06/09/2011 13:42

L'Express accuse Joseph Macé-Scaron d'autres plagiats

Accusé  d'avoir plagié plusieurs extraits d'un ouvrage de Bill Bryson dans son roman Ticket d'entrée (Grasset), paru au printemps, Joseph Macé-Scaron, directeur adjoint de la rédaction de Marianne, directeur du Magazine Littéraire et chroniqueur sur Canal+ et RTL avait également été accusé d'un deuxième plagiat par l'Express.
Nos confrères l'accusent d'un autre plagiat sur leur site Internet. Pas en tant qu'écrivain, mais en tant que journaliste cette fois-ci...
Le site de L'Express prend l'exemple d'un article qu'il a publié le 8 juillet 2006 dans Marianne, intitulé "Catulle, le Rimbaud de Vérone".
On peut y lire:
"Il se passe toujours quelque chose chez Catulle: une noce, une danse, des ragots d'alcôve et de caniveau, un copain cocu, des blagues de potaches bourrés au falerne pur. (...) Mais après la bonne fortune viennent les chagrins d'amour, la mort d'un frère, un voyage au loin pour oublier et la beauté des mythes grecs traduit avec une infinie tendresse : 'Bien que le lourd chagrin qui sans trêve me ronge/Me tienne loin, mon Ortalus, des doctes vierges.' Catulle a gardé intacte sa veine sarcastique, mais il est atteint au plus profond. C'est le roman d'un homme blessé qui donne à voir ses plaies sans forfanterie. On est touché au coeur."
Seulement voilà, le site de l'Express affirme que ces mots ont été écrits à l'identique  deux ans plus tôt dans le mensuel Lire. Laurence Liban, l'auteur, ne s'est jamais rendu compte de ce plagiat.
Autre exemple évoqué par nos confrères, dans Marianne, le 16 septembre 2006, Macé-Scaron co-signe un article intitulé "Le tiers état culturel".  Un paragraphe d'un article publié trois semaines plus tôt par la journaliste Delphine Peras, encore dans Lire, a été recopié à la syllabe près.
Il s'agit du paragraphe suivant, qui évoquait un livre de Bernard Lahire sur les écrivains :
"Une somme sans précédent qui bat totalement en brèche cette vision désincarnée de l'écrivain tout entier consacré à son art, et qui éclaire d'un jour nouveau le paradoxe de l'écriture littéraire, 'activité à la fois valorisée symboliquement dans un monde social et culturel hiérarchisé, et pratiquée en grande partie par des individus qui ne tirent pas l'essentiel de leurs revenus de son exercice.' En clair, la (vraie) littérature ne nourrit pas son homme."
Delphine Peras a rapidement adressé une lettre à Jean-François Kahn, grand patron de Marianne. Mais aucun retour...
Joint par L'Express, Joseph Macé-Scaron n'a pas donné suite aux demandes de nos confrères de l'Express.
Le site de l'Express cite d'autres exemples de ce qu'il qualifie de "plagiat"...

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Micky88
6/septembre/2011 - 15h16

Ce qu'il y a de bien avec l'Express c'est que quand il tienne un os, il le ronge jusqu'au bout !
Il l'avait déjà fait avec le mariage du Prince Albert et la fuite de sa fiancée à l'Aéroport de Nice... Au moins il ne gâche rien... et il n'y a pas que le papier d'impression qui est recyclé !

Portrait de GEHEL007
6/septembre/2011 - 14h32

Joseph Macé-Scaron s'est expliqué très clairement chez Bruce Toussaint il y a quelques jours.

C'était très clair : ce n'est pas un plagiat

Enfin, moi je dis ça je dis rien ;)

Portrait de silex
6/septembre/2011 - 14h01

Macafond!!!!

Portrait de Manau
6/septembre/2011 - 13h59

Encore un bobo de gauche donneur de leçon en permanence....

Les plus vus