque chaîne fait son journal à sa sauce avec les mêmes infos (ce qui semble la moindre des choses dans la même boîte), seuls les commentaires et le temps passé sur tel ou tel sujet peut différer.

Portrait de Kurtz
23/novembre/2008 - 16h06

Ben voyons :lol: Supprimer le 20h de France 2 au moment où celui-ci prend des parts de marché à TF1, ça c'est de la stratégie gagnante :mrgreen:

Portrait de sasa38
23/novembre/2008 - 09h47

Moi, je préfère et de loin les JT de France3 à ceux de ses concurrents (TF et France2). J'espère qu'ils vont pouvoir être maintenus !

Portrait de Kurtz
22/novembre/2008 - 23h28

Le coût de la rédaction nationale de France 3, c'est 53 millions d'euros par an (67 millions en incluant les magazines Pièces à Conviction, Avenue de l'Europe et Comme un Vendredi), c'est-à-dire grosso modo 1,5% du budget de France Télévisions... une goutte d'eau. Mais une goutte d'eau qui rapporte. Rien que la tranche 19/20 rapporte chaque semestre 32 millions d'euros de recettes publicitaires (cf. études de la société Yacast) donc 64 millions d'euros par an... je n'ai pas les chiffres des recettes publicitaires du 12/13 ni du Soir 3, mais on voit très bien que la rédaction nationale rapporte plus à France Télévisions qu'elle ne coûte. CQFD.

Portrait de Kurtz
22/novembre/2008 - 22h49

C'est-à-dire ?

Portrait de Kurtz
22/novembre/2008 - 22h47

Exact, c'est Prisma et pas Hachette (j'ai confondu avec Elle)... mais ne profite pas de cette méprise pour esquiver le fond du sujet. Est-ce que tu conseillerais à Prisma de fusionner les rédactions de Capital, Voici, Gala et Télé Loisirs sous prétexte qu'elles appartiennent au même groupe ? Est-ce difficile de concevoir que des groupes médias publics - comme France Télévisions ou Radio France - puissent avoir comme des groupes médias privées plusieurs rédactions ? D'autant qu'historiquement, Antenne 2 et FR3 ont longtemps eu une histoire séparée, indépendante, et n'ont été regroupées sous la label France Télévision qu'au début des années 90... ça veut dire que chaque chaîne s'est bâtie une identité propre et a fédéré son propre public. Les études d'audience montrent d'ailleurs que le public de France 2 et France 3 n'est pas le même, sociologiquement, géographiquement... si demain, tu supprimes le JT national sur France 3, les 5 millions de télespectateurs du 19/20 national ne se reporteront pas mécaniquement sur le 20 heures de France 2... il y a donc risque de déperdition. Si le 19/20 national et le 20 heures de France 2 faisaient réellement double emploi, l'audience s'en ressentirait... or on est plus ou moins dans une situation d'équilibre, chacun tournant dans la fourchette des 20-25% de PDM.

Et comme je le disais précédemment, virer le 19/20 national de France 3 qui réalise chaque jour les meilleures audiences de la chaîne donc qui génère les recettes publicitaires les plus importantes, c'est un peu se tirer une balle dans le pied pour France Télévisions. On ne bousille pas connement une formule qui marche comme c'est le cas actuellement (surtout quand on voit les difficultés de France 2 sur la même tranche).

Portrait de dan 35
22/novembre/2008 - 20h34

quel pays ?? c'est juste pour le bon vouloir de monsieur et son petit confort;)

Portrait de claribelle
22/novembre/2008 - 16h07

Il me paraît pourtant logique d'avoir une seule rédaction nationale, ce qui n'empêche pas de faire plusieurs journaux à des heures différentes, avec des présentateurs différents, pour toucher des publics présents à des heures différentes.
Pourquoi payer 2 équipes de journalistes (ou plus) de FranceTélévisions (FR2 et FR3 par ex.) pour couvrir le même événement ? La présentation peut être différente (le montage aussi éventuellement) mais l'info "brute" doit être la même. FR3 a en plus une dimension régionale et FRÔ une dimension outre-mer, tout à fait compatibles avec la même dimension nationale.

Portrait de Kurtz
22/novembre/2008 - 14h55

Le lourd :lol: Tu conseilleras aussi à Lagardère de faire en sorte que les journalistes de Voici écrivent aussi pour le Journal du Dimanche et Paris Match. Bah oui quoi, ils font tous partie du groupe Hachette, pourquoi avoir des rédactions différentes, hein ? Sans doute un coup des syndicats...

Portrait de Kurtz
22/novembre/2008 - 14h51

20-25% de part de marché, ce sont des audiences minables ?

:lol:

Portrait de Kurtz
22/novembre/2008 - 14h50

Et bien relis bien le cahier des charges où il est marqué que France 3 est une chaîne NATIONALE à vocation REGIONALE... ce ne sont pas les syndicats qui ont inventé ça, mais le législateur (de droite qui plus est).

Sinon petit rappel. Le 19/20 national fait plus de 20 à 25% de part de marché avec 5 millions de tsp tous les soirs (l'audience moyenne de France 3 sur la journée c'est 14-15%). Il a donc un public et c'est une locomotive d'audience qui rapporte beaucoup d'argent à France Télévisions puisque la tranche 18h30-20h30 est celle qui génère l'essentiel des recettes publicitaires de France 3. Il faut aussi savoir que France 3 est la chaîne française qui vend le plus d'images de ses reportages en France (notamment aux producteurs privés qui les utilisent dans leurs magazines, programmes ou documentaires) et à l'étranger.

Bref l'info sur France 3 n'est pas seulement un coût, c'est aussi un "produit" qui rapporte... il faut sortir un peu des préjugés idéologiques de temps en temps, ça ne fait pas mal.

Portrait de Kurtz
22/novembre/2008 - 14h38

Une honte ? Est-ce que vous savez de quoi vous parlez ou est-ce que vous avez au moins fait l'effort de lire l'article ci-dessus ? Il y a sur France 3 111 EDITIONS PAR JOUR, locales, régionales et nationales. Si vous prenez le temps de diviser 1600 par 111, ça fait une moyenne haute de 15 journalistes par édition. Ca relativise, non ? Et encore, c'est un résultat purement arithmétique qui ne tient pas compte du fait que pas mal de journalistes de la chaîne travaillent également pour des magazines hebdo (Comme un Vendredi, Avenue de l'Europe et les magazines régionaux...) et mensuels (Pièces à conviction par exemple).

La comparaison avec TF1 est absurde parce que TF1 ne fait pas de journaux régionaux et locaux. TF1 emploie 350 journalistes pour seulement deux éditions par jour, le 13h et le 20h.

Portrait de dan 35
22/novembre/2008 - 13h06

1000 personnes à l'élysée au service d'un président monarque et des augmentations de budget faramineuses , qui entretient ce train de vie grotesque digne de louis xiv si ce n'est nous également mais pour un seul homme ?;)

Portrait de tagesschau
22/novembre/2008 - 11h43

La rédaction de France 3 est un peu plus indépendante que celle de France 2 et réalise des journaux d'information plus dignes. Il est important que France 3 continue à couvrir l'actualité nationale et internationale.
Il faut espérer comme le dit la SDJ que leurs audiences la sauvent car le 19/20 sans l'actu nationale ferait moins d'audience et ce serait donc moins de rentrées publicitaires à l'une des dernières cases stratégiques encore ouvertes à la publicité.

Portrait de corsica2
22/novembre/2008 - 11h17

Normal qu'ils soient inquiets ! France 2 aussi devrait s'inquiéter :mrgreen:

Portrait de cristobal93
22/novembre/2008 - 11h12

C'est vraiment dommage cet acharnement du gvt sur le service public car le service public est ce qu'il est, ce n'est pas parfait, loin de là, mais on ne va quand même pas me faire croire que sur TF1 et M6 les programmes st meilleures que sur le service public!
De tte façon le but de ces manoeuvres est clair: c'est affaiblir le service public pr que le public le boude et aille sur les chaînes privées afin que les autres Bouygues et compagnie, amis de notre magnifique et sublime président, qui auront tte la pub absente du serice public, puissent se faire plein d'argent.
Et arretons la démagogie. Ce n'est pas pour que les programmes soient meilleurs que l'on supprime la pub. D'abord parce que l'on a pas besoin de supprimer la pub pr avoir des programmes de qualité et parce que mettre des programmes genre Arte sur le service public seront regardés par très peu de gens. Et puis si ce genre d'émission dite éducative c'est de la propagande politique et gouvernementale, ce n'est pas très intelligent.

Portrait de Claudiaz
22/novembre/2008 - 11h09

C'est l'attitude du Français moyen... il dit rien et réagit après et dit 'si j'avais su' :mrgreen:
On est avec vous! C'est le démementelement du service public qui est en jeu!

Portrait de mauzemontole
22/novembre/2008 - 10h53


En même temps ils ont de quoi, depuis la décision stupide du petit Roi France Télévisions est en danger

Portrait de blogger
22/novembre/2008 - 10h41

Quelle faiblesse et démagogie dans les arguments ! Ces gens-là ne font pas de la télévision mais de la politique !
"la démocratie a besoin de plusieurs journaux sur la télévision publique" ! Ben voyons. Et pourquoi pas aussi créer une rédaction pour France 4 et France 5 alors ?! Si les journlistes étaient les garants de la démocratie ils poseraient de vraies questions, ne copineraient pas avec les pouvoirs (c'est marrant, il me semblait que plusieurs des présentatrices de journaux de FT étaient mariés ou avaient eu des aventures avec des ministres...) et feraient leur job correctement en maitrisant un minimum les sujets dont ils parlent plutôt que de prendre leurs infos auprès des RG, d'agences de presse ou de redirece qu'ils ont lu dans le journal du matin en y ajoutant un micro trottoir servi comme représentatif de la population dans son ensemble...

Les plus vus