23/11/2008 10:21

Les auteurs de programmes inquiets pour leurs ressources

Les auteurs de programmes audiovisuels, représentés par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) et la Société civile des auteurs multimédia (SCAM) ont critiqué vendredi le projet de loi sur l'audiovisuel public qui, selon eux, va diminuer leurs ressources.

Les auteurs veulent "un amendement dans la loi qui prévoit (...) un engagement clair, précis du gouvernement de financer le service public à hauteur du contrat d'objectif et de moyens (COM)", a affirmé Jacques Fansten, président de la SACD, lors d'un point presse.

La SACD demande que le chiffrage de ce financement soit fait "par une autorité indépendante".Les auteurs de fictions et de documentaires, qui ont droit à un certain pourcentage du chiffre d'affaires des chaînes, auraient préféré une augmentation de la redevance pour garantir leurs ressources.

Selon eux, les taxes prévues par la loi sur les recettes publicitaires des chaînes privées risque d'entraîner une baisse de leurs revenus en période de crise économique et de baisse des recettes publicitaires."La taxe sur les télévisions commerciales est un véritable impôt sur la création, parce qu'elle vient en déduction des assiettes de contribution aux droits d'auteurs et aux diverses obligations de financement de la création", selon Pascal Rogard, directeur général de la SACD.

Les auteurs critiquent également le seuil prévu dans le projet de loi, qui exonère de la taxe sur les recettes publicitaires les chaînes dont le chiffre d'affaire est inférieur à 11 millions d'euros, avantageant ainsi les petites chaînes gratuites de la télévision numérique terrestre (TNT).Les auteurs s'inquiètent ensuite de la transformation de France Télévisions en société unique, qui se traduira selon eux par un "guichet unique" où ceux qui proposent des programmes n'ont qu'un seul interlocuteur, au lieu de plusieurs comme dans le système actuel.

"Il y a besoin, pour la création, d'interlocuteurs multiples", selon Jacques Fansten.Enfin, les auteurs demandent des garde-fous sur le développement du parrainage et du placement de produit, qui subsistera sur le service public après la suppression de la publicité et qui est selon eux "de la publicité qui ne se voit pas".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de italia09
23/novembre/2008 - 22h17

peut-être qui sait lol

Portrait de Volques
23/novembre/2008 - 19h12

Ils vont faire grève eux aussi ?:lol:

Portrait de mimidu59
23/novembre/2008 - 12h30

les pauvres on va les plaindre :mrgreen: :mrgreen:

Portrait de JPEG
23/novembre/2008 - 11h13

Ces Messieurs s'inquiètent pour la baisse de leurs revenus et ne se privent pas de réclamer une augmentation de la redevance pour y pallier.... comme si la crise économique ne concernait qu'eux. Ben voyons! .... le contribuable lambda lui n'a aucun souci de pouvoir d'achat c'est bien connu....!
Bien sûr que leurs revenus vont baisser..... il faut bien que quelqu'un paye les cadeaux faits aux Bouygues, Lagardère et consorts.....

Portrait de djbaxter
23/novembre/2008 - 11h06

Soyez inquiets mes petits chéris, pendant que je me suis mis aux patates à l'eau / riez / pâtes pour la crise, vous, les people du show business, vous ne pourrez plus vous offrir 20 BMW neuves par an sinon seulement 18, dont une sans option. Mince ! Chacun doit faire des efforts....
Qu'ils aillent tous se faire un flan avec leur augmentation de redevance !

Portrait de anjos804
23/novembre/2008 - 11h04

Pourquoi faire plus de chaines de télévisions si c'est pour proposer moins de programmes intéressants ?

Portrait de padman
23/novembre/2008 - 10h45

http://spoilertv-prisonbreak.blogspot.com/2008/11/sarah-and-wentworth-on-prison-break-end.html

Portrait de lucedgar3
23/novembre/2008 - 10h27

bah que les auteurs de programme ne s'inquiètent pas il y a toujours les émissions de TF1 le samedi soir...

Les plus vus