29/08/2011 13:26

L'introduction en Bourse de Canal+ est menacée

Le titre Lagardère était en hausse lundi à la Bourse de Paris, profitant du rebond général des actions et réagissant peu aux informations du quotidien Les Echos selon lequel l'introduction en Bourse de sa filiale Canal+ est menacée en raison du fort recul des marchés financiers.

A 11H30 (09H30 GMT), l'action s'adjugeait 1,47% à 23,11 euros dans un marché en hausse de 1,69%.

L'introduction en Bourse de Canal+ "n'est probablement pas faisable dans les marchés actuels. Mais nous sommes désireux de vendre et nous nous tenons prêts pour saisir la moindre occasion", a déclaré le directeur financier de Lagardère, Dominique D'Hinnin, dans les Echos de lundi. Il espère que l'opération se fera d'ici à la fin de l'année.

"Il est très difficile d'imaginer une valorisation de Canal+ au-dessus des 1/ 1,1 milliard d'euros", estime Conor O'Shea chez Kepler Capital Markets.

Selon l'analyste, la chaîne cryptée pourrait être aujourd'hui mieux valorisée car elle a obtenu en juin, pour 420 millions d'euros, la très grande partie des droits audiovisuels de la Ligue 1 de football pour la période 2012-2016.

Elle est aussi beaucoup moins soumise à la conjoncture que sa concurrente TF1 par exemple car son modèle économique est basé sur les abonnements et non pas sur la publicité.

Mais dans le contexte actuel de fortes turbulences des marchés financiers, "il est fort peu probable que Lagardère puisse espérer obtenir davantage", souligne M. O'Shea, ajoutant que "même à ce prix-là l'opération a peu de chance d'être réalisée à court terme".

Le groupe de médias valorisait en mars les 20% qu'il détient dans Canal+ à 1,507 milliard d'euros.

Il avait déjà décidé de reporter l'IPO de Canal+ en raison de la nervosité des marchés après le séisme dévastateur au Japon.

Lagardère publie ses résultats semestriels mercredi.

"On s'attend à cette occasion à ce que le groupe annonce un avertissement sur résultats car son activité sport a beaucoup souffert au deuxième trimestre," commente un analyste parisien sous couvert d'anonymat.

"Nous ne sommes jamais à l'abri de mauvaises nouvelles pour le sport", estime pour sa part M. O'Shea, tout en observant que "le troisième trimestre devrait être meilleur avec la reprise des matchs de Coupe d'Europe".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus