09/09/2011 17:55

USA: Bernanke n'a "pas vu" le téléfilm sur la panique financière, mais "l'original"

Le président de la banque centrale américaine, Ben Bernanke, a déclenché un grand éclat de rire jeudi en affirmant n'avoir "pas vu" le dernier téléfilm des studios HBO sur la panique financière de septembre 2008, ayant vu "l'original"."Je n'ai pas vu ce film, j'ai vu l'original", a déclaré M. Bernanke, suscitant des applaudissements nourris de la part d'un parterre de banquiers venus l'écouter à Minneapolis, à l'invitation du Club économique de cette ville du Minnesota (Nord des Etats-Unis).

M. Bernanke répondait à une question à l'issue d'un discours qu'il venait de prononcer: "Comment notez-vous l'interprétation que fait de vous l'acteur Paul Giamatti [...] dans le récent film 'Too Big To Fail'?"

Ce film inspiré d'un livre du même nom (littéralement: "Trop gros pour pouvoir faire faillite") revient sur ce qui s'est passé dans les coulisses du Trésor, de la Fed, du Congrès, à Washinton ou à New York, pendant ces quelques semaines de septembre 2008 où la banque Lehman Brothers fit faillite avant que les autorités américaines ne décident de sauver l'assureur AIG puis de débloquer 700 milliards de dollars pour stabiliser le système financier.

Il a été diffusé en mai sur la chaîne payante HBO dont nombre de séries télévisées ont acquis une réputation de qualité pour leurs reconstitutions historiques, ou leur façon d'aborder avec sérieux des questions de société.

Paul Giamatti est un "excellent acteur", a ajouté M. Bernanke. "En fait, je l'ai rencontré".

"Son père a été président de la ligue nationale de base-ball, alors de quoi croyez-vous que nous avons parlé pendant tout le déjeuner ?" a ajouté le chef de la Fed, qui passe pour être incollable sur ce sport.

M. Bernanke avait déjà provoqué des rires quelques minutes plus tôt en réponse à une question sur les divisions actuelles au sein de la Fed au sujet de l'opportunité qu'il y aurait ou non à ce quelle agisse davantage pour soutenir la croissance.

"Quand deux personnes pensent toujours la même chose, c'est que l'une d'elles est en trop", a-t-il dit jugeant "naturel" et "constructif" que des opinions divergentes s'expriment. 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus